• Quel est le but ultime du féminisme ? Les femmes se battent-elles pour l'égalité ou pour la liberté ? Emma Goldman, anarchiste russe née en 1869, développe une pensée féministe incroyablement contemporaine dans deux conférences méconnues en France : «Woman suffrage» [«Le Droit de vote des femmes»] et «The Tragedy of Woman's Emancipation» [«La Tragédie de l'émancipation féminine»], au cours desquelles elle rappelle que le but du combat féministe ne doit pas être seulement l'égalité formelle mais bien la liberté réelle : la liberté pour chaque femme de vivre une vie choisie, sans avoir à payer, par une vie de solitude et d'inconfort, le prix de ce combat et de ce choix, et sans avoir à renier ses désirs profonds (vie amoureuse, désir d'enfants, maternité, sexualité heureuse, etc.). Une pensée lumineuse et profondément humaniste, traduite et préfacée par Thibaut de Saint Maurice, chroniqueur de la « Petite philo du Quotidien » dans l'émission «Grand bien vous fasse» sur France Inter. Dans le même format que «La liberté d'être libre» de Hannah Arendt.

  • « L'anarchisme, tel le ferment de la pensée, nourrit aujourd'hui tous les domaines de l'activité humaine. La science, les arts, les lettres, le théâtre, le combat pour l'égalité économique, chaque lutte individuelle ou collective contre le désordre ambiant, en somme, est éclairée par la lumière spirituelle de l'anarchisme. C'est la philosophie de la souveraineté de l'individu. C'est la théorie de l'harmonie sociale. C'est une vague de vérité vivante et puissante qui déferle sur le monde et inaugurera une aube nouvelle ».

    Dans ces textes, Emma Goldman (1869-1940), active militante et éditrice de la revue Mother Earth, livre sa définition de l'anarchisme : une philosophie révolutionnaire conciliant les intérêts de l'individu et ceux de la société.

  • Vivre ma vie

    Emma Goldman

    Née en 1869 dans l'Empire russe, Emma Goldman s'exile aux États-Unis à 16 ans. Pauvreté, exploitation et désillusions l'y attendent. Elle plonge alors à corps perdu dans le chaudron politique et intellectuel. Activiste et conférencière anarchiste aussi célèbre que redoutée, elle sillonne au gré des luttes une Amérique en pleine ébullition. Expulsée en 1919 vers la Russie, accueillie chaleureusement par Lénine, elle découvre une réalité qu'elle ne cessera de dénoncer avec courage tout en poursuivant son inlassable combat pour l'émancipation.
    Son époustouflante épopée mêle morceaux de bravoure et moments d'intimité, grands affron­tements politiques et vie d'une femme hors du commun, poésie et quotidien, espoir et désenchantement. Ce texte magistral est à la fois une fresque historique qui donne le vertige, tant on y croise toutes les grandes figures révolutionnaires, une oeuvre puissante d'une rare sensibilité et l'un des plus beaux chants d'amour à la révolte et à la liberté. Un monument de la littérature anarchiste enfin traduit intégralement en français.

  • Ce livre contient les récits des rencontres d'Emma Goldman, célèbre anarchiste américaine, avec les dirigeants et militants bolchéviques, ainsi qu'avec les anarchistes persécutés et d'innombrables anonymes rencontrés au cours de ses voyages en Russie soviétique. Elle constate que, deux ans et demi après Octobre, le système, dont elle analyse la nature, réunit déjà en germe tout ce qui fera le totalitarisme stalinien, à l'exception du culte de la personnalité, dont Lénine ne voulait pas.

  • En 1889, par une chaude journée d'août, une jeune juive russe émigrée arrive à New York, riche de ses vingt ans, d'une machine à coudre et d'un idéal.
    En quelques années, l'Amérique ne va pas tarder à découvrir celle que les journaux nommeront «Emma la Rouge». Attentats, grèves, meetings, procès, emprisonnements se succèdent autour d'elle.
    Mais dans ce tourbillon où d'autres se noieraient corps et âme, Emma Goldman n'oublie pas de vivre. Elle aime les fêtes, l'art, le raffinement, et ne craint pas de s'exprimer sur des sujets tabous même parmi les gens de gauche : le droit à l'amour et à la libre disposition de son corps, le contrôle des naissances, la prostitution, l'homosexualité, la psychanalyse, la lutte des minorités ethniques, etc. Bref, elle dérange, et pas seulement les pouvoirs en place.

  • Living my life

    Emma Goldman

    Anarchist, journalist, drama critic, advocate of birth control and free love, Emma Goldman was the most famous--and notorious--woman in the early twentieth century. This abridged version of her two-volume autobiography takes her from her birthplace in czarist Russia to the socialist enclaves of Manhattans Lower East Side. Against a dramatic backdrop of political argument, show trials, imprisonment, and tempestuous romances, Goldman chronicles the epoch that she helped shape: the reform movements of the Progressive Era, the early years of and later disillusionment with Lenins Bolshevik experiment, and more. Sounding a call still heard today, Living My Life is a riveting account of political ferment and ideological turbulence.
    First time in Penguin Classics Condensed to half the length of Goldman's original work, this edition is accessible to those interested in the activist and her extraordinary era ;

    Grand format N.C.
    Prix indicatif - Contacter votre libraire
    Épuisé
  • L'égalité politique des femmes, le rapport entre mariage, prostitution et esclavage sexuel, l'action directe, la réforme de l'éducation moderne, les minorités et le progrès, les causes de la jalousie (et ses remèdes), la désillusion en Russie en 1917, la fausse démocratie, etc. : le recueil de textes, pour la plupart inédits, de deux figures de l'anarchisme féminin aux États-Unis au tournant du XXe siècle.
    Dès la fin de la guerre de Sécession, les États-Unis s'affirment comme l'une des puissances clés du monde industriel et capitaliste émergeant. Incarnation du « rêve » d'un monde meilleur pour ses nombreux immigrants, le pays se construit à travers les crises sociales, identitaires et politiques qui traversent l'ensemble du monde occidental. Revenir sur cette époque à travers les écrits de Voltairine de Cleyre (1866-1912) et d'Emma Goldman (1869-1940), militantes anarchistes, permet de mettre en perspective certaines de nos problématiques actuelles.
    Les textes, pour la plupart inédits en français, ont été écrits au long d'un demi-siècle crucial, entre 1880 et 1940. Ils disent l'articulation entre la critique franche de la société moderne et la redéfinition du statut des femmes. De quoi est-il question ? De sexualités, de prostitution, de mariage, de contrôle des naissances, d'amour, de jalousie, de propriété, de liberté, d'éducation, de leurre idéologique, notamment... de dissidence et de liberté surtout.

  • Anarchist, journalist, drama critic, advocate of birth control and free love, Emma Goldman was the most famous--and notorious--woman in the early twentieth century. This abridged version of her two-volume autobiography takes her from her birthplace in czarist Russia to the socialist enclaves of Manhattans Lower East Side. Against a dramatic backdrop of political argument, show trials, imprisonment, and tempestuous romances, Goldman chronicles the epoch that she helped shape: the reform movements of the Progressive Era, the early years of and later disillusionment with Lenins Bolshevik experiment, and more. Sounding a call still heard today, Living My Life is a riveting account of political ferment and ideological turbulence.
    First time in Penguin Classics Condensed to half the length of Goldman's original work, this edition is accessible to those interested in the activist and her extraordinary era ;

empty