Glyphe

  • Mai 1968, Hamon, co-auteur avec son ami Rotman du célèbre ''Génération'' (Le Seuil), ça le connaît. Mais là, en choisissant le roman-feuilleton (et l'humour), il décide de nous raconter tout autrement les "événements".
    Le joli mois de mai, on le vit par le biais d'une famille, une famille moyenne, trois enfants, comme tout le monde, la province pas très loin, la guerre pas oubliée, le tremplin de Trente Glorieuses. L'héroïne, c'est la mère, une jeune femme au foyer qui, au fil des jours, va se vouloir une autre femme s'évadant de sa condition seconde.
    Au fond, 68, c'est ça : une crise, une mise à jour qui atteint chacun dans l'intimité, qui bouscule tout le monde - révolutionnaire ou pas.
    />

    Sur commande
  • Au lendemain de Mai 68, il s'agit de montrer, de prouver que « ce n'était qu'un début ». La Révolution est en marche, on va voir ce qu'on va voir.
    Les uns adulent le président Mao, d'autres tel ou tel trotskisme, d'autres partent à la campagne pour fonder une société alternative, d'autres encore s'écartent de toutes les chapelles et prononcent des mots nouveaux, des mots étranges :
    écologie, fin du patriarcat, libération sexuelle, pédagogies nouvelles, etc. Et surtout, surtout, le mouvement des femmes l'emportera sur tous les grands et petits timoniers.
    Il va bien falloir revenir sur terre. Mais la révolution - sans majuscule - s'est-elle arrêtée en chemin ?

    Sur commande
empty