• Cet ouvrage, richement illustré, est l'occasion de redécouvrir le patrimoine exceptionnel des pierres à légendes et se veut une invitation à suivre son propre chemin au coeur de sites naturels remarquables du Limousin.Le Limousin, pays de l'arbre et de l'eau, territoire d'espaces naturels encore préservés, conserve de façon plus discrète un ensemble remarquable de pierres dites « à légendes ». Ces pierres, isolées ou regroupées en chaos de rochers, nées de l'érosion ou façonnées par l'homme, ont suscité inévitablement, de par leur aspect ou leur implantation, nombre de croyances et de pratiques rituelles relevées par l'ethnologue. Occupant une grande place dans les traditions locales du Limousin, les légendes liées aux pierres sont peuplées de druides, fades ou fées, martes, bergères, animaux fabuleux, chercheurs de trésors ou relatent le passage de géants, de saints, voire du Diable. Ces légendes constituent pour chaque génération un héritage multiséculaire. Au-delà du témoignage ethnologique, le présent ouvrage se veut aussi un appel à la sauvegarde de ce patrimoine du sensible qui nous indique les regards qu'ont portés nos ancêtres sur leur environnement. Nombre de ces pierres, inscrites dans des paysages ou des cheminements d'approche d'une pure beauté, conservent pour les visiteurs une véritable charge émotionnelle.
    François Guyot, ethnologue, a été professeur d'Histoire et Géographie au lycée Jean-Giraudoux de Bellac (Haute-Vienne). Il a présidé la Société d'Ethnographie du Limousin et de la Marche (S.E.L.M.) pendant de nombreuses années. Il a surtout travaillé sur l'artisanat, les coutumes, croyances et légendes de son pays natal, Saint-Yrieix-la-Perche en Haute-Vienne. Toutes ses études ont été publiées dans le bulletin de la S.E.L.M. dont celle consacrée aux Pierres à légendes du Limousin parue en 1994. Désormais, il se consacre plus particulièrement à l'histoire contemporaine de Bellac.

    Sur commande
  • Sur commande
  • Budget scolaire : extrait du discours prononcé à la distribution des prix des écoles libres, le 1er août 1897 / par monsieur le curé de la paroisse [signé : Guyot] ; Paroisse Saint-Charles à Serin Date de l'édition originale : 1897 Le présent ouvrage s'inscrit dans une politique de conservation patrimoniale des ouvrages de la littérature Française mise en place avec la BNF.
    HACHETTE LIVRE et la BNF proposent ainsi un catalogue de titres indisponibles, la BNF ayant numérisé ces oeuvres et HACHETTE LIVRE les imprimant à la demande.
    Certains de ces ouvrages reflètent des courants de pensée caractéristiques de leur époque, mais qui seraient aujourd'hui jugés condamnables.
    Ils n'en appartiennent pas moins à l'histoire des idées en France et sont susceptibles de présenter un intérêt scientifique ou historique.
    Le sens de notre démarche éditoriale consiste ainsi à permettre l'accès à ces oeuvres sans pour autant que nous en cautionnions en aucune façon le contenu.
    Pour plus d'informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

    Sur commande
  • L'Ethiopie est un pays particulier où on peut se sentir l'âme d'un aventurier ou d'explorateur dès qu'on quitte une route goudronnée. Mais on se demande si ce sentiment est bien raisonnable, puis on cherche à savoir s'il était partagé par nos prédécesseurs. J'ai donc passé deux ans à lire tout ce qui me tombait sous la main : récits de voyage, essais, romans, thèses.. Imaginez le fouillis : il a fallu ensuite organiser tout cela, développer une " problématique ". qui est en grande partie reprise dans ce livre.

