Cahiers De L'egare

  • Années 1970 En France, les trente glorieuses vont bientôt finir Aux États-Unis, lit deep ecology est en train de naître Bernard Plossu, alors au commencement de sa vie voyageuse, a vu d'un pays a l'autre la nature être traitée comme une variable d'agrément de l'habitat urbain, avec le sentiment de sa falsification. Comme il lui en reste quelques photos, l'idée amicale lui est venue de nous y faire réagir, Rudy Ricciotti et moi. Que petit donc signifier Tins taller des écrins de verdure dans les vides du béton dominant? Ce fut une des questions qui alimentèrent nos répliques. Lesquelles, mine de rien, sans rire mais d'un pas léger, auront ainsi joué avec une vieille idée, l'idée de nature, peur-être la plus ancienne des idées jamais venues a l'esprit humain.

  • La petite île de Port-Cros aura connu une histoire chaotique, parfois pleine de bruit et de fureur, en parfaite contradiction avec le Parc national qu'elle est devenue voici 50 ans. Elle aura aiguisé des appétits guerriers, industriels et agricoles, touristiques aussi, qui auraient dû la ravager pour toujours. Rétrospectivement, rien ne paraîtra donc jamais plus improbable que son avenir en coeur de parc. Mais quelques amoureux de la beauté, de la poésie et du silence eurent raison des logiques dominantes et le rendirent possible. Elle reste aujourd'hui à l'écart de la Côte d'Azur. Les photos de Bernard Plossu, en tirage Fresson, loin du bruit et des apparences, révèlent la gravité de sa lumière.

  • De cette photo longtemps oubliée, on n'aura donc trouvé, Plossu et moi, rien de mieux a faire que cet objet a présent sous vos yeux L'Hippocampe et le Rétroviseur. Fallait-il en faire quelque chose ? Elle ouvre une série ou on dirait qu'il n'y a rien a voir Que l'image est sans sujet Au sens où le sujet qui ne fait qu'y passer ne méritait pas cette attention. Un chien errant, un train de marchandises, un visage d'actrice. Mais a quoi faire attention ? Car, ici, les figures, les lieux et les objets qui traversent la photo n'ont d'autre réalité que celle d'y passer avant de disparaître. Et quoi de plus réel ? L'avenir n'existe pas. Le présent s'arrête a la photo. Tout est passé. Au bord des routes on s'interroge.

    Sur commande
empty