• La vie de Winston Churchill, homme d'État et homme de guerre exceptionnel, est un roman ; elle est ici racontée comme tel, sans un mot de fiction.
    Se fondant sur des recherches dans les archives de huit pays, la consultation de quelque quatre cents ouvrages et l'interview de nombreux acteurs e témoins, ce récit épique mené brillamment par François Kersaudy montre comment un homme solitaire, longuement façonné par d'exceptionnels talents et de singulières faiblesses, a pu infléchir le cours de notre siècle.

  • Dans Les Mains du miracle, Joseph Kessel raconte l'exploit du thérapeute d'Himmler qui se faisait rémunérer en libérations de juifs et de résistants - sans que le lecteur puisse toujours distinguer la fiction du réel. François Kersaudy, historien spécialiste du IIIe Reich, retrace la véritable histoire de Felix Kersten, un récit de terreur, de lâcheté, de générosité, de fanatisme et d'héroïsme qui tiendra jusqu'au bout le lecteur en haleine.
    Tout le monde en France connaît l'histoire d'Oskar Schindler, qui a sauvé un millier de juifs durant la Seconde Guerre mondiale. Mais on connaît beaucoup moins l'exploit de Felix Kersten, et pourtant, un mémorandum du Congrès juif mondial établissait dès 1947 que cet homme avait sauvé en Allemagne « 100 000 personnes de diverses nationalités, dont environ 60 000 juifs, [...] au péril de sa propre vie ». Encore, à l'issue du récit qui va suivre, de tels chiffres sembleront-t-il passablement sous-évalués.
    Un des ouvrages les moins connus et les plus émouvants de Joseph Kessel s'intitule Les mains du miracle. Ce roman retraçait déjà l'exploit du thérapeute d'Himmler qui se faisait rémunérer en libérations de juifs et de résistants  sans que le lecteur puisse toujours distinguer la part de Kessel de celle de Kersten. Pour reconstituer la véritable histoire au travers des archives, des mémoires, des journaux, des notes et des dépositions des principaux protagonistes, il fallait un historien spécialiste de la Seconde Guerre mondiale, qui connaisse également l'allemand, l'anglais, le suédois, le norvégien, le danois et le néerlandais. Le résultat est un récit de terreur, de lâcheté, de générosité, de fanatisme et d'héroïsme qui tiendra jusqu'au bout le lecteur en haleine. Combien de fois dans l'existence rencontre-t-on un périple de cette envergure - sans un mot de fiction ?

  • De Gaulle

    François Kersaudy

    Des cinq grands protagonistes de la Seconde Guerre mondiale, Charles de Gaulle est le seul à avoir reçu une formation d'officier général, les quatre autres - Hitler, Staline, Roosevelt et Churchill - pouvant être considérés comme des stratèges amateurs. Mais l'ironie du sort a voulu qu'il ait été aussi le seul à n'avoir pratiquement pas d'armée...
    Pourtant, cet homme à la vocation militaire très précoce, ce général de brigade engagé malgré lui en politique, a joué au bénéfice de la France un rôle considérable durant la Seconde Guerre mondiale ; et pendant le quart de siècle qui a suivi, ce militaire devenu civil, qui n'a jamais cessé d'affirmer la primauté du civil sur le militaire, n'en a pas moins instauré dans le gouvernement civil une rigueur quasiment militaire - tout en posant les jalons d'une doctrine de dissuasion stratégique qui a rendu à la France son statut de grande puissance.
    En cette année qui marque à la fois le 80e anniversaire de l'appel du 18 Juin et le 50e anniversaire de la mort du Général, François Kersaudy, qui en est l'un des meilleurs spécialistes, explore dans ce dixième volume de la collection « Maîtres de Guerre » ce qu'ont été, au sommet comme sur le terrain, les conséquences de ses ambitions, de ses décisions et de ses anticipations.

  • Brillant politicien, excellent écrivain, orateur hors pair, Winston Churchill est l'un des plus grands hommes d'état du XXème siècle. Son secret ? Un quart de volonté, un quart d'imagination, un quart d'humour et un quart de whisky - sans oublier l'essentiel : une conception très personnelle de l'ordre du monde. François Kersaudy a rassemblé ici ses propos les plus mémorables et les plus percutants. Comment résister aux considérations de Churchill sur le destin, la politique, la guerre, de Gaulle, la France, le communisme, Hitler, les états-Unis, mais aussi sur l'humour, l'alcool, les femmes, l'histoire et la mort ?

