• Manifestation contre l'islamophobie à Paris aux cris d' « Allah Akbar », refus obstiné du président Macron de fermer les frontières pour protéger les Français pendant la crise sanitaire, affrontements entre Tchétchènes et Maghrébins en plein centre de Dijon, assassinats répétés de paisibles citoyens par des « jeunes », appels d'associations à déboulonner des statues et à débaptiser rues et bâtiments au nom d'un anti-racisme devenu fou, les événements se succèdent à un rythme de plus en plus soutenu et forment autant de signes désormais évidents de la situation catastrophique dans laquelle se trouve la France.
    Relire les analyses hebdomadaires d'Ivan Rioufol depuis 2018 montre à quel point les faits s'enchaînent avec logique, l'un appelant inévitablement l'autre, comme le laxisme judiciaire entraine la hausse des violences.
    Lors de la première manifestation des Gilets jaunes, le Peuple a su sortir de sa torpeur, les somnambules ont fait comprendre qu'ils pouvaient faire trembler les élites traîtresses. C'est ce grand réveil qu'il faut poursuivre. Il y a maintenant urgence car, ces chroniques le montrent, l'Histoire accélère.

  • A` la source du malheur franc¸ais, il y a des trai^tres franc¸ais qui portent des pre´noms franc¸ais. Cela fait quarante ans et plus qu'ils abusent de la confiance des e´lecteurs, mentent sur les re´alite´s de la socie´te´, saccagent la nation fragile. Faudrait-il se re´soudre a` regarder la France se de´sinte´grer, sans que les vandales soient inquie´te´s? L'heure des comptes a sonne´ pour les maltraitants de la France mille´naire. Pourquoi pas devant la justice ? Un projet de socie´te´ est a` repenser. Avis aux bonnes volonte´s ! Rien n'est plus puissant qu'une ide´e dont l'heure est venue. Cette ide´e peut se re´sumer en un conservatisme national. Ce concept s'e´labore aussi bien dans les cuisines de la France profonde que dans les think tanks ame´ricains. Une chose est su^re : le peuple en cole`re, qui a e´branle´ le pouvoir macronien, ne se taira pas de sito^t.

  • Attachez vos ceintures

    Ivan Rioufol

    • De passy
    • 1 Février 2010

    En apparence, la France pantoufle en cette période de crises.
    En fait, 2009 restera comme l'année où la parole se libère progressivement des pères fouettards et de leurs coups de règles. Le mur de la pensée bétonnée est à deux doigts de s'effondrer, vingt ans après celui de Berlin. La " France silencieuse " est devenue assourdissante grâce à Internet, aux forums, blogs, tweets, qui s'emplissent de bruyantes doléances. Les vérités jusqu'alors occultées n'ont pas fini de secouer le paisible confort du politiquement correct, cette lâcheté déguisée en vertu " Mal nommer les choses ajoute au malheur du monde ", écrivait Camus : nous y sommes, quand le mot juste fait peur ou se met, au mieux, entre guillemets.
    Ce combat contre le bien pensisme, les Français entendent évidemment le poursuivre en 2010. Et Ivan Rioufol compte bien accompagner cette révolution des esprits. Attachez vos ceintures ! Un " Rioufol ", c'est désormais un classique.

  • Il y a urgence.
    À la veille de l'élection présidentielle, le citoyen lucide ne doit plus craindre de se revendiquer littéralement réactionnaire, c'est-à-dire de prêter son concours à des réactions politiques destinées à éviter les désastres qu'annoncent les effondrements de l'État-providence et de l'État-nation. La réalité le prouve : les dirigeants se montrent incapables de s'extraire seuls du politiquement correct qui empêche de nommer les choses et qui confond progrès et fuite en avant.
    L'islam le plus radical est, en France, le principal bénéficiaire de cet aveuglement. La France indignée, qui fulmine sur le Web, enjoint les élites de se réveiller avant qu'il ne soit trop tard. Elle ne désire pas revenir à un ancien monde. Elle entend défendre la modernité et l'humanisme, menacés par l'enseignement de l'oubli et de la non-appartenance. Le réactionnaire du XXIe siècle est un démocrate déçu et de plus en plus irrité, venu de la droite comme de la gauche.
    La pensée conforme le croit irrécupérable et veut l'offrir à Marine Le Pen. Le « néoréac » est, en réalité, en résonnance avec la société civile qui a décidé de reprendre son destin en main. Il peut être le socle politique d'une future Union nationale. Il est le nouveau moderne.

