• Scarlett Johansson. On entend déjà la star à l'intérieur de ce patronyme aux syllabes lascives. On entend les courbes serpentines des lettres qui se répercuteront sur les courbes de son corps. On entend les origines danoises, les voix de ces sirènes mythologiques d'Andersen, envoûtantes de gravité, nous chantant un Summertime qui nous fera désirer nous noyer dans l'abîme de l'écran. On entend la fascination.
    Évoquant toute la filmographie de l'actrice, depuis la première séquence culte de Lost in Translation jusqu'à son incarnation de la Black Widow des Avengers, en passant par Woody Allen qui a fait d'elle une créature cinématographique idéale, l'auteure tente de saisir ce petit plus qui permet à un simple être humain de devenir une déesse au sein du panthéon des stars de cinéma.

empty