  • Après l'immense succès des Secrets du IIIe Reich, François Kersaudy et Yannis Kadari entraînent le lecteur dans une nouvelle plongée au coeur des arcanes du régime hitlérien. Dans un texte enlevé et accessible, tous deux revisitent certains épisodes mystérieux de ce moment d'histoire ahurissant, faisant à l'occasion de chaque récit la part de ce qui est avéré et de ce qui est purement fictif.
    Comment les nazis ont-ils préparé le programme d'euthanasie Aktion T4 ? Comment Hitler imaginait-il sa nouvelle capitale, Germania ? Comment ses fidèles envisageaient-ils de détruire les États-Unis ? Et d'où vient le mythe de leur « forteresse alpine », où ils livreraient leur baroud d'honneur ? Quel était le but de l'opération Werwolf (« loups-garous ») ? Enfin, qu'est devenu Martin Bormann, le « Méphisto du Führer » ? Sept chapitres saisissants - dont un inédit sur le duel Hitler-Churchill - pour lever les mystères et comprendre les dessous d'un univers terrifiant.

  • Le passage en poche d'un best-seller, par l'un des historiens français les plus connus.

    Pourquoi Hitler a-t-il multiplié les efforts - et les cadavres - pour dissimuler ses origines ? Quelle est la vérité sur l'affaire Rudolf Hess, qui a donné lieu à tant de publications fantaisistes ? Quelle était la nature exacte des relations du Führer avec les femmes ? Que s'est-il vraiment produit durant la Nuit des longs couteaux ?
    Le pari fait par l'auteur est que, sur tous ces sujets, les lecteurs trouveront la réalité plus passionnante que n'importe quelle fiction.
    " Les Secrets du IIIe Reich a le double mérite d'apporter du neuf et de clarifier en huit chapitres denses, abondamment sourcés et formidablement mis en musique, l'histoire d'Hitler. " Le Point

  • Il y a dans le monde presque autant d'ouvrages sur Charles de Gaulle que sur Napoléon ; et pourtant, le Général reste une énigme pour la plupart de ses compatriotes. Quel meilleur moyen de le redécouvrir que de le laisser parler ?
    Bien sûr, comme pour la plupart des grands personnages de l'histoire contemporaine, le fl ot des paroles et des écrits du général de Gaulle est si abondant qu'un voyage accompagné s'impose. Il permet de séparer l'essentiel de l'accessoire, de replacer ses propos dans leur contexte, puis d'en commenter la pertinence et la portée. Les citations sont ordonnées par thèmes, et l'ordre chronologique dans chaque chapitre donnera au lecteur la possibilité de suivre l'évolution des réflexions gaulliennes sur plusieurs décennies.
    Qu'il s'agisse de son autoportrait, de ses prophéties, de l'État, de la France libre, de Vichy, de Churchill, de Staline, de Roosevelt, de l'Allemagne, de l'Union soviétique, de l'Angleterre, des États-Unis, du parti communiste, de l'Algérie, des politiciens ou de l'humour, les déclarations publiques et les confidences privées de ce personnage d'exception ménageront bien des surprises...
    « Le plus difficile est de rester réaliste quand on a un idéal, et de garder son idéal quand on voit les réalités. » « Savez-vous qu'au fond, je suis un timide ? » « Au début, je n'étais pas très gaulliste. Mais petit à petit, en me regardant faire, je le suis devenu... » « Il arrive souvent que les intérêts des Français, ou ce qu'ils croient tel, ne coïncident pas avec ceux de la France. »

  • C'est un voyage guidé dans l'univers de la pensée gaullienne que propose François Kersaudy, qui s'emploie à replacer les propos du Général dans leur contexte et à révéler les enjeux qui les sous-tendent. Qu'il s'agisse de l'Europe, de l'armée, de l'OTAN, de la force de frappe, de l'ONU, de l'Afrique, de l'Asie, de l'économie, des médias, des écrivains ou de la mort, ces réflexions montrent une fois encore leur extraordinaire dimension prophétique. Mais les commentaires abondamment sourcés de l'historien mettent également en évidence les desseins secrets, les contradictions, les faux-semblants et les nondits qui ont émaillé la carrière de ce personnage d'exception : « Il ne faut jamais mentir, disait-il, mais il n'est pas interdit de se montrer astucieux... » Sous la plume brillante de François Kersaudy surgit un de Gaulle surprenant et inédit.

