• « Envers l'accord du participe passé, notre société mêle révérence résignée, enseignement par routine, usage incompris, désinvolture mal assumée. Croyants, mais peu pratiquants, nous célébrons une énigme. Comment en est-on arrivé là ? C'est ce que nous allons voir. » Le linguiste Bernard Cerquiglini nous plonge dans l'histoire de l'accord du participe passé ; elle tient du roman. Il montre que ce fragment de syntaxe est, depuis des siècles, une question primordiale de la grammaire française, une source de controverses, l'emblème de la norme.

    Une lecture passionnante qui, déconstruisant le mythe d'une prétendue difficulté insurmontable, donne les clés de cet accord et du plaisir qu'on peut y prendre.

  • Voici la chronique haute en couleur de l'irruption des femmes dans l'univers des fonctions officielles et de leur désignation. Guerre des sexes ? Des anciens et des modernes ? Avancée de l'égalité homme-femme ou combat d'arrière-garde ? Avec le talent qu'on lui connaît, Bernard Cerquiglini allie humour et savoir grammatical pour raconter cette histoire savoureuse à laquelle il a pris part, les arguments des protagonistes, la haute idée de la langue qui souvent les anime, sans pour autant négliger les petitesses...

  • La naissance du français est un acte politique : en 842, les Serments de Strasbourg sont écrits dans deux langues vivantes dont l'une, romane, marque les débuts officiels du français. Ce « protofrançais », ayant ainsi accédé à l'écriture, reçoit alors une forme commune et acquiert un statut politique. Bernard Cerquiglini retrace l'histoire des origines de notre langue et de sa mise en écrit au Moyen Âge.

  • Voici un portrait du français 2.0. Découvrez ce français de demain, plus concis, plus musical, plus ciselé. Finies les périphrases et les mots à rallonges, vive cette nouvelle langue chantante  et percutante!
    Retrouvez plus de 600 exemples de troncations et amusez-vous à lire le début de «  La Recherche  » de Marcel Proust réécrit en troncat'.

  • À peine issue du latin, au IX e siècle, la langue française fut écrite, dans un contexte éminent et à des fins politiques (Serments de Strasbourg, 842) ; c'est singulièrement tôt.
    Un petit-fils de Charlemagne, prince diplomate, guerrier latiniste, eut l'idée de son usage écrit ; Nithard est l'inventeur de la langue française.
    Il en fut aussi le premier écrivain : la littérature en français est née de son chagrin.
    L'essor du français et de ses Lettres doit donc beaucoup à Nithard, envers qui les siècles se sont montrés ingrats avec constance.
    Au terme d'un road movie carolingien, le lecteur saura pourquoi.

  • Une présentation de la réforme de l'orthographe de 1990 : l'évolution des règles, la liste des mots modifiés, les causes des rectifications. Avec un commentaire des correcteurs du Monde.

  • Nous sommes plus de 200 millions à parler le français, sur cinq continents. Les terres sont nombreuses en effet où la langue française se développe en dehors de son carcan académique. Elle reçoit les couleurs de chacun des pays où elle se déploie naturellement, créant des termes propres, des locutions particulières, des façons de dire aussi diverses que légitimes : chaque bouture y prend racine et s'élève, libre et vivace.
    Le français tire une force accrue de cette diversité, qui illustre sa vitalité et garantit son avenir. Cette floraison vigoureuse nous offre un vocabulaire immense et chatoyant. Bernard Cerquiglini s'en fait ici le chantre éclairé et malicieux, convaincu que nous gagnerions tous, au quotidien, dès l'avant-jour et jusqu'à la brunante, à faire nôtre ce si savoureux français augmenté.

    Sur commande
  • On a longtemps cherché pour la langue française des origines les plus nobles, justifiant sa grandeu r. Découvrir qu'elle provenait d'un latin populaire mêlé de gaulois et de germanique, qu'elle était la moins latine des langues romanes fut un chagrin...

