• Dans le pays où est né Oumar, il n'existe pas de mot pour dire ce qu'il est, seulement des périphrases : stigal basakh vol stag, un « homme couleur de ciel ». Réfugié à La Haye, le jeune Tchétchène se fait appeler Adam, passe son baccalauréat, boit des vodka-orange et embrasse des garçons dans l'obscurité des clubs. Mais il ne vit sa liberté que prudemment et dissimule sa nouvelle vie à son jeune frère Kirem, à la colère muette. Par une journée de juin, Oumar est soudain mêlé à l'impensable, au pire, qui advient dans son ancien lycée. La police est formelle : le terrible attentat a été commis par un lycéen tchétchène.Des hommes couleur de ciel est l'histoire de deux frères en exil qui ont voulu reconstruire leur vie en Europe. C'est l'histoire de leurs failles et de leurs cicatrices. Une histoire d'intégration et de désintégration.

  • Les mains lâchées

    Anaïs Llobet

    • Plon
    • 18 Août 2016

    Une vague monstrueuse, soulevée par un typhon meurtrier, dévaste les Philippines en quelques minutes et ravage sa myriade d'îles.
    Sur l'une d'elles, Madel reprend connaissance, seule au milieu du chaos. Jan, l'homme qu'elle aime, a disparu. Et elle a lâché la main de l'enfant qu'il lui avait confié.
    Au prix d'une difficile anesthésie des sentiments, la jeune journaliste se plonge dans son travail, en équilibre entre information et voyeurisme, quand tous les médias du monde se tournent vers les Philippines.
    Recueillir la parole survivante, nouer des liens avec les rescapés, c'est conjurer la mort. Mais un typhon de cette violence ne laisse jamais en paix ceux qu'il a épargnés.

    Anaïs LLobet, journaliste à l'AFP Moscou, était correspondante pour plusieurs médias aux Philippines lorsque le typhon Haiyan a ravagé le pays. Les Mains lâchées est son premier roman.

    Sur commande

  • Au cafe de la ville perdue Nouv.

empty