La Fosse Aux Ours

  • Boire et plus

    Fabienne Swiatly

    Une femme raconte l'alcool, l'ivresse, l'addiction. Elle interroge le passé et la place de l'alcool dans sa famille. La narratrice dresse le portrait d'une femme qui boit pour le plaisir, par habitude et pour sentir son corps exister parmi les autres.
    Boire comble l'absence. Mais l'absence de quoi ? C'est la question soulevée tout au long de ce texte.
    L'auteur énumère des faits et elle constate : Si je ne bois plus, serais-je encore moi ? Et elle nous laisse devant un verre à moitié vide - à moitié plein.
    Son entourage s'étonne : Tu bois tant que ça ?
    Puis vient le temps de la séparation. Elle met de la distance entre le verre et la bouteille.
    Apprend à dire non.
    Elle devient abstinente même si le mot lui déplait.
    Vivre sans... T out simplement ?

    Sur commande
  • La narratrice de Gagner sa vie (La Fosse aux Ours, 2006) explorait le monde du travail et concluait à son inaptitude. C'est du côté des hommes que nous entraîne, ici, Fabienne Swiatly et le constat n'est pas forcément plus réjouissant. Des amours enfantines aux occasions ratées en passant par les belles histoires, la narratrice observe, sans acrimonie, l'« agitation » des hommes.
    Tous les épisodes du livre sont associés à des chansons qui rythment ces rencontres.

    Sur commande
  • Unité de vie raconte le face à face entre deux femmes. La plus âgée vient d'entrer dans un établissement médical. Elle n'en sortira plus. Elle laisse une maison, une famille dont les contours s'estompe peu à peu. Sa belle-fille, d'origine bosniaque, se débat entre une vie de couple qui s'étiole et un passé ravagé par la guerre. Entre la femme qui perd la mémoire et celle qui veut la conserver à travers la photographie s'est noué une relation forte.
    Unité de vie dresse le portrait de deux femmes magnifiques.

  • Dans les ruines d'une ville allemande une jeune femme tente de survivre.
    Plus tard, on la retrouve en france, vite mariée et très vite malheureuse. une vie de peu oú le désir et l'envie s'étiolent au fil du temps. le magnifique portrait d'une femme cabossée par la vie et à jamais seule dans un pays dont elle peine à saisir les codes sociaux.

  • D'abord une petite fille qui trouve belle l'usine qui fonctionne avec les pères dedans. Puis une élève à qui les enseignants disent que c'est déjà bien secrétaire commerciale pour une fille d'ouvrier. Plus tard une adolescente qui cherche n'importe quel boulot dans une petite ville d'Alsace. Ensuite une jeune fille qui trie des dattes à Marseille, des photos à Paris, essaie de faire son chiffre en fin de mois. Et souvent la honte de ne pas savoir faire bien les gestes simples des petits métiers. Quelque chose avec ses mains qui ne veut pas. Adulte, elle apprend à être une jeune femme parmi les hommes qui savent, à communiquer avec son époque, à brancher les fax, les ordinateurs, les imprimantes. Et quand le doute s'installe, comme beaucoup, elle pense que travailler pour une O.N.G ce serait bien. Puis la femme fait écrire les autres, les cloués sur un lit d'hôpital, les égarés dans leur tête, les éloignés du pays et de la langue. Et elle se fait reprocher d'être payée pour ça. De ce qu'il faudrait donner et ne pas vendre. Puis elle prend des responsabilités, ouvre un local et gère une équipe de formateurs. Elle est directrice et apprécie ce titre accolé à son nom. Directrice la fille d'ouvrier. Mais vient le temps de l'épuisement, du trop à faire. Alors il faut s'arrêter, cesser de vouloir marcher avec ce qui n'avance pas. Vient le jour du travail quitté et de la question continuelle de ce qu'il en coûte exactement de gagner sa vie. Un livre qui parle du travail.

empty