• Dans François, le Saint Jongleur, comédie subversive inspirée de l'histoire méconnue de François d'Assise, Dario Fo retrace en plusieurs tableaux la vie de l'homme de foi, resté célèbre pour ces harangues populaires à travers toute l'Italie. Celui qui avait fait voeu de pauvreté dénonçait avec verve le pouvoir néfaste de l'argent, la comédie des erreurs politiques et des errances religieuses. À Rome, il s'en alla défier le pape pour obtenir son accord de proclamer l'Evangile de par les chemins en langue vulgaire.
    Avec une truculence irrévérencieuse, Dario Fo conte des épisodes de la vie du Saint, relevant sa parenté spirituelle avec l'anticonformisme de l'ecclésiaste, qui appelait à la rébellion contre les puissants de ce monde.

  • C'était en 1974, à Rubiera près de Modène, que cette pièce a été représentée pour la première fois. Elle est restée à l'affiche pendant plusieurs saisons et a été traduite en de nombreuses langues. Plus de six cents compagnies l'ont représentée depuis - un succès mondial.
    Trente ans plus tard, Dario Fo et Franca Rame (sa compagne, actrice principale et administratrice de leur compagnie) ont revu une captation rediffusée par la télévision italienne et se sont exclamés : c'est d'une actualité déconcertante ! Mieux encore, certaines situations qui dans les années soixante-dix pouvaient sembler surréelles, s'avéraient tout à fait normales. Ce constat les amena à porter à nouveau la pièce sur scène... et l'accueil fut triomphal !

  • Un soldat chinois, blessé pendant la Longue Marche de l'armée révolutionnaire et abandonné par ses camarades, est sauvé par une tigresse. Elle le nourrit et lèche ses plaies. Cette pièce évoque le lien singulier entre l'homme et la nature.

  • Le sulfureux chef d'oeuvre du maître italien sur la liberté conjugale que propose un mari à sa femme, mais à sens unique ! Caustique et ravageur.

    Traduit de l'italien par Toni Cecchinato et Nicole Colchat.

  • « L'érudition, on la retrouve avec délectation dans Le Gai Savoir de l'acteur, recueil de conférences-spectacles, sorte de guide pratique à l'usage des comédiens dans lequel Dario Fo passe allègrement d'un sujet à l'autre, remontant aux origines du théâtre pour mieux expliquer ses racines populaires que l'on retrouvera, par exemple, dans la commedia dell'arte, à travers les personnages d'Arlequin ou de Zanni, sans parler de tous ces anonymes, acrobates, jongleurs, bateleurs, autres artistes de varietà vers qui va toute sa sollicitude. Ce livre nous le confirme : Dario Fo est avant tout un grand professionnel entré au théâtre non pas pour jouer Hamlet, mais pour être clown, bouffon... sérieusement, sans doute pour tenter d'ébranler le pouvoir qui, quel qu'il soit, craint par-dessus tout le rire, le sourire, le ricanement. » (Jean-Pierre Han.)

  • T2 dario fo

    Dario Fo

    Titre emblématique de l'oeuvre littéraire de dario fo, mystère bouffe restera par ailleurs son grand moment de bravoure sur scène.
    Mais mystère bouffe va au-delà, il constitue l'élan linguistique par lequel fo réinvente et assimile les langues dialectales du nord de l'italie, rejoignant par là sa filiation au padouan ruzzante, le plus inventif des acteurs-auteurs du xvie siècle. au-delà encore, avec mystère bouffe, dario fo scelle un pacte avec la religion catholique en dénonçant par sa relecture de l'histoire sainte le pouvoir hiérarchique de l'eglise en la personne du pape et en celle de dieu, le père éternel, tout en reconnaissant les vertus sacrées du doux jésus et de marie.

    Enfin, mystère bouffe, qui date de 1968, est une oeuvre charnière entre les premières comédies satiriques et les oeuvres ultérieures, nées dans l'urgence des luttes sociales et explicitement politiques. on y voit comment les situations les plus simples mettent en jeu des rapports de forces complexes et amènent le spectateur à découvrir, sous la drôlerie du quotidien ou la fantaisie de l'imaginaire, les rouages d'une machine à faire régner l'ordre.
    Et le voilà, dans un éclat de rire, sommé de choisir son camp.

  • Turin, début des années 1980. Au petit matin, Antonio Berardi, ouvrier à la Fiat, assiste à un violent carambolage. Il « sauve » un des passagers gravement brûlé, le couvre avec sa veste pour éteindre les flammes, l'amène aux urgences puis prend la fuite. Le blessé est admis au service de chirurgie plastique où on lui refait le visage d'après la photo de la carte d'identité trouvée dans sa veste. Dans le même temps, Antonio apprend de la bouche de Lucia, sa maîtresse, que Gianni Agnelli, le patron de la Fiat, a été enlevé la nuit même par un groupe de terroristes à bord de deux voitures, qu'il y a eu un accident. Y a-t-il eu erreur sur la personne ?