  • La France officielle, qui redoute l'affrontement, est prête à toutes les concessions avec l'islam pour acheter la paix civile. Or cette perspective ne peut qu'accélérer l'islamisation de la nation affaiblie, vidée de son âme par quarante ans de déculturation et de haine de soi. Il est donc indispensable pour les dirigeants français de se ressaisir, en s'appuyant sur le désir de renaître de la société civile, en état de légitime défense.
    La première urgence est de redonner force à la communauté nationale, démoralisée de l'intérieur par trop de culpabilisations. L'opinion publique doit s'extraire des conditionnements ayant abouti à l'oubli de soi et à la survalorisation de l'Autre, à la détestation du Français de souche, du roman national, de la nostalgie, etc. (1re partie) La deuxième urgence est de tenir tête à l'islam radical, ce nouveau totalitarisme qui nous a déclaré la guerre le 7 janvier 2015. L'exemple d'Israël montre une voie à suivre. Les musulmans laïcs ont leur place à prendre dans ce combat pour la démocratie. La perspective d'une guerre civile doit être acceptée, si la liberté est à ce prix. (2e partie)

  • Poings sur les i

    Ivan Rioufol

    • De passy
    • 15 Janvier 2015

    Crise économique, crise politique, crise identitaire, crise sociétale.
    Crise de la jeunesse, crise religieuse, crise de l'éthique.
    Crise du Gouvernement, crise de confiance, crise des valeurs.
    Et un Front national qui ne cesse de monter dans les sondages, de multiplier les succès électoraux.
    Le djihadisme menace le monde et les spectateurs sidérés sont horrifiés de voir des décapitations, telles les exécutions en place publiques de, l'Ancien régime.
    Mais ce qui n'est pas en crise, c'est le déni des réalités : et si l'on commençait par bien nommer les choses, comme disait Camus ?

    Sur commande
  • Le Bloc-notes du Figaro de l'année 2015.
    L'année 2015 qui a vu avec horreur les attentats de Charlie Hebdo et de l'Hyper Cacher, les menaces et les exécutions terroristes, les atrocités barbares de Daesh et la crise des migrants...
    L'impuissance de l'Europe... et celle de nos politiques, empêtrés, à droite comme à gauche, du libéralisme à l'écologie, dans les cuisines politiciennes à l'orée des élections régionales, incapables de résoudre la montée du chômage, de rassurer les Français, d'affronter la réalité, alors qu'un Front national gagne du terrain sans jamais avoir gouverné.
    Ivan Rioufol analyse ces comportements avec des mots vrais et critique constructivement l'égoïsme déconnecté des élites.
    Toujours politiquement incorrect !
    Mais toujours un « classique » à lire et à relire.

    Sur commande
  • Le 7 mai 2017, la France fatiguée a élu, de guerre lasse, son Barack Obama blanc, son Justin Trudeau intellectuel, son petit prince survendu par la réclame. Emmanuel Macron dit vouloir combattre le "monde ancien" : ce dernier a, dans les faits, rempilé pour cinq ans. Le président de la République a recyclé les mêmes technocrates, la même élite coupée du peuple, les mêmes utopistes et leur idéal post-national, les mêmes fanatiques du conformisme et de ses âneries.
    "Toute époque finit en mascarade" a écrit le génial moraliste colombien Nicolás Gómez Dávila. Ce recueil est la chronique hebdomadaire de la lente décrépitude de la politique, qui a abouti à la fausse révolution macronienne. Parce qu'elle repose sur du sable, elle est promise à l'échec. Tout est à reconstruire, dans la résistance et la reconquête. Ceci est l'affaire des Français. La colère est bonne conseillère.

  • Ce recueil de chroniques aurait pu s'intituler : 2008, l'année des bulles.
    Le champagne en moins. des bulles qui ont commencé à éclater : effondrement de la gigantesque bulle du capitalisme financier, déliquescence du parti socialiste, montée de l'islamisme et ghettoïsation des cités, appels au secours d'élèves ou d'enseignants confrontés à la déculturation,. c'est pour n'avoir pas voulu comprendre les inquiétudes des français autrement qu'en les réduisant à des questions matérielles et consuméristes que le monde politique s'est révélé, en 2008, dépassé par une vague de fond que personne ne semble avoir vu venir.
    Ivan rioufol scrute à la loupe, analyse au révélateur et commente à vif cette crise existentielle qui mine la société. a la lecture de ce bloc-notes, la compréhension des mécanismes qui génèrent les crises devient limpide. avec, en plus, le plaisir littéraire des phrases ciselées de mots justes. désormais, un " rioufol ", c'est aussi un classique.

    Sur commande
  • Où va la France et que reste-t-il du diagnostic de Nicolas Sarkozy ? Et des intuitions d'Ivan Rioufol ? Intuitions qui se sont avérées alors qu'il commentait avec lucidité la dernière élection présidentielle. Le Parti Socialiste et l'ouverture, l'identité nationale et l'immigration, la laïcité et la liberté d'expression, le Moyen Orient et les terrorismes islamistes... Se replonger dans les péripéties d'un an de campagne, de juin 2006 à juin 2007, permet de mieux analyser l'élan qui porta au pouvoir le représentant de la droite, pourtant rudement contesté dès cette époque pour son atlantisme et son libéralisme supposé. Ce rapide retour en arrière aide aussi à comprendre, un an après, les déceptions d'un électorat conquis in extremis par un homme ayant choisi de parler le même langage que les gens et de décrire sans pudeur des réalités jusqu'alors indicibles.