  • Churchill :.
    De gaulle, un grand homme ! il est arrogant, il est égoïste, il se considère comme le centre de l'univers. il est. vous avez raison, c'est un grand homme !.
    De gaulle : pauvre churchill ! il nous trahit, et il nous en veut d'avoir à nous trahir.
    Lorsque s'affrontent les deux plus grands hommes d'etat du xxe siècle, il faut bien s'attendre à des gerbes d'étincelles. ayant consulté vingt fonds d'archives et interrogé de nombreux témoins, françois kersaudy reconstitue plus de trente rencontres entre le premier ministre britannique et le chef de la france libre.
    Un livre véritablement unique, puisque c'est le seul ouvrage qui soit exclusivement consacré aux relations d'amour et de haine entre les deux hommes. l'ayant refermé, le lecteur considérera nécessairement d'un autre oeil les mémoires de guerre du général de gaulle et ceux de winston churchill.

  • Au début des années vingt, le capitaine Goering est un authentique héros de guerre. Mais ce vétéran ambitieux, influençable et cyclothymique est attiré par la politique et impatient d'y jouer un rôle. Or, à l'automne 1922, il rencontre Adolf Hitler et, dans son ombre, il va cumuler les emplois : putschiste improvisé, chômeur morphinomane, homme d'affaires talentueux, dandy corpulent, orateur tonitruant, député mercenaire, ministre de l'Intérieur sans scrupule, truand confirmé, parvenu millionnaire, stratège de salon, collectionneur d'art compulsif et complice de tous les crimes commis par son maître? C'est comme maréchal, commandant en chef de l'aviation allemande et successeur désigné du Führer que Goering entre à reculons dans la Seconde Guerre mondiale. Dès lors, depuis Dunkerque jusqu'à Stalingrad, il ne cessera de multiplier les erreurs.
    Tel est ce monument de contradictions que François Kersaudy nous invite à visiter.

  • Il voulait être député parce que son père l'avait été, Premier Ministre parce que son père n'avait pu l'être, militaire parce qu'il croyait en son génie stratégique, et journaliste parce que dans l'Angleterre victorienne, un officier était mal rémunéré et un député ne l'était pas du tout. Incapable de choisir entre ces quatre carrières, il les exercera toutes, consécutivement ou simultanément, durant soixante longues années : seul guerrier parmi les politiciens, seul politicien parmi les guerriers, seul politicien-guerrier qui soit en même temps journaliste, il va devenir célèbre grâce à la campagne du Soudan, député grâce à la guerre des Boers, figure nationale grâce à la Première Guerre mondiale et héros universel grâce à la Seconde.

    Mais cet organisateur, inventeur, propagandiste et tacticien sans égal se double d'un stratège inquiétant : confondant le souhaitable et le possible, négligeant la logistique, s'immergeant dans le détail au détriment de l'ensemble, ce chef d'orchestre génial est perpétuellement tenté de quitter son pupitre pour jouer la partition du violoniste ou celle du trompettiste. Si la plupart des fausses notes vont être évitées, c'est que ce maestro effervescent est encadré par des professionnels bien moins inspirés mais beaucoup plus pondérés. En définitive, c'est cette association fructueuse mais mouvementée qui assurera le salut du monde libre... et la gloire éternelle de Winston Churchill.

     

  • Dans le cas de Winston Leonard Spencer-Churchill, la stricte réalité dépasse de très loin la fiction. Jusqu'à 26 ans, les aventures du jeune officier et du reporter évoquent immanquablement celles de Tintin, mais ensuite, le personnage devient une synthèse de Clemenceau et de De Gaulle, l'humour et l'alcool en plus... ainsi qu'une imagination sans limites : « Winston, disait le président Roosevelt, a cent idées par jour, dont quatre seulement sont bonnes... mais il ne sait jamais lesquelles ! » Se fondant sur des recherches dans les archives de huit pays, la consultation de nombreux ouvrages et l'interview d'acteurs et témoins, ce récit épique montre comment un homme solitaire, longuement façonné par d'exceptionnels talents et de singulières faiblesses, a pu infléchir le cours de notre siècle, avec la complicité d'un destin qui s'est radicalement départi de son impartialité.

  • d'un côté, le président des etats-unis, politicien brillant, retors et manipulateur.
    de l'autre, le chef de la france libre, visionnaire, intransigeant, soupçonneux à l'extrême et animé d'un patriotisme exacerbé. s'appuyant sur une multitude de documents d'archives et de témoignages de première main, françois kersaudy reconstitue ce duel au sommet entre deux hommes d'exception, où l'on voit s'opposer deux conceptions de la légitimité, de la démocratie et de l'ordre du monde - un différend qui marque encore aujourd'hui les relations franco-américaines...

