• "Tristan disait souvent que rien ne serait arrivé sans la boxe. Mais, à vrai dire, rien ne serait arrivé sans la gare du Nord non plus. Et rien non plus s'il n'avait pas eu un père communiste. Mais il est vrai que la boxe était un bon début."
    Tristan Rivière a été élevé dans l'idée qu'il devait être un héros. À l'âge de seize ans, à la première occasion qui lui est accordée de prouver son courage, il s'enfuit. Après dix années de remords et d'humiliation, Tristan se retrouve dans un train au moment où une jeune femme est agressée par une bande. Va-t-il enfin se montrer à la hauteur ? Suivant sa réaction, sa vie prendra des directions entièrement différentes...

  • "Autrefois, j'avais un ami. Je l'ai rencontré il y a bien longtemps, par un jour d'hiver, sautant de sa voiture et grimpant quatre à quatre les marches du lycée Franklin. C'est le souvenir le plus vivace que j'aie de lui, une impression inégalable d'éclat et de beauté. Figé sur les marches, rempli d'admiration et de honte, j'étais égaré dans ma condition de "nouveau", égaré en moi-même. Il m'a sauvé - des autres, de ma propre jeunesse. Des années plus tard, alors que cet homme était devenu une image détestée, j'ai tenté de le sauver. J'aurais aimé qu'on sache qui il était vraiment."
    Lorsque Adam Vollmann, journaliste au New Yorker, voit s'afficher un soir sur les écrans de Times Square le portrait d'un homme recherché de tous, il le reconnaît aussitôt : il s'agit d'Ethan Shaw. Le bel Ethan, qui vingt ans auparavant était la star du lycée et son seul ami, est accusé d'avoir violé et tué une jeune Mexicaine. Refusant de croire à sa culpabilité, Adam retourne à Drysden, où ils se sont connus, pour mener l'enquête. Mais à mesure qu'il se confronte au passé, toutes ses certitudes vacillent...
    Roman haletant et réflexion virtuose sur la puissance du récit, Le monde n'existe pas interroge jusqu'au vertige une société aveuglée par le mensonge, où réalité et fiction ne font qu'un.

  • Eden utopie

    Fabrice Humbert

    Au début du XXe siècle, une jeune fille perd sa mère et est élevée en compagnie d'une cousine qu'elle considère comme sa soeur. Elle fait un mauvais mariage, doit abandonner ses enfants, gagne sa vie par tous les moyens. Sa cousine, de son côté, fait un beau mariage et mène une vie heureuse et prospère. Toutefois, l'écart des destins n'empêche pas les deux femmes de se voir chaque semaine. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, leurs deux familles créent une étrange communauté utopique qui a pour nom la Fraternité. À partir des années 1960, la France se transforme, les idéaux évoluent aussi et les descendants de la Fraternité tentent d'appliquer dans leur vie ce qu'ils ont appris au cours de leur enfance : l'un d'entre eux devient Premier ministre sous la Ve République, une autre choisit les voies de la gauche radicale et fait malgré elle partie du groupe terroriste français Action directe. Mais pour les autres, et notamment pour l'auteur, quelle utopie est encore possible de nos jours?
    Roman d'une des aventures les plus secrètes et les plus intenses du XXe, siècle, ce livre est l'histoire d'une double famille, celle de Fabrice Humbert, qui signe ici une éblouissante plongée dans les passions et les utopies des êtres et des sociétés.

  • During a school trip to Buchenwald concentration camp, a young French teacher comes across a photograph of a man whose resemblance to his own father, Adrien, is uncanny. However, the man has a different name and died in 1942.



    Returning to France, he finds that the memory of the photograph refuses to leave him. He decides to embark on a search for its subject, which takes him to the Buchenwald archives, to the heart of the Nazi machine, but more disturbingly, draws him into the dark heart of his own family. Eventually, he is brought face-to-face with his own capacity for violence.



    A subtle, moving book, The Origins of Violence shows the limitless ways in which humans inflict harm on each other, and how individual people, not societies, are the perpetrators.

  • Paris, June 1995. In a restaurant, a waiter is violently attacked by a guest. No-one moves. Neither the Russian couple, nor the wife of the aggressor, nor the two young traders come to celebrate their first jobs on the floor. An event not worth lingering over?



    All actions have consequences. And on this occasion, the brutality, indifference or cowardice of those present will signal the beginning of their individual undoing. From the fall of the Berlin wall to the financial crash of 2008, in a world defined by wealth, the crossed destinies the actors in this first scene, from Russian oligarch to property speculator weave a web. At its is Sila, the floored immigrant whose refusal to be made a victim will bring the house down.

empty