    Sur commande
  • « Le Crépuscule du socialisme » rassemble les bloc-notes de l'année 2012 : toutes les campagnes présidentielles, les suites du printemps arabe, les attentats terroristes ; la chute de Nicolas Sarkozy et la montée de Marine Le Pen ; l'élection de François Hollande et, face à la crise européenne, à la mondialisation et aux pressions, la fin de l'idéologie originelle socialiste.

    Sur commande
  • Qui sont les véritables « réacs » ? Les élites représentent-elles réellement le peuple ? Les accusations de « populisme » ne cachent-elles pas en réalité une véritable crise des idéologies ?
    Ivan Rioufol, dans le « Bloc-notes » du Figaro, attendu chaque vendredi, par des milliers de lecteurs fidèles, pose les mots justes sur les véritables faits.
    Avec une clarté d'esprit et d'expression remarquable le journaliste analyse l'actualité politique, avec courage, lucidité, sans jamais faire aucune concession. Sans jamais sombrer dans le politiquement correct. Cette compilation du « Bloc-notes » 2010 du Figaro apporte aussi un autre plaisir : la qualité littéraire de l'écriture. Un « Rioufol », c'est désormais un classique

  • La fin d'un monde

    Ivan Rioufol

    Entre coup d'état des élites, en " procédure de divorce " avec le peuple français, et perte des valeurs traditionnelles de la nation des libertés, il semblerait bien que nous assistions à la fin d'une époque, la fin d'un monde.
    Ivan Rioufol, dans le " Bloc-notes " du Figaro, attendu chaque vendredi, par des milliers de lecteurs fidèles, pose les mots justes sur les véritables faits. Avec une clarté d'esprit et d'expression remarquable le journaliste analyse l'actualité politique, avec courage, lucidité, sans jamais faire aucune concession. Sans jamais sombrer dans le politiquement correct. Cette compilation du " Bloc-notes " 2011 du Figaro apporte aussi un autre plaisir : la qualité littéraire de l'écriture.
    Un " Rioufol ", c'est désormais un classique.

    Sur commande
  • Touche pas à ma France

    Ivan Rioufol

    Touche pas à ma France rassemble les bloc-notes de l'année 2013.

    Sur commande
  • Dans cet ouvrage, qui est avant tout un formidable coup de gueule, Ivan Rioufol s'attaque de front à tout ce qui menace la démocratie française et la cohésion nationale : le consensus mou et le politiquement correct, mais aussi le communautarisme et l'islam politique extrémiste. Surtout il dénonce avec force les faux-semblants humanistes qui mettent la France en porte-à-faux jusque sur la scène internationale, comme l'a révélé l'opposition des plus hautes autorités du pays à la guerre voulue par George Bush en Irak. Analysant également avec une acuité implacable le rôle délétère de certains médias et de la forteresse frappée d'autisme qu'est devenue l'Éducation nationale, l'auteur soulève à rebours de tout conformisme des questions essentielles qui concernent le devenir de notre pays, faisant de La République des gentils une contribution extrêmement salubre et authentiquement subversive sur l'identité française.

    Sur commande
  • Chroniques d'une résistance

    Ivan Rioufol

    • Rocher
    • 17 Novembre 2005

    Dans ces chroniques aussi mordantes qu'argumentées, on retrouve toute la verve de l'un des meilleurs " billetistes " français du moment. Ivan Rioufol s'attaque de front à tout ce qui menace la démocratie française et la cohésion nationale : le consensus mou et le politiquement correct, le communautarisme et l'islam politique extrémiste. C'est ainsi qu'il dénonce les faux-semblants qui mettent la France en porte à faux sur la scène internationale comme l'opposition des plus hautes autorités du pays à la guerre voulue par George Bush en Irak. Analysant avec une acuité implacable le rôle délétère de certains médias et de l'Education nationale, devenue une forteresse frappée d'autisme, l'auteur soulève avec talent des questions essentielles qui concernent le devenir de notre pays, faisant de ce recueil une contribution salubre et authentiquement subversive sur l'identité française.

    Sur commande
  • Du scrutin présidentiel aux Gillets jaunes, comment les analyses d'Ivan Rioufol sont validées par la réalité.

    Le 7 mai 2017, la France fatiguée a élu, de guerre lasse, son Barack Obama blanc, son Justin Trudeau intellectuel, son petit prince survendu par la réclame. Emmanuel Macron dit vouloir combattre le « monde ancien » : ce dernier a, dans les faits, rempilé pour cinq ans. Le président de la République a recyclé les mêmes technocrates, la même élite coupée du peuple, les mêmes utopistes et leur idéal post-national, les mêmes fanatiques du conformisme et de ses âneries.

    « Toute époque finit en mascarade » a écrit le génial moraliste colombien Nicolas Gomez Davila. Ce recueil est la chronique hebdomadaire de la lente décrépitude de la politique, qui a abouti à la fausse révolution macronienne. Parce qu'elle repose sur du sable, elle est promise à l'échec. Tout est à reconstruire, dans la résistance et la reconquête. Ceci est l'affaire des Français. La colère est parfois bonne conseillère.

    Sur commande
empty