• Ce volume retrace le parcours des chanteurs de la Rive Gauche, Georges Brassens, Jacques Brel, Charles Trenet, Léo Ferré, Boris Vian. On s'est surtout penché sur les textes, reflets de l'époque. Viennent ensuite les rockers : Johnny Hallyday, Eddy Mitchell, Dick Rivers. On aborde le pop-rock, Nino Ferrer, Christophe, Antoine, Jacques Dutronc, Michel Polnareff. On passe du côté de chez les yéyés : Claude François, Richard Anthony, Sylvie Vartan, Frank Alamo, Petula Clark, France Gall, Brigitte Bardot, Eric Charden, etc. Ensuite, c'est au tour des trentenaires et des quadragénaires, Gilbert Bécaud, Charles Aznavour, Henri Salvador, Jean Ferrat, Barbara, Claude Nougaro, Juliette Gréco (le fantôme de Saint-Germain-des-Prés), Maurice Fanon, Hugues Aufray. Puis les jeunes gens sérieux, Françoise Hardy, fantôme yéyé, Salvatore Adamo, Georges Chelon. Enfin, en route vers les années 70 : deux chanteurs de transition, Julien Clerc et Michel Delpech. Mais là on n'est déjà plus du côté de chez les yéyés mais du côté de chez les babas.

    Sur commande
  • Cet ouvrage tourne autour de la New Wave et de ses caractéristiques, les clips, la primauté de l'image et du look sur le son. Plus que sur la musique, nous nous sommes penchés sur les textes : que nous racontent tous ces gens-là ? Les paroles des chansons nous éclairent-elles sur l'époque ? La partie consacrée aux sources nous plonge au coeur des années 60 et 70, avec des analyses des grandes figures. A la fin des années 60 et au début des seventies, les mouvements pop-rock, psyché, glamour, les déluges sonores du funk et du hard rock, s'enchaînent, se superposent, puis passent au second plan avec la déferlante punk. Ils reviennent en force au début des années 80, se prolongent dans la New Wave, l'électro-pop, la Dark Wave, les débuts du gothique. Les rapports peuvent sembler lointain entre l'Old Wave et la New Wave, mais peut-on imaginer The Police, XTC, Tears For Fears sans les Beatles ? Adam and the Ants, Depeche Mode sans David Bowie, sans T.Rex ? The Cure et Robert Smith sans Syd Barrett ? Joy Division et Ian Curtis sans les Doors de Jim Morrison ? Siouxsie and the Banshees, Killing Joke, The Mission sans Led Zeppelin, sans Black Sabbath ? La Cold Wave, l'électro-pop, la Dark Wave sont en germe dans les années 60 et 70. Les filiations ne sont pas toujours évidentes : parfois les racines sont profondément enfouies dans le sol. Dans une première partie, consacrée à l'Ancienne Vague, nous avons présenté les grands anciens, la lame de fond, les précurseurs. Puis nous avons analysé les artistes emblématiques de l'after-Punk, de la New Wave, de la Cold Wave, de la Dark Wave. La dernière partie de l'ouvrage traite du revival New Wave, de la Britpop et du revival Pop Rock Psyché. Là, tout était New Order et beauté, luxe, calme et obscurité.

    Sur commande
  • Jean Racine, allez-vous toujours à la messe ? Oui, je viens dans son temple adorer l'Eternel. Charles Baudelaire, on dit que vous avez une excellente mémoire ? J'ai plus de souvenirs que si j'avais mille ans... Arthur Rimbaud, votre dormeur du val a l'air plutôt mal en point ? Il a deux trous rouges au côté droit. Paul Verlaine, avez-vous des nouvelles d'Arthur Rimbaud ? Il est parti vers des Afriques... Paul Verlaine, avez-vous déjà vu des fantômes ? Oui. Leurs yeux sont morts et leurs lèvres sont molles, et l'on entend à peine leurs paroles. Les Interviews d'outre-tombe, c'est un manuel d'histoire littéraire, une uchronie, des dialogues théâtraux, une machine à remonter le temps.

    Sur commande
  • D'où vient la force de Dylan ? De son lyrisme ? De son cynisme ? Un lyrisme âpre, qui ne mâche pas ses mots. Un Juvénal américain. Après avoir été une sorte de Baudelaire du Dakota, un Rimbaud new-yorkais, Dylan est devenu un nouveau William Blake. Il a eu sa période « Jésus freak », chantant les Évangiles. Puis les vieux démons sont revenus, la méfiance, la peur de se faire manipuler. On ne met pas facilement le Bob Dylan en cage. C'est un oiseau sauvage. Il y a eu plusieurs Bob Dylan, comme il y a eu plusieurs Marc Bolan, de mystérieux Morrison, quantité d'Elvis, de multiples Bowie. La critique rock se limite, bien souvent, à la critique biographique : tournées interminables, saccages d'hôtel, substances, alcools, épouses, maîtresses, divorces, sevrages, caisses, demeures, guitares. Cela peut avoir son intérêt. On a voulu autre chose : explorer les textes. Ce livre se présente sous la forme d'un alphabet. Ce n'est pas une biographie éclatée de Bob Dylan. Inutile de se référer à des entrées telles que « Premiers pas », « Grands concerts », « Grands succès » : vous ne les trouveriez pas. Jérôme Pintoux a voulu travailler sur l'oeuvre du chanteur : une cinquantaine d'albums en cinquante ans de carrière. Il s'agit d'un commentaire littéraire des chansons de Dylan et non pas d'une énième bio. Ces vies, d'autres les ont déjà écrites.

