• Qui ne s'est pas posé des questions sur l'origine de l'Univers ? On a d'abord cru que l'Univers avait été créé par Dieu seul. Puis, avec le développement de la Connaissance, on a pensé que cet Univers n'était pas seulement l'oeuvre de Dieu, mais que nous

  • Qui suis-je ? Qui est donc cet esprit que je nomme « mon esprit » ? Au fond de mon inconscient je crois parfois discerner, comme dans un rêve, des images d'un autre âge, traduisant de manière plus ou moins symbolique une expérience remontant bien avant ma naissance. Cette pensée millénaire démontre aussi sa présence au coeur de chacune de mes cellules, capables d'harmoniser et coordonner à chaque instant tous les mouvements de cette machine merveilleuse qu'est mon corps. Mon esprit ne prendrait-il pas ses racines dans un passé aussi vieux que l'Univers lui-même ? Mon Je, ma personne, ce qui pense en moi, doit-il finir avec ma mort corporelle, ou doit-il au contraire partager l'aventure spirituelle de l'Univers jusqu'à la fin des temps ?Telles sont quelques-unes des questions dont traite Jean E. Charon dans le présent ouvrage. Jean E. Charon est, avant tout, un physicien ; mais il est aussi un philosophe de grande notoriété. Ses recherches en Physique, au cours des récentes années, viennent de le conduire à une fantastique découverte : les électrons qui constituent notre corps enferment un espace et un temps différents de ceux auxquels nous sommes habitués ; dans cet espace-temps nouveau, c'est l'ordre et la mémoire des événements passés qui s'enrichissent sans cesse ; dans chaque électron de notre corps, c'est notre esprit entier qui est contenu. Et, comme ces particules possèdent, en accord avec la Physique, une vie pratiquement éternelle, dans le passé comme dans le futur, notre esprit lui aussi, c'est-à-dire chacun de nous, a été, est et sera présent tant que durera notre monde.C'est un récit passionnant que nous conte ici Jean E. Charon, en nous montrant pour la première fois comment à la fois Matière et Esprit se côtoient partout et sont tous deux descriptibles dans le langage de la Physique contemporaine. Pour la première fois aussi se trouvent étayées de manière scientifique de nombreuses « manifestations » de l'Esprit, comme les phénomènes paraspychologiques, ou les interventions de l'inconscient. Les mythes fondamentaux nés dans toutes les religions de notre Terre s'éclairent ici d'une lumière nouvelle.Jean E. Charon croit, comme André Malraux, que « notre troisième millénaire sera celui de l'Esprit ». L'Esprit, cet inconnu nous invite à faire un grand pas dans cette direction.

  • En cette fin de siècle, c'est l'homme entier et son mode de vie qui sont remis en question. Chacun de nous est contraint de se poser les questions essentielles, l'aidant à se situer par rapport aux grands mouvements évolutifs de la pensée dans lesquels, bon gré mal gré, il se trouve plongé. A la pointe extrême de la connaissance actuelle, ce n'est pas seulement la science qui progresse et se transforme, mais ce sont aussi les modes de pensée, entraînant des effets psychologiques et sociaux par lesquels nous sommes tous concernés. Ces transformations sociales et psychologiques rapides entraînées par une science et une technique évoluant elles-mêmes à une vitesse vertigineuse ne s'effectuent pas toujours sans tensions entre les individus, entre les groupes humains. En changeant ce que l'on sait, notre connaissance change aussi ce que l'on sent, et aussi ce que l'on souhaite : les jeunes, notamment, sont toujours plus nombreux à réclamer de la vie autre chose que ce qui satisfaisait leurs parents. Des fléaux comme la guerre et le racisme qui faisaient jadis partie des maux inévitables avec lesquels l'homme devait, tant bien que mal, concilier son existence, deviennent motifs à certains pour refuser l'existence elle-même. Des valeurs éthiques jusqu'ici universellement acceptées, sont remises en question : le travail est-il, par exemple, un « devoir » de l'homme participant dans la société où il vit ? A-t-on le droit d'être aujourd'hui un homme heureux ? Ce sont ces sujets de réflexion que Jean E. Charon évoque dans ces Treize questions pour l'Homme moderne, ouvrage essentiel. Sait-on aujourd'hui ce qu'est la matière ? La nature est-elle probabiliste ou déterministe ? L'énigme des quasars. Pourra-t-on un jour « crever » le mur des distances atomiques ? Pourquoi la Lune ? Où finit la matière ? Où commence la vie ? Hasard ou nécessité ? Exister, c'est quoi ? L'ordinateur et l'entreprise. L'ordinateur et l'éducation. Sommes-nous tous « racistes » ? La grande colère des jeunes. Révolte ou révolution ?