  • Dans cette grande fresque orale, Dario Fo imagine Milan se réveillant un beau matin privé de toute énergie fossile : plus de pétrole, plus d'essence, place (enfin !) aux énergies renouvelables. Fo décrit avec entrain et jubilation l'effet choc de cette pénurie, la secousse salutaire qu'elle représente, les réactions somme toute astucieuses et soulagées des gens qui, libérés du carcan de la consommation forcenée, redeviennent des personnes en charge de leurs choix de (sur)vie. Entre essai de sociopolitique et répertoire de fables joyeuses à réciter, mimer ou jouer, Dario Fo aborde ici une des questions qui lui tiennent le plus à coeur : la pollution de la planète Terre et l'urgence de changer les comportements des sociétés humaines. Saynètes aux dialogues vifs, aux personnages croqués avec indulgence, au ton souvent moqueur : on retrouve ici la sympathie inaltérable de Dario Fo pour les humbles et les déshérités, sa complicité avec leur vitalité subversive, sa verve endiablée contre la puissance mortifère de l'argent et ses serviteurs intéressés que sont la censure religieuse et la complaisance intellectuelle.

  • Fille d'un pape, trois fois mariée au gré des alliances politiques changeantes du clan Borgia, mère d'un enfant illégitime dont le père est retrouvé dans les eaux du Tibre, beauté chantée par ses contemporains, Lucrèce a pendant de longs siècles été considérée comme un personnage sulfureux, et l'incarnation du vice et de la débauche.
    Ce roman nous la révèle pour ce qu'elle était véritablement : la victime des agissements des siens, un pion entre les mains de son frère, César, et du plus corrompu des pontifes, son père, Alexandre vi. Une femme cultivée, protectrice des arts et des lettres, sensible et réfléchie, et dont l'humanité a fini par avoir raison des rumeurs les plus folles.
    Dans un tourbillon qui nous emporte au coeur de l'Histoire, Dario Fo fait renaître avec talent et finesse la Renaissance, période autant été marquée par l'épanouissement des arts que par les intrigues les plus scabreuses et les assassinats politiques.

  • Nel 1921 un emigrante italiano, anarchico, "volò" da una finestra del palazzo della polizia di New York. E' questo l'episodio storico che Dario Fo prende a pretesto per mettere in scena Morte accidentale di un anarchico, giusto un anno dopo quel dicembre del 1969 in cui si consumò la tragedia di Pinelli. Siamo alla raggiunta pienezza espressiva del teatro più propriamente politico di Fo, a quel proporsi della forma teatrale come cronaca e come critica, pur senza mai perdere di vista la spettacolarità scenica, e anzi usandola brechtianamente.Nella vicenda creativa di Fo, era questo un discorso già avviato. Nella Signora è da buttare, che è del 1967, l'omaggio al circo è un pretesto, una parafrasi del baraccone dello zio Sam, caricaturalmente esibito in tutte le sue contraddizioni anche tragiche. Un testo che ha offerto a Franca Rame l'occasione di interpretare tutta una serie di personaggi che impongono trasformazioni incredibili.

  • T5 dario fo

    Dario Fo

    • L'arche
    • 1 Septembre 1995
  • Entre récit et roman picaresque, Le pays des Mezaràt relate les sept premières années du prix Nobel de littérature italien et un petit "°supplément°".
    Avec sa drôlerie et son ironie habituelles, Dario Fo plante son décor sur la rive italienne du lac Majeur, dans le village des Mezaràt ("°Chauves-souris°" en dialecte lombard), et propulse sur la scène des personnages hauts en couleur : un père cheminot, antifasciste, un grand-père horticulteur pour le moins truculent, une mère sensitive, un comte vengeur enroulé dans une cape de calife, une jeune beauté du nom de Néfertiti aux prises avec la mafia locale, des souffleurs de verre, des contrebandiers et des pêcheurs qui vivent la nuit, comme les chauves-souris, et racontent des histoires folles et comiques.
    C'est dans ce monde surréaliste où les toits des maisons suisses semblent faits en chocolat et les statues pseudo-antiques s'entretuent par amour, que le jeune Dario apprendra son métier.
    "°Des personnages indélébiles, une conclusion hilarante.°" CORRIERE DELLA SERA. "°La vie absurde et géniale d'un bouffon.°" LA REPUBBLICA. "°Une enfance drôle et magique... l'autoportrait d'un Nobel en petit garçon, peint avec l'élan et le comique d'un grand maître.°" REPUBBLICA DELLE DONNE.
    "°Un voyage mémorable à la recherche de l'Eden perdu. " PROMETHEUS.

