• Albertine accumule les vêtements et la voilà transformée en mini Bibendum... Impossible de bouger avec toutes ses couches ! Elle étouffe ! Alors quand sa mère l'appelle pour ajouter un bonnet, hop !
    Elle prend la poudre d'escampette et enlève tous ses vêtements. À elle la liberté !

  • St François d'Assise et François, le pape des pauvres, un lien très lisible.
    Respect de chaque être humain, de chaque animal et de chaque créature, si petite soit-elle : Qui mieux que saint François d'Assise incarne cette protection de la nature et de l'humanité, cet esprit de paix et de fraternité, ce refus des richesses dans la joie ?
    La vie du "Poverello", le petit pauvre d'Assise (1182 - 1226), est ici illustrée de ses représentations dans l'art et accompagnée à chaque pages de pensées du Pape François pour qui ce nom est "le nom de la paix, le nom de celui qui aime la Création..."

  • Sur les bords du Tibre flottait un panier d'osier. Là, blottis l'un contre l'autre, se tenaient deux jumeaux. Ils n'avaient pas de museau pointu ni de fourrure d'ébène mais maman loup, sans hésiter, les nourrit de son lait. Qui étaient-ils ? D'où venaient-ils ? Peu importait.
    Elle les aimait déjà. Et le temps passa.

  • À travers les véritables lettres de quatre soldats de nationalités différentes, revivez la trêve qui a réuni des hommes en guerre pour célébrer la veillée de Noël, le 24 décembre 1914.

    Décembre 1914. Depuis cinq mois, les poilus sont terrés dans les tranchées pour une « drôle de guerre ». Sur le front, quatre soldats : Maurice le Français, Kurt l'Allemand, Greg l'Anglais et Karel le Belge. Chacun dans sa guerre, dans son camp, sous la mitraille, dans le froid et la boue. Et puis vient la nuit de Noël. Un Allemand chante Stille Nacht, repris par d'autres, et comme par enchantement les combats cessent. Tous les soldats célèbrent ensemble la veillée de Noël.
    C'est à travers les véritables lettres de quatre soldats, reproduites en quatre langues, que nous découvrons cette trêve. Un vécu différent, mais une universalité absolue : le désir de paix.

  • A l'approche du 500° anniversaire des thèses de Luther 1517. En désaccord avec Rome, un moine Augustin affiche la liste de ses revendications sur la porte de l'église de Wittenberg en Allemagne. Acheter le pardon de ses fautes en donnant de l'argent au Pape ? Il n'est pas d'accord ! Ses 95 thèses marqueront le début de la Réforme dont est né le protestantisme. La vie de Martin Luther est ici racontée en images, 500 ans tout juste après le début de ce mouvement, porteur d'idées nouvelles.

  • Commynes en Flandre, 1454 Arthur est apprenti couvreur. Ce matin, il se rend avec son maître au château de Sieur Fulbert, le successeur de Jehan parti précipitamment, afin de réparer la toiture du donjon. Ils s'avancent dans la brume la peur au ventre car Sieur Fulbert est connu pour sa cruauté. Arthur, chargé de nettoyer les tuiles qui s'amoncèlent au pied de la tour, reçoit soudainement une louche sur la tête... une louche tombée du ciel, gravée sur le manche.
    Intrigué et désireux de savoir ce qui est écrit, Arthur, qui ne sait pas lire; se rend chez le curé de Commynes. L'abbé déchiffre les initiales de Sieur Jehan (CFL : Commynes Franche Lys) et les armes de Commynes. Il en déduit que Sieur Jehan est en fait prisonnier de Sieur Fulbert et décide d'appeler à l'aide le seigneur de la ville voisine.
    Grâce au courage d'Arthur, et à l'aide des chevaliers de ville voisine, Sieur Jehan est délivré.
    En remerciement, il organise une Franche-Foire dans la ville, et Arthur lui prépare une surprise : il se met au balcon de sa maison et lance aux badauds des louches qu'il a lui-même taillées.
    Chacune d'elles porte les lettres CFL en hommage à Jehan.
    Depuis, chaque année, se déroule en octobre la fête des Louches à Comines ; la tradition est de lancer des louches aux participants.