    Sur commande
  • Dans cet ouvrage consacré aux années 80, on retrouve Daniel Balavoine, Jean-Jacques Goldman, Jean-Patrick Capdevielle, CharlElie Couture, Alain Bashung. Il y a aussi des rockers, Trust, conscience du hard, et Téléphone. La New Wave francophone n'a pas été oubliée : Indochine, Taxi Girl, Etienne Daho, Rita Mitsouko, Alain Chamfort, Michel Berger. Les néo-yéyés non plus : Elli et Jacno, Lio, Chagrin d'amour, Regrets, Cookie Dingler, Laroche Valmont, Thierry Hazard, Niagara et bien d'autres. Les chanteurs à textes occupent une autre partie : Jacques Higelin, le grand Renaud, Serge Gainsbourg. Enfin, les chanteurs intimistes, Gérard Manset, Francis Cabrel, Philippe Chatel, Louis Chédid. Tous ces interprètes, via leurs chansons, que nous disent-ils sur cette époque, sur la France d'il y a trente ans ?

    Sur commande
  • Après Bob Dylan, les « Old, Cold, New and Dark Waves », les chanteurs des années 80 et avant les nouvelles escapades dont il nous concocte encore l'itinéraire, Jérôme Pintoux pose son baluchon au coeur du paysage musical français des années 90. Les rencontres y foisonnent : partant des indéracinables Voulzy et Souchon, on croise Bertignac, Manu Chao, Matmatah et autres figures du rock indé avant de poursuivre une vagabonde randonnée au hasard des chemins : de Farmer / Murat à Obispo, Lavilliers, Miossec, les artistes se croisent, nous rencontrent et se confient au travers de leurs textes et leurs musiques. Avec Jérôme pour intermédiaire. La liste est longue que propose l'auteur ; mieux donc vaut s'offrir l'errance de la lecture. Jérôme Pintoux a publié plusieurs ouvrages chez le présent éditeur. Professeur de français et de latin fraîchement à la retraite, ce chroniqueur auprès du magazine Jukebox est d'une crédibilité sans failles lorsqu'il offre à ses lecteurs le fruit de ses connaissances accumulées au fil des décennies.

    Sur commande
  • Quel rapport établir entre Ange, Triangle, Dynastie Crisis, Martin Circus, Robert Charlebois, Maxime Le Forestier, Yves Simon, Gérard Palaprat, Graeme Allwright, Véronique Sanson, Gérard Lenorman, Georges Moustaki, Henri Tachan, François Béranger, Serge Reggiani, Pierre Vassiliu, Les Charlots, Pierre Perret, Dick Annegarn, Au Bonheur des Dames, Nicolas Peyrac, Yves Duteil, Michel Jonasz, Il était une fois, Joe Dassin, Michel Fugain, Michel Sardou, Serge Lama, Bijou, Marquis de Sade, Lili Drop et Starshooter ? Réponse : Seventies, seventies, seventies...

    Sur commande
  • 1945-1960 : ces temps paraissent si lointains... Et les chanteurs qui les ont marqués ne sont pas tous passés à la postérité, loin de là. On se souvient à peine de leur nom, et souvent pour s'en moquer. Pourtant relire leurs textes permet de revivre cette époque oubliée. On se rappelle le premier électrophone, les premiers disques des cousins ou des parents, on revoit les vieux 45 tours. J'ai voulu rendre hommage à Yves Montand, à Félix Leclerc, à Ray Ventura, à ses Collégiens, compléter un travail portant sur soixante-dix ans de chanson française, de 1945 à 2015. Si les chanteurs actuels sont souvent des polyvalents, mènent deux carrières de front (Benjamin Biolay, Vanessa Paradis, Bénabar), c'était déjà le cas autrefois. Yves Montand, Luis Mariano, et les chanteuses aussi, dont la filmographie est souvent plus importante que la discographie. Patachou a repris Brassens, Catherine Sauvage Léo Ferré, Jacqueline François Charles Trenet. Ce n'était pas sans contrepartie. Elles leur ont permis de se faire un nom. Elles les ont sortis de l'ombre. Certaines ont fait une carrière formidable. Gloria Lasso connut la gloire, la célébrité, les plus grandes scènes. Et puis, un jour, Gloria lassa.

    Sur commande
  • Si les années 80 étaient narcissiques, les 90's désenchantées, durant la période 2000-2015 certains artistes semblent se dévaloriser, manquer de confiance en eux. La première partie de l'ouvrage est consacrée aux rockers, aux marginaux, aux textes de Daniel Darc, Damien Saez, Didier Wampas, des Fatals Picards. Puis c'est au tour des bobos, Carla Bruni, Raphaël, du Pop-Rock, « M », Dionysos, Axelle Red, Emilie Simon, Calogero. Ce qui caractérise surtout les années 2000-2015, ce sont les artistes polyvalents, à la fois acteurs et chanteurs, Benjamin Biolay, Charlotte Gainsbourg, Julien Doré, les individualistes, Stromae, Cali, Christophe Willem, Emily Loizeau, les chanteurs fantaisistes ou ironiques, Brigitte Fontaine, Sanseverino, Philippe Katerine, Vincent Delerm. Enfin, les chanteurs populaires, parfois populistes, Zaz, Bénabar et son regard désabusé.

    Sur commande
  • Vinyles vintage

    Jerome Pintoux

    Sur commande
  • Sur commande
  • Sur commande
empty