  • C'est en 1740 seulement, quand elle publia la troisième édition de son dictionnaire, que l'Académie française introduisit l'accent circonflexe dans l'orthographe du français. Après deux siècles de polémiques, durant lesquels cet accent fut avec constance le champion de l'innovation, du progrès, de la modernité. Et tandis qu'il était, avec une opiniâtreté non moins égale, rejeté et moqué par les tenants de l'orthographe traditionnelle.
    L'amour de l'accent circonflexe, conservatisme bénin, tendre attachement au modeste « chapeau » des voyelles, possède donc une histoire. Et cette histoire est paradoxale : elle raconte l'émergence difficile du signe qui figure éminemment aujourd'hui la graphie du français, le respect qu'on lui doit, l'affection qu'on lui porte. Cette histoire dévoile ce qui fonde nos pratiques d'écriture.
    Au centre de la question orthographique depuis le XVIe siècle, et au coeur des querelles et débats, où il va occuper les positions moderniste et conservatrice ; au carrefour de l'oral et de l'écrit, de l'usage et de la raison, de la mémoire et de l'oubli, l'accent circonflexe révèle l'ambiguïté de l'orthographe française. Il en illustre la passion.

  • 300 fiches et 10 dossiers thématiques où Bernard Cerquiglini nous conte la langue française, son histoire et sa petite histoire. Sur le mode de la confidence et du clin d'oeil complice, il nous fait part de ses bizarreries, de ses particularités, etc.À l'instar, de Raymond Queneau, il sait bien « que le français est la langue qu'un français parle à un autre français, mais pas celle qu'un grammairien parle à un grammairien. ». Il n'est donc point question d'être ici docte et pontifiant, mais de satisfaire la curiosité de lecteurs prêts à partir à la découverte des trésors de culture qui se logent dans les anfractuosités verbales de notre langue.

    Sur commande
  • La naissance du français est un acte politique : en 842, Les Serments de Strasbourg sont écrits dans deux langues vivantes dont l'une, romane, marque les débuts officiels du français. Ce " protofrançais ", ayant ainsi accédé à l'écriture, reçoit alors une forme commune et acquiert un statut politique. Cet ouvrage retrace l'histoire des origines de notre langue et de sa mise en écrit au Moyen Age.

  • la naissance du français est un acte politique.
    en 842, les serments de strasbourg sont intentionnellement écrits non pas en latin, mais dans deux langues vivantes dont une, romane, marque les débuts officiels bien que tâtonnants du français. avant les serments, une parlure romane, issue du latin, s'échange diversement. après, le protofrançais, ayant accédé à l'écriture, a reçu une forme commune et acquis un statut politique. analysant les prémices du français et la problématique de sa mise en écrit au moyen âge, cet ouvrage retrace l'histoire des origines de notre langue.

  • Des mots contre les maux Nouv.

    Le français a fait preuve d'inventivité face à la crise sanitaire et d'une grande créativité lexicale.-De nombreux mots liés à a médecine et aux épidémies, qui étaient déjà présents au Petit Larousse, ont été amplement utilisés ces derniers mois par les médias et le grand public : comorbidité, anticorps, agueusie, anosmie, cordon sanitaire, coronavirus, dyspnée, écouvillon, pandémie, télétravailler...-De nouveaux sens sont apparus : barrière pour « gestes barrières », déplacement dérogatoire, distanciation physique,-De nouveaux mots ont émergés : Covid-19, déconfinement, reconfinement, VPN,-Une néologie ludique a fait son apparition : coronabdos, coronanniversaire, webinaire...

  • Faut-il envoyer une missive à l'intention ou à l'attention de son correspondantoe Comment accorde-t-on le participe passé d'un verbe pronominal ? Convient-il de dire une ministreoe Quel est le genre des mots amour, délice et orgueoe Quelle est la différence entre second et deuxième ?
    Combien de fois trébuchons-nous sur un terme, un accord, un usage de la langue ? Il n'est pas de jour que nous n'entendions un mot nouveau, une tournure étrange, une "faute "...
    Depuis quelques années, Bernard Cerquiglini répond sur TV5Monde, dans son émission Merci professeur!, aux questions sur la langue française, venues du monde entier. Ce livre rassemble enfin les 300 meilleures chroniques.
    Souvent savoureux et drôle, toujours précis et clair, ce grand linguiste français nous communique son amour de la langue française, "langue mondiale qui tire sa force tout autant de sa diversité, de sa plasticité que de sa rigueur".

empty