    Indisponible
  • Monet n'a jamais peint d'animaux ?
    C'est ce que l'on dit. Son portrait d'Antoinette, La Rainette de Giverny, est pourtant un véritable chef-d'oeuvre !
    Seulement voilà : le tableau du maître a disparu, un soir d'été à Giverny.

  • Au XVIIIe siècle, impossible de conserver la viande ou le poisson sans sel.
    Mais quel travail pour le récolter ! La famille de Galoup s'y attelle. Pourtant la vie est difficile et Galoup doit se livrer à la contrebande du sel. Un jour, il sauve la vie d'une jolie rousse : la fille du directeur de la Saline royale !
    Les deux enfants se lient d'amitié. Peut-il lui faire confiance ?

  • La fête des Rois...
    Le 6 janvier, jour des galettes, l'Epiphanie vient clore les fêtes de Noël et nous rappelle le long voyage des Mages venus d'Orient, guidés par une mystérieuse étoile, jusqu'à l'enfant qui vient de naître dans la paille d'une étable.
    Dans leurs bagages, trois cadeaux : l'or, la myrrhe et l'encens. Qui étaient-ils ?
    Seul un bref épisode de la Bible nous rapporte leur histoire (Matthieu, 2), mais bien des légendes s'y rattachent,et nombreuses sont leurs représentations dans l'art.
    Celles-ci accompagnent aujourd'hui le récit de leur périple vers Bethléhem.

  • Qui a dit que Monet n'avait jamais peint d'animaux à Giverny ? Son portrait d'Antoinette, petite rainette de l'étang, était pourtant un véritable chef d'oeuvre. Seulement voilà : le tableau du maître a disparu, un soir d'été dans le jardin...Parcourez le jardin de Giverny en sautant de toile en toile, sous le regard de Claude Monet. 4 ans et +

    Sur commande
  • Sur commande
  • Décembre 1914. Depuis cinq mois, les poilus sont terrés dans les tranchées pour une drôle de guerre. Le 24 décembre, comme par enchantement, les combats cessent. Un Allemand chante Stille Nacht, repris par d'autres, et ce sont tous les soldats qui célèbrent la veillée de Noël ensemble. C'est à travaes les véritables lettres de quatres soldats - un Français, un Allemand, un Anglais et un Flamand - que nous revivons cette trêve. par des lettres, la même nuit sans coup de feu est racontée en quatres langues. Un vécu différent. Mais une universalité absolue : le désir de paix.

  • Le gâteau sans pommes : Paul Cézanne Nouv.

    Des pommes ! Jaunes, rouges ou orangées, Papa en grignote toute la journée.
    Et si pour son anniversaire, je lui faisais un gâteau à son fruit préféré ? En route pour le verger.

    Pommes et biscuits de Paul Cézanne Qu'elles sont belles et appétissantes ces pommes sur ce tableau ! Le Petit Paul de notre histoire nous invite à les admirer mais aussi à nous promener en Provence, près de la montagne Sainte-Victoire, paysage si cher au peintre. Bonne balade !

  • Tout là-haut, à chatouiller les nuages, le coq de Notre-Dame trônait sur le tout Paris. Quelle vue ! Décoiffant par grand vent mais il aimait ça ! On naît girouette, ou ne l'est pas. Un soir d'avril pourtant, tout bascula... un incendie attaqua la cathédrale. Allait-il finir en coq à la broche ? Découverte du coq de Notre-Dame de Paris

  • Qui cache une belle collection de graines dans son terrier ? Mimie-Marmotte !
    Max l'écureuil l'a aidée à les ramasser.
    Quand un incendie ravage la forêt, les deux amis décident de la replanter !