  • Les grands stratèges américains de la Seconde Guerre mondiale se comptent sur les doigts d'une main. Les deux premiers sont incontestablement l'amiral Nimitz et le général MacArthur, le second étant de loin le plus excentrique et le plus flamboyant. En 1918, il est déjà général sur le front de France et accompagne les nettoyeurs de tranchées, ceint d'une écharpe mauve de deux mètres tricotée par sa mère et armé seulement d'une badine... Trois décennies plus tard, parvenu au sommet de la hiérarchie militaire, il commande en Corée les armées de quinze pays sous l'égide des Nations unies, et menace les Chinois du feu nucléaire. Dans l'intervalle, ce meneur d'hommes au courage suicidaire a vaincu les Japonais dans le Pacifique Sud, puis organisé brillamment le relèvement du Japon moderne - à tel point que l'empereur Hiro-Hito pourra dire : « L'amiral Perry a ouvert à l'Amérique les portes du Japon, et le général MacArthur a ouvert au Japon le coeur de l'Amérique ».
    Foudre de guerre, stratège de génie au caractère épouvantable, politicien exécrable, autocrate bienveillant et fin diplomate, Douglas MacArthur a traversé comme un météore la première partie du xxe siècle, en marquant les trois grandes guerres d'une empreinte indélébile.
     

  • C'est en Norvège que se déroule le premier affrontement de la guerre entre l'Allemagne et les Alliés. Pour Hitler, c'est « l'entreprise la plus culottée de l'histoire militaire moderne » ; pour Churchill, c'est l'occasion rêvée de vaincre l'Allemagne d'emblée, en lui coupant la route du fer ; pour le général de Gaulle, enfin, ce sera « un drame inconnu de la guerre ». De fait, la Norvège est si mal connue des belligérants qu'à Londres, on prend le tracé de la frontière norvégienne pour une ligne de chemin de fer ; à Berlin, on ne dispose que d'un guide touristique pour préparer l'invasion du pays ; et à Paris, le jour même du débarquement allemand, Paul Reynaud cherche en vain le port de Narvik sur son atlas !

  • L'ancien séminariste géorgien Joseph Djougachvili, devenu tour à tour conspirateur, révolutionnaire, apparatchik et despote sanguinaire, n'avait rien a priori d'un homme de guerre. Depuis les actions séditieuses au Caucase jusqu'aux grandes manoeuvres de la guerre civile, ses incursions dans le domaine militaire ont été généralement calamiteuses, et ses purges des années trente se sont avérées plus dévastatrices pour le commandement des forces armées que n'importe quel conflit dans l'histoire du monde.
    D'où vient dès lors que ce « communiste habillé en maréchal » ait pu sortir en grand vainqueur de la Seconde Guerre mondiale ? Par un récit accompagné de nombreuses photographies, cartes et illustrations, on mesurera combien la ruse, la propagande et la terreur peuvent suppléer à l'aveuglement diplomatique et à l'amateurisme stratégique.

  • Etrange parcours que celui d'un artiste bohème devenu tyran implacable et chef de guerre téméraire. En accédant au pouvoir en 1933, Adolf Hitler a changé le destin de l'Allemagne, mais en déclenchant la Seconde Guerre mondiale, il a changé le destin du monde.
    Comment ce caporal de la Grande Guerre et stratège autodidacte a-t-il pu tenir tête pendant cinq longues années à la plus gigantesque coalition militaire jamais assemblée dans l'histoire du monde ? Comment s'explique l'extraordinaire emprise sur le peuple allemand de cet orateur exalté à l'équilibre fragile, doté d'une mémoire phénoménale, d'une volonté inébranlable, d'une confiance illimitée en ses intuitions et d'une totale absence de scrupules ?
    Par le texte et par l'image, ce livre vise à faire comprendre les ambitions et les décisions d'un des hommes les plus sidérants et les plus malfaisants que la terre ait jamais porté.

  • « J'ai la faiblesse congénitale de penser que je peux tout faire ! » Sa vie durant, l'amiral Lord Louis Mountbatten (1900-1979) fut habité par le feu sacré et béni des dieux : né prince de Battenberg, cet arrière-petit-fils de la reine Victoria, grand meneur d'hommes, militaire et diplomate accompli, était également doté d'un charme irrésistible et d'une volonté de fer.
    Refusant de jouer les riches oisifs après son mariage avec l'héritière multimillionnaire Edwina Ashley, Mountbatten opte pour une brillante carrière dans la Royal Navy. Héros de la Seconde Guerre mondiale, père du débarquement en Normandie, il libère du joug japonais l'Asie du Sud-Est. Promu vice-roi des Indes par Winston Churchill, avec lequel il se fâche, il sera, avec l'aide de Nehru et de Gandhi, le principal artisan de l'indépendance de l'Inde et du Pakistan en 1947. Devenu ensuite commandant des forces de l'Otan en Méditerranée et Amiral de la flotte britannique, ce proche d'Élisabeth II périt assassiné par l'IRA en Irlande. Un diable d'homme que François Kersaudy, dans cette nouvelle édition qui apporte son lot de révélations, nous rend incroyablement attachant.