  • Après nous avoir fait découvrir dans « La Connaissance de l'Univers » (Prix Nautilus 1962 décerné au meilleur ouvrage d'information scientifique), le panorama de l'Univers dans son ensemble, Jean Charon aborde ici des problèmes plus spécifiques concernant les rapports de l'Homme avec l'Univers. L'Univers sera-t-il totalement accessible à l'Homme, l'Univers a-t-il été créé, l'Univers est-il fini ou infini, existe-t-il d'autres mondes habités, que signifie l'expansion de l'Univers ? Telles sont quelques-unes des questions qui sont traitées dans ce livre, et auxquelles l'auteur apporte les réponses de la science contemporaine. Cet ouvrage, où se trouvent ainsi évoqués les grands problèmes du psychisme humain, de la Vie et de la Mort, des rapports de la Science et de la Religion constitue un véritable tour d'horizon. Il aide l'Homme de notre époque à mieux se situer lui-même par rapport à notre immense et complexe Univers, à la lumière des données les plus récentes de la Science.

  • Connu dans le monde scientifique par une théorie « unitaire » de l'Univers dont il a publié les « Éléments » à Genève et à Paris en 1962, Jean E. Charon a ouvert les plus difficiles problèmes de la Physique contemporaine à un large public cultivé dans « Connaissance de l'Univers » (Prix Nautilus) et « Du Temps, de l'Espace et des Hommes ». Voici à présent la question qu'il se pose : dans quelle mesure les résultats et surtout les méthodes de la Science de la Matière peuvent-ils servir à notre connaissance de l'Homme ? Et c'est l'expérience personnelle d'un physicien réfléchissant sur l'Homme que nous livre cet essai. Son sens et ses limites nous sont indiqués par l'auteur lui-même qui, à propos de Biologie par exemple, écrit : « Tout ceci n'est donné que comme exemple de l'apport (qui, croyons-nous, peut être considérable) que la Physique peut faire aujourd'hui à la Biologie ; il ne s'agit nullement, dans ces pages, de prétendre résoudre un problème aussi immense que celui de la Vie ou celui de la mémoire. Ce sont à de nouvelles méthodes de pensée que nous nous intéressons ici : l'exploitation réelle de ces méthodes sur un plan scientifique est une autre affaire ; elle demande, comme toute chose en Science, un travail long et minutieux. » Il en va de même lorsqu'il s'agit des grands problèmes abordés dans ce livre : la guerre, la religion, la société, l'art, la mort...

