• Sur commande
  • à peine commencée, la première guerre mondiale vole à marguerite l'homme qu'elle aimait.
    Une année passe comme un mauvais rêve, laissant la jeune institutrice minée par le chagrin. l'été venu, elle part trouver l'air tonique des montagnes oú vit désiré, le cousin de son défunt mari, un paysan solitaire et orphelin dont le coeur bat en secret pour elle depuis longtemps.

  • Les voix blanches

    Jean-Paul Laurent

    • Seuil
    • 1 Septembre 1986
  • Sur commande
  • La Première Guerre mondiale a laissé des traces douloureuses chez les paysans isolés des montagnes du haut Forez, et la ferme de Jappeloup a connu bien des drames.
    Pourtant, Marguerite et Désiré, les maîtres des lieux, ont réussi a atteindre une forme de quiétude dans la rudesse de leur vie quotidienne. Mais, à la mort violente de Désiré, Marguerite se retrouve seule avec le petit Félix, enfant naturel de son mari et de leur servante Rose, qu'elle considère comme son propre fils. Cet événement inexpliqué sonne le glas des jours paisibles et le début d'une vie nouvelle.
    Femme de tempérament, Marguerite veut encore croire à l'avenir et, chassée de la ferme, est contrainte d'accepter un poste de préceptrice auprès d'une famille bourgeoise lyonnaise. Elle part avec sa valise pour seul bagage, confiant Félix aux bons soins d'une nourrice. Les destins tragiques de ces deux êtres torturés par leur passé mystérieux n'auront de cesse de se croiser, s'interpeller, se rejoindre, dans une double souffrance.
    Celle de Marguerite, de ne pouvoir révéler à Félix les clés de sa naissance; celle du sensible garçon puis jeune homme, privé de tout repère, à donner un sens à sa vie. La Seconde Guerre mondiale, la Résistance mettront au jour la véritable nature de ces êtres. Chacun devra choisir son camp, celui du coeur, de la justice ou des honnis.

    Sur commande
  • « C'est à vous d'être lacaniens, si vous voulez. Moi, je suis freudien », déclare Jacques Lacan (1901-1981). C'est de s'être voulu - radicalement - « freudien » que son nom se retrouve homologué dans l'histoire de la psychanalyse et, au-delà, par les effets de ce geste, dans la pensée contemporaine, mise à l'épreuve de l'hypothèse de l'inconscient.
    Il s'agit ici d'introduire à et dans la « pensée-Lacan », celle des Écrits et du Séminaire, véritable work in progress par lequel s'accomplit son « retour à Freud » en une oeuvre à la fois complexe et vivante. À partir de la présentation systématique de ses catégories majeures (imaginaire/symbolique/réel, signifiant, « objet a »...) se trouvent restitués le mouvement de sa recherche et le remaniement inlassable de son écriture. Ainsi devient lisible le passage de Freud à Lacan.

  • C'est le vécu amoureux qui - au dire de Freud - donne aux humains les plus grandes satisfactions. Mais c'est aussi la culpabilité qui hante le couple. Passé l'état de grâce et d'heureuse innocence des débuts, le sentiment de culpabilité réciproque s'installe fréquemment. C'est un fait que la clinique confirme : l'amour, contrairement à la simple jouissance, crée de la culpabilité chez le sujet. On angoisse là où l'on aime. Par un paradoxe, celui qui croit ne pas avoir été aimé se sent coupable.
    Ce livre revient donc à la question de l'amour pour l'envisager par ce symptôme de culpabilité. Culpabilité qui certes l'entrave, mais en fait aussi la profondeur, depuis la prime enfance, jusqu'à la vie de couple, en passant par l'expérience oedipienne des premières amours, pour le pire et le meilleur... « L'amour coupable », qui sépare et fait lien à la fois.
    Un ouvrage toujours accessible, qui montre comment la prise en compte et l'analyse de ce symptôme est la voie la plus sûre pour rendre à l'amour sa richesse et sa fécondité.

  • Que puis-je connaître ?
    Que dois-je faire?
    Que m'est-il permis d'espérer ?
    À Königsberg, le sévère professeur Kant répondit à ces questions, et à quelques autres, au cours d'une journée si folle qu'il devait en manquer sa promenade...

  • Au pied des vignes ou depuis les crêtes vosgiennes, on peut contempler un magnifique paysage gastronomique : l'Alsace, dessinée par une géographie, une histoire et une culture singulières. De ses terroirs émanent des produits d'une grande richesse, que le rythme des saisons élève au rang de véritables rendez-vous culinaires. Il y a le temps des asperges et le jour des cochonnailles, la montée en estive et les vendanges tardives... une année de victuailles révolue par la magie de Noël.

    Dans ce livre cadencé par les temps forts de la région, on découvre les trésors et les recettes incontournables en Alsace. Les produits charcutiers magnifiés dans la choucroute, les prunes qui couronnent des tartes estivales, les pâtes, les potées, les brioches et les breuvages enivrants.

    Gérard Goetz, cuisinier aubergiste chez Julien à Fouday, une institution familiale et conviviale, nous invite à déguster cette contrée généreuse, avec 110 recettes dans le respect de la tradition et le plaisir du goût, mais aussi une quarantaine de produits et reportages racontés de façon savoureuse par Jean-Paul Frétillet. Les photographies de Louis Laurent Grandadam dévoilent une Alsace pleine de saveurