Albin Michel

  • Chambres avec vues

    Delphine Chedru

    Il est question dans cet album de l'instant particulier où au sortir d'un rêve, on ouvre grand les yeux et les oreilles pour déchiffrer son environnement. Les indices sont à la fois sonores (les bruits de la maison, ceux de l'extérieur) et visuels (l'intensité de la lumière filtrant à travers les volets). Tout cela donne à « voir le monde » sans pour autant l'avoir directement sous les yeux. Le livre se lit en trois temps : si l'on soulève les flaps, l'extérieur se révèle et vient contredire ou confirmer l'impression de l'enfant. Mais l'image que l'on voit est-elle bien réelle ? Lorsque l'on tourne la page, l'extérieur apparaît enfin dans sa totalité sur une double page et peut à son tour contredire ce que le cadre de la fenêtre permettait de voir. Les lieux varient au fil des pages (la campagne, la ville, le bord de mer).

    À partir de 4 ans

  • Delphine Chedru nous offre une version originale d'un grand thème de la petite enfance : les contraires. En deux tons, bleu et rouge, ses images nous proposent deux versions contradictoires d'un lieu, d'un événement, d'une notion, etc. Telle qu'on la découvre imprimée sur la page, l'image mêle les contraires ; l'un est représenté au trait rouge, l'autre au trait bleu. Mais lorsque l'on regarde à travers le filtre rouge, le trait rouge disparaît pour ne laisser apparaître que le trait bleu, un tableau de « l'été » par exemple. Au contraire, à travers le filtre bleu, c'est le trait bleu qui disparaît et se révèle alors le seul trait rouge, pour nous faire découvrir « l'hiver ». Cette ingénieuse méthode est ici exploitée avec beaucoup de talent, d'humour et d'esthétisme, car Delphine Chedru a réussi la prouesse de rendre artistique et ludique la superposition de deux images habituellement illisible.

  • La Russie est probablement l'un des rares pays au monde à avoir institué la poésie pour les enfants en genre à part entière.
    En effet, depuis les années 1920, bien qu'héritier d'une tradition folklorique faite de comptines et de chansonnettes, c'est un domaine neuf qui émerge, décidé à se défaire de la morale et de la sensiblerie dont les oeuvres pour enfants étaient empreintes au XIXe siècle. Il s'agit pour les auteurs qui s'en emparent de restituer la fraîcheur et l'inventivité enfantine et de créer une poésie authentique, libre, sans pédagogie.
    Delphine Chedru a choisi d'illustrer quelques-uns de ces poètes - Korneï Tchoukovski, Samuel Marchak, Oleg Grigoriev, etc - et de rendre hommage à leurs contemporains constructivistes en jouant avec les lettres comme avec les images. Dans chaque double page, textes et illustrations sont étroitement liés pour mieux rendre la musique du poème.
    Le ton singulier, souvent impertinent, de la poésie russe et le graphisme ludique, où se mêlent dessins et photos, forment un album original, tout en éclats et en humour.

  • Après les poésies russes de Hardi Hérisson, Delphine Chedru explore avec ces comptines anglaises un nouveau territoire poétique.
    Tout comme les Russes, les Anglais aiment à travers leurs célèbres « nursery rhymes » s'adresser aux enfants dans la langue de l'humour et de l'absurde.
    Ces petites comptines souvent sans queue ni tête jouent à faire s'entrechoquer les mots, et leurs auteurs semblent préférer au sens le son qui en ressort !
    Delphine Chedru les illustre avec grâce, soulignant l'absurde et la fantaisie d'un trait de dessin délicat et de motifs aux tonalités anglaises qui rappellent ceux d'un William Morris.

  • L'arbrier

    Delphine Chedru

    Pars à l'aventure dans les jardins, dans les parcs ou en balade à la campagne, et retrouve les feuilles des 28 arbres présentés dans ce livre! Après la cueillette, le jeu continue.
    A toi de créer des empreintes pour compléter les dessins, recouvrir les arbres dénudés et inventer des scènes extravagantes.

  • Les activités de ce livre sont multiples : inventives, drôles, classiques ou originales et toujours ludiques :

    - elles procurent à l'enfant le plaisir de faire, et parfois de défaire, à travers des activités manuelles de découpage, d'assemblage et de collage (montage de masques, d'un flip book).
    - elles stimulent son imagination en le laissant transformer le cours d'une histoire, en choisissant une couleur ou une autre pour un coloriage, un trait pour marquer un visage d'une expression heureuse ou malheureuse, des gommettes pour faire les quatre saisons ou inventer des personnages avec des outils et des ustensiles.
    - elles sollicitent son attention dans des jeux d'observation où il faut repérer des formes connues dans un motif, retrouver l'empreinte d'un animal, suivre le chemin d'un trésor...
    Dans tous les cas, l'enfant s'approprie l'espace narratif que proposent les pages dans lesquelles les consignes des activités sont données sur le ton décalé d'une histoire.

    Les expressions graphiques de ce livre sont tout aussi multiples que les activités, dessins ou photos, une alternance qui préserve la surprise et le plaisir de l'enfant.

  • L'idée singulière de ce livre repose sur un jeu : humaniser des objets manufacturés en les affublant d'yeux, de cheveux, de moustaches et en ajoutant à cela quelques éléments colorés pour leur construire un décor et leur inventer une histoire. Dans ce livre artistique et livre d'activités, une trentaine de photographies d'objets insolites ou quotidiens sont ainsi détournées par Delphine Chedru sur la page de gauche. L'étui à lunette devient alors une coquette demoiselle ou la poignée de porte, un personnage indigné. Un petit texte drôle et poétique en légende vient souligner leurs émotions. À droite, en vis-à-vis, l'objet brut apparaît pleine page, et l'enfant est invité à suivre le même procédé. Il devient à son tour créateur, grâce à huit pages de gommettes qu'il peut coller et recoller. Ce livre ludique sollicite son attention s'il choisit de reprendre la proposition de l'auteure. Il stimule son imagination s'il préfère inventer ses propres portraits, déclinables à volonté. Yeux doux, inquiets, sévères ou rieurs, cheveux, moustaches, chapeaux sont autant d'accessoires qui lui permettent de jouer sur une large palette d'expressions ou de composer des portraits sans queue ni tête.

empty