• Général de division de la cavalerie légère, Charles de Lasalle est un meneur d'hommes, un cavalier émérite, un sabreur, un guerrier, un séducteur, un noceur impénitent, un rebelle et un provocateur. Lasalle est fou dans trois sens du terme. Un fou éperdument attaché à Napoléon qui le lui rend bien. Un fou comme sur l'échiquier, omniprésent sur les sentiers de la guerre ou les champs de bataille. Il est cette pièce curieuse qui se déplace en diagonale, surprenant son monde, jamais là où on l'attend. Enfin, un fou au premier degré, prenant à con tre-pied le commun des mortels.
    Entre la bataille d'Essling et la bataille de Wagram, l'auteur retrace au jour le jour la vie de ce personnage d'exception. «Dans la vie, après quoi cours-tu ?» Les réponses du hussard fou de Napoléon sont déconcertantes.

  • S'ils reposent aujourd'hui côte à côte au cimetière du Père Lachaise, cette proximité éternelle des deux géants des lettres françaises, fut « arrangée» et posthume. Elle correspond pourtant à une relation aussi historique que méconnue: la route des deux hommes s'est en effet croisée à plusieurs reprises sous le règne de Louis XIV.

    L'histoire démarre en 1661, à Vaux-le -Vicomte, lors du mémorable «régal» de Vaux qui vaudra sa disgrâce et sa perte au surintendant Fouquet: commissionné par ce dernier, La Fontaine doit rédiger un éloge poétique à la gloire du château, le Songe de Vaux, il est donc aux premières loges de la fête somptueuse. Jean-Baptiste Poquelin, Molière, au lendemain du succès de sa pièce L'école des Maris, s'est vu passer commande in extremis par Fouquet, d'un divertissement impromptu à présenter à sa Majesté lors de l'inauguration.
    C'est la première rencontre entre deux caractères aussi opposés qu'on peut l'être.
    Giles de Becdelièvre retace minutieusement leur cheminement en s'appuyant sur toutes les traces et écrits de l'époque.

    Lancement fin avril au théâtre du Palais Royal avec une lecture d'extraits du livre par les comédiens Laurent Deutsch et Maxime d'Aboville.

  • La Fontaine est le plus célèbre inconnu de notre patrimoine littéraire.
    Nous avons tous quelques vers de ses fables en tête et pourtant, nous ne savons presque rien de sa vie ni de l'homme qu'il était.

    À 71 ans, peu avant sa mort, La Fontaine a mystérieusement accepté de se confesser durant six semaines auprès d'un jeune abbé.
    À la faveur de cet épisode historique, Gilles de Becdelièvre, grâce aux écrits et témoignages des contemporains du poète, nous dévoile un personnage totalement surprenant : oisif, sensuel, subversif, authentique marginal, à l'opposé du portrait attendu d'un géant des lettres classiques.

    Au coeur d'un siècle inouï, La Fontaine prend avec constance les mauvaises décisions et s'en délecte, entouré de ses compagnons Racine, Boileau, Molière, La Bruyère, Perrault, génies fulgurants qui s'amusent à son contact et sont fascinés par son incroyable liberté.
    Comme ses admirateurs, la marquise de Sévigné, Madame de La Fayette ou les puissants, Louis XIV, Colbert, Fouquet, qu'il côtoie sans jamais véritablement se plier à leurs attentes.

    Sur commande
  • En 1659, l'état financier du royaume de France se dégrade. Le cardinal Mazarin dirige le pays, sous la régence d'Anne d'Autriche. Secondé par le surintendant Fouquet, il lui dispute ses intérêts personnels, sous le regard de Colbert, son secrétaire. Une entrée en scène imprévue bouleverse cette comédie de la haine.

empty