  • Dans l'ambassade de Grande-Bretagne en Turquie, un valet de chambre passe devant l'ambassadeur endormi, ouvre sa mallette et en sort des documents estampillés ' top secret ' : ce sont les procès-verbaux de la conférence stratégique alliée de Téhéran. Dans une pièce attenante, il photographie les documents un par un et, le lendemain soir, il remet deux rouleaux de films à un agent allemand... Encore un roman ? Pas du tout ! Cette histoire est authentique, c'est même la plus grande affaire d'espionnage de la dernière guerre : qui était Cicéron ? Quels documents a-t-il fournis aux Allemands ? Qu'en a fait Hitler ? Cicéron était-il un agent double ? Qu'y a-t-il de vrai dans le célèbre film de Mankiewicz et dans les Mémoires de tous les protagonistes de cette affaire ? Pour la toute première fois, grâce aux archives des services secrets britanniques, François Kersaudy répond à ces questions et donne le fin mot de cette incroyable énigme.

    Sur commande
  • Stalingrad

    François Kersaudy

    • Perrin
    • 10 Octobre 2013

    Stalingrad reste à bien des égards la reine des batailles. Par la durée et l'intensité des combats, le nombre d'hommes engagés et perdus, l'importance des enjeux stratégiques et l'exceptionnelle valeur symbolique de son dénouement, cet affrontement homérique de deux dictateurs entre Don et Volga constitue un tournant décisif dans l'évolution de la guerre en Europe, à un moment où son issue était encore incertaine.
    C'est une suite de hasards, de rapports de forces et d'erreurs de calcul quia provoqué la concentration progressive des deux immenses armées le long des rives de la Volga, autour d'une ville dont la valeur militaire était des plus réduites ; c'est aussi l'entêtement de deux dictateurs et la discipline de fer qu'ils ont fait régner parmi leurs troupes qui ont prolongé pendant cinq mois une confrontation unique par son ampleur et son férocité. La détermination des chefs, le poids de la terreur et l'extraordinaire capacité de résistance des hommes ont façonné cet abcès de fixation dévastateur qui, une fois résorbé, marquera définitivement les limites de l'avance allemande en URSS.
    Le témoignage des combattants, les cliches pris dans chaque camp et les nombreuses cartes permettront de suivre les péripéties de la bataille, au triple niveau de chefs suprêmes, des commandants d'armées et des soldats sur le terrain.

    Sur commande
  • Lorsque s'affrontent les deux plus grands hommes d'Etat du XXe siècle, qui ne sont pas nécessairement les plus commodes, il faut bien s'attendre à des gerbes d'étincelles.
    Ayant consulté vingt fonds d'archives dans six pays et interrogé de nombreux témoins, François Kersaudy reconstitue plus de trente rencontres entre le Premier ministre britannique et le chef de la France Libre. Un livre véritablement unique, puisque c'est le seul ouvrage au monde qui soit exclusivement consacré aux relations d'amour et de haine entre Charles de Gaulle et Winston Churchill. L'ayant refermé, le lecteur considérera nécessairement d'un autre oeil les Mémoires de guerre du général de Gaulle et ceux de Winston Churchill.

    Sur commande
  • Qui peut résister à l'humour, à l'éloquence et à l'instinct prophétique de sir Winston Churchill ? Brillant historien, excellent écrivain, orateur hors pair, Winston Churchill est l'un des géants du XXe siècle.
    François Kersaudy rassemble ici ses propos les plus inoubliables et les plus percutants. Comment résister aux considérations du prix Nobel de littérature 1953 sur le destin, la politique, la guerre, de Gaulle, la France, le communisme, Hitler, les Etats-Unis, mais aussi sur l'humour, l'alcool, les femmes, l'histoire et la mort ? Ses souvenirs, ses projets, ses avertissements, ses visions, ses saillies, ses confidences et ses réparties sont autant de clés pour comprendre le monde de Winston Spencer-Churchill.
    François Kersaudy replace les citations de Churchill dans leur contexte, en les nuançant à l'occasion et en montrant souvent leur extraordinaire dimension prophétique. Les réflexions et les réparties de ce farouche lutteur doublé d'un grand artiste resteront d'actualité aussi longtemps qu'il y aura des hommes.

empty