    Quand le feu attaque la vallée, les pompiers accourent pour l'éteindre. Mais quelle désolation ! Tout a brûlé !
    La collection de graines de Mimie-Marmotte sera bien utile. Tous les animaux mettent la main à la pâte pour les planter.
    Au printemps suivant, c'est la surprise pour les hommes ! La vallée est couverte de petites pousses ! Mimie et Max, eux, dansent de joie !

  • Fanfan sillonne la région encore et encore mais rien !
    La forêt reste introuvable. Les habitants non plus, n'ont aucune idée de l'endroit où elle peut être... mais elle apprend qu'Elzéard était conteur, et que cette forêt oui, il en parlait lors de ses veillées... Fanfan doit se rendre à l'évidence. Elzéard lui a raconté des histoires... D'abord en colère, Fanfan en veut au vieil homme. Puis une idée germe. Et si c'était elle qui donnait vie à cette forêt ? Elle commence à ramasser les glands puis à les planter... Devenue mère puis grand-mère elle continue sans relâche... Sa petite- fille nous raconte son histoire et reprend le flambeau.
    Cette forêt de chênes existera bel et bien !

  • La vie de petit rat n'est pas facile... Jeanne danse encore et encore. Elle s'applique, progresse, participe aux ballets ! Les petits sous récoltés la rapprochent de son rêve : sa première leçon de piano. Alors, quand Monsieur D., artiste renommé qui déambule et crayonne sans relâche à l'Opéra, lui demande de poser pour lui, elle accepte. Jeanne découvre son atelier où peu à peu, la statue d'une petite ballerine prend vie ! Entre danse classique, musique, peinture et sculpture, cette histoire nous plonge dans l'art, le talent, le perfectionnisme et le travail acharné des artistes.

  • Cette nuit, Petit Noun n'est pas le seul à se promener dans le département égyptien du musée. Il rencontre Augia, une porteuse d'auge. L'hippo souhaite déchiffrer les hiéroglyphes. Qui de mieux que le scribe accroupi pour l'aider ? Augia le conduit jusqu'à lui mais il a perdu son stylet et n'a plus d'encre.
    Petit Noun lui donne la tige d'une fleur de son dos et le scribe puise le bleu sur sa peau. Quelle surprise pour le gardien du musée de retrouver l'hippo le lendemain endormi sur les genoux du scribe !

  • Sous un beau soleil, Petit Noun trottine vers les eaux du Nil. En chemin, le petit hippopotame rencontre un lion en colère, un chat très triste, une bande de singes joyeux... Que d'émotions !

    Petit Noun donne à chacun des animaux une fleur de son dos tantôt pour les réconcilier, tantôt pour les consoler... Arrivé au fleuve, il ne lui reste plus aucune fleur ni feuillage sur le dos... Mais quelle importance ? Il n'aura qu'à se baigner pour qu'elles laissent de nouveau leurs empreintes sur sa peau.

  • Mais que se passe-t-il dans ma ville ?
    Des carreaux noirs et blancs ont recouvert tout un bâtiment, Une grande cheminée d'usine s'est mise à briller... Le plus incroyable, c'est encore ce qui est arrivé chez nous ! Autour de mon arbre, un gros chantier a commencé. Qui s'amuse à tout chambouler ?

  • La vie de petit rat n'est pas facile... Jeanne danse encore et encore. Elle s'applique, progresse, participe aux ballets ! Les petits sous récoltés la rapprochent de son rêve : sa première leçon de piano. Alors, quand Monsieur D., artiste renommé qui déambule et crayonne sans relâche à l'Opéra, lui demande de poser pour lui, elle accepte. Jeanne découvre son atelier où peu à peu, la statue d'une petite ballerine prend vie ! Entre danse classique, musique, peinture et sculpture, cette histoire nous plonge dans l'art, le talent, le perfectionnisme et le travail acharné des artistes.

empty