  • Dario fo

    Dario Fo

    • Ricordi
    • 1 Janvier 1985
    Sur commande
  • L'histoire du tigre

    Dario Fo

    Indisponible
  • Toto

    Dario Fo

  • T1 dario fo

    Dario Fo

    • L'arche
    • 15 Octobre 1997

    ".
    Tout bien pesé, je considère fo comme l'artisan moderne le plus complet et le plus constant de ma forme comique préférée. la carrière de ce flamboyant auteur - acteur et les combats politiques de son pays se confondent. on ne peut pas plus les dissocier qu'on ne songe à le faire pour aristophane. spectacle et engagement sont pour lui inséparables et il n'écrira ou ne représentera rien qui ne se conforme à ce principe.
    Mais en sachant donner au militantisme une chaleur de vie, une jubilation inventive qui lui sont généralement étrangères. au début des années 50 alors qu'il n'a que 25 ans il inaugure à la radio une carrière de conteur. inspiré par les traditions populaires de sa province d'origine, la région du lac majeur, il s'en sert pour commenter l'actualité, avec une irrévérence qui est en lui comme un instinct de chasse.
    Peu après, quand il aura fondé, avec son épouse franca rame, sa première compagnie professionnelle, il entreprendra d'observer l'histoire italienne et de la censurer par un grand rire partisan, furieux et joyeux à la fois. il en accompagnera, pendant quarante ans, les péripéties les plus mouvementées. ", hubert gignoux. ce livre ne met pas seulement à la portée du lecteur les deux " farces militantes " sans doute les plus célèbres de dario fo, mort accidentelle d'un anarchiste et faut pas payer ! il les inscrit dans le contexte des luttes politiques italiennes dont elles sont issues et dont on saisira les imbrications grâce à l'ample lexique proposé par valeria tasca en fin de volume.

  • Dans l'espace sans limite des ressources du rire, dario fo use parfois d'un humour corrosif : par exemple, cette histoire du tigre, l'une de ses plus célèbres performances, oú il tire partie d'une fable polémique qu'on lui a racontée en chine pour illustrer l'esprit de résistance et de ruse du peuple contre la violence et le dogmatisme obtus des bureaucraties politiques.
    On y trouve une merveilleuse parodie de la langue de bois communiste. sans doute faut-il que le lecteur imagine le talent de dario fo interprétant en grammelot cette interminable leçon de catéchisme politique, cette litanie sans fin.

    " le parti, l'armée et le peuple sont une seule et même chose. il y a bien sûr, une direction, parce que s'il n'y a pas de direction il n'y a pas de tête et sans tête, il n'y a pas non plus la dimension d'une dialectique expressive qui détermine une ligne de conduite qui, naturellement, part du sommet mais qui se développe ensuite dans la base qui recueille et discute les propositions faites par le sommet non pas comme des inégalités de pouvoir mais en quelque sorte comme des égalités invariables et déterminées, afin qu'elles soient appliquées dans une coordination effective horizontale mais aussi verticale des actions incluses dans les positions de la thèse qui se développent depuis le bas pour revenir jusqu'en haut mais aussi du haut vers le bas dans un rapport de démocratie réciproque.
    " imitation assassine.

  • Tarot dario fo

    Dario Fo

    • Dg jeux
    • 1 Mars 2000
  • T6 dario fo

    Dario Fo

    • L'arche
    • 27 Mars 2002
  • Breton Mistero buffo

    Dario Fo

    Nouvelle pièce de théâtre de la troupe Penn Ar Bed, qui sera jouée à partir du mois de novembre 2006. " Mistero buffo est un grand moment de théâtre politique reconnu comme tel dans toute l'Europe. [..] Les " mystères " du Moyen Age que Dario Fo a reconstitués dans Mistero buffo grâce à des années de recherche s'inscrivent dans une autre vision du monde : celle de l'histoire faite par le peuple, vécue et racontée par le peuple lui-même et non pas celle de l'Histoire racontée par les classes dominantes. [...]
    Au Moyen Age le peuple s'exprimait à travers les " représentations sacrées ", les " mystères ", et par la voix des jongleurs. Le jongleur était le journal parlé du peuple. Par sa voix le peuple parlait directement, démystifiant le sacré en utilisant l'arme du rire et du grotesque. Chaque représentation sacrée était prétexte à une satire féroce du pouvoir, les thèmes religieux y mettaient en jeu des êtres humains
    réels, des hommes dans leur réalité de classe, et le peuple, en repérant et dénonçant grâce à ces thèmes l'oppression de la classe dominante, prenait conscience de sa propre dignité. "

empty