  • Les éons désignaient, chez les Gnostiques des premiers millénaires, des particules porteuses de l'Esprit éternel du monde. Cette idée que l'Esprit, y compris notre propre Esprit, soit associé à la Matière, a cheminé tout au cours des siècles et a toujours eu de nombreux partisans. On la retrouve, par exemple, chez Descartes avec ses esprits-animaux, ou Leibniz avec ses monades ; plus près de nous c'est Teilhard de Chardin, qui discernait dans chaque particule de Matière à la fois un « dehors » porteur des caractéristiques physiques et un « dedans » contenant les propriétés spirituelles. Au cours de ces dernières années est parti des États-Unis un courant d'idées dit « néo-gnostique » qui a repris cette conception de l'Esprit associé à toute Matière, mais cette fois-ci dans le cadre de la Science contemporaine, notamment la Physique. Les néo-gnostiques veulent résolument lever le tabou qui fait laisser l'Esprit « à la porte » de la recherche dite scientifique ; ils veulent, dans leurs propres recherches, cesser de dresser par principe une cloison entre la Physique et les grands thèmes de la Métaphysique. La Nouvelle Gnose a rapidement produit des résonances dans toutes les disciplines scientifiques, et on rencontre maintenant les mêmes aspirations chez les astrophysiciens, les biologistes, les psychologues. Jean Charon peut être considéré comme l'un des chefs de file de ce mouvement néo-gnostique. Physicien, travaillant dans le prolongement des idées d'Albert Einstein, il est sans doute le premier à avoir donné à la notion d'éon un support en accord avec les données les plus récentes de la Physique. Avec sa Relativité complexe il a montré que les électrons enfermaient en eux un « dedans » où espace et temps tels que nous les connaissons échangent leurs rôles : dans cet espace-temps nouveau c'est l'ordre et la mémoire des événements passés qui s'enrichissent sans cesse ; dans chaque électron-éon de notre corps, c'est notre Esprit entier qui est contenu. Et comme ces particules possèdent, en accord avec la Physique, une vie pratiquement éternelle, dans le passé comme dans le futur, notre Esprit, lui aussi, c'est-à-dire chacun de nous, a été, est et sera présent tant que durera notre monde. Jean Charon, qui a maintenant développé ses idées dans plusieurs ouvrages scientifiques publiés et traduits dans le monde entier, parle ici de ses recherches avec Christian de Bartillat. Dans une première partie, ce dernier fait d'abord une analyse de « l'Univers » de Jean Charon, tel qu'il s'est progressivement dégagé de ses ouvrages. Au cours de ces entretiens, Jean Charon nous dit comment cette découverte de l'immortalité de notre Esprit porté par les éons aura, dans les décennies à venir, un impact sur la vie de chacun de nous, notamment dans les domaines social, artistique et religieux ; et aussi sur la connaissance de ce que nous sommes.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Jean E. Charon vient de faire un pas important en confirmant une nouvelle fois sa Relativité complexe sur les ordinateurs de l'Université de Concordia, à Montréal. Ce sont les principales conséquences de ces résultats que nous conte ici le physicien, dans un langage accessible à un large public, où il présente la « triade » d'ouvrages publiés depuis 1977 sur le thème de l'Esprit.Et d'abord, la Relativité complexe c'est la « grande unification » qui, depuis Einstein, est devenue l'objectif essentiel de la Physique : les interactions faibles, électromagnétiques, fortes et gravitationnelles sont « unifiées » dans un même modèle de la Matière, dans le prolongement des modèles « à dimensions cachées » proposés récemment par Abdus Salam (Prix Nobel pour l'unification des interactions faibles et électromagnétiques) et John Schwarz. La Relativité complexe démontre cependant un fait important : l'unification ne paraît pas possible (la gravitation avait, jusqu'ici, déjoué tous les efforts) sans qu'on prête au modèle de la Matière des propriétés de mémoire cumulative et prévisionnelle. C'est-à-dire que nous vivons, à l'expérience, dans un univers non seulement « matériel » mais aussi spirituel.C'est là un résultat d'une importance extrême, et qui ne va pas manquer, dans les années à venir, d'avoir une influence profonde sur toutes les disciplines de la Connaissance : la Vie et ce que nous sommes dans l'Univers, la part du « vouloir » et du « non-vouloir » dans notre comportement, et aussi la notion tellement importante de « valeur » (qu'appelle-t-on exactement « Bien » et « Mal » ?).Jean E. Charon est directeur du Centre de recherche sur la Relativité complexe (C.E.R.C.L.E.). Il dirige aussi le Groupe d'étude sur l'Imaginaire en Science au Centre National de la Recherche Scientifique à Paris (C.R.I.). Il est président des colloques CIPRES qui réunissent chaque année et de manière pluridisciplinaire des universitaires en provenance du monde entier sur le thème général de « l'Esprit et la Science ». Parallèlement à ses ouvrages de physique, Jean E. Charon a publié de nombreux ouvrages philosophiques, qui ont été traduits en onze langues.

empty