  • Le commissaire Lecoq de l'écrivain Émile Gaboriau est à l'origine de ce que Sherlock Holmes appellera "la science de la déduction". Au-delà du roman, la criminalistique apparaît au Royaume-Uni en 1786. En 1910, Edmond Locard crée le véritable laboratoire de police scientifique à Lyon. À partir des années 1950, cette science est délaissée faute de budget et de personnel. À la fin des années 1980, les avancées technologiques et la volonté dont fait preuve la gendarmerie nationale replacent l'exploitation scientifique des traces et indices au centre des enquêtes.
    L'Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale (IRGN) est le seul laboratoire à être accrédité par la section laboratoire du Comité français d'accréditation (Cofrac). Au fil des affaires, cet institut a su prouver ses compétences dans la lutte contre la criminalité.
    Page après page, le lecteur découvrira les coulisses de ce sanctuaire, du travail des techniciens en identification criminelle (TIC) sur les scènes d'infractions aux analyses des scientifiques et des ingénieurs de l'IRCGN.
    Quotidiennement, ces hommes et ces femmes font parler les indices, parfois invisibles à l'oeil nu, comme l'imaginait Edmond Locard un siècle plus tôt.
    Cet ouvrage interactif intègre de nombreux " flashcodes " donnant accès à plusieurs témoignages de personnalités qui ont contribué à la modernisation de cette science.
    " Il faut tenter de remplacer, dans la mesure déjà possible, les témoins qui se trompent et qui mentent par ceux qui ne peuvent ni se tromper ni mentir, c'est-à-dire les indices. " (Edmond Locard, La Police, ce qu'elle est, ce qu'elle.

    Sur commande
  • Le TGV, mis sur les rails il y a trente ans, a révolutionné le transport ferroviaire et redessiné les cartes de France et d'Europe en modifiant nos repères d'espace-temps.
    La construction d'une ligne de TGV, qu'il s'agisse des rames elles-mêmes, mais aussi des voies et des gares qui jalonnent son parcours, doit respecter au mieux les normes environnementales et limiter la consommation d'énergie. La grande vitesse sur rails et son faible impact écologique font donc du train un moyen de transport très prisé des voyageurs. Depuis trente ans, le TGV a gagné en puissance, en vitesse, en sécurité, en capacité.
    Toutes ces avancées sont le résultat du travail acharné d'hommes et de femmes passionnés. Cet ouvrage offre un regard unique sur cette merveilleuse aventure humaine et technologique à travers plus de 160 photos inédites de la construction du TGV.

  • Ce livre présente pour la première fois, le très discret « Service de Protection des Hautes Personnalité » dont la mission est d'assurer la sécurité des hauts dignitaires français et de leurs homologues étrangers lors de leurs déplacements sur notre territoire.
    Auréolés du mythe des « anges gardiens » et autres « body-guards », les policiers du SPHP observent continuellement chaque comportement suspect et n'hésitent pas à faire rempart de leurs corps en cas d'agression. On découvre dans cet ouvrage unique l'histoire et les missions de ce service ainsi que bon nombre de savoureuses histoires vécues. Les photographies ont été réalisées pendant trois années de reportages, totalement intégré au sein de cette unité d'élite.

  • La distinction du fait et du droit est une problématique centrale dans l'organisation des voies de droit. Elle exerce en effet, au-delà d'une variété de formes et de significations, une influence décisive sur l'office du juge ainsi que sur la fonction des autorités soumises à son contrôle. Pour appréhender pleinement la portée qu'elle revêt dans l'équilibre des pouvoirs établi par la Cour de justice de l'Union européenne, il est nécessaire de se défaire de toute préconception de la distinction du fait et du droit (notamment au regard des pratiques observées en droit interne), afin de comprendre comment le juge de l'Union européenne exerce un pouvoir de détermination à son égard, que ce soit dans le contrôle de validité des actes juridiques ou dans les voies de recours dirigées contre des actes juridictionnels. Dans cette opération, elle reste toutefois soucieuse d'assurer l'acceptabilité de ses décisions, et prend donc en considération certaines contraintes juridiques qui se présentent à elle dans son office. Autorité normatrice et ordonnatrice, la Cour de justice en tant qu'interprète authentique utilise en réalité la distinction du fait et du droit comme un instrument de répartition des compétences entre les différents acteurs concernés par la réalisation du droit de l'Union européenne. Elle définit ainsi, à travers la détermination de la distinction du fait et du droit dans chacune de ses manifestations, l'habilitation que leur confère le système juridique. En ce sens, elle apparaît comme la juridiction suprême de cet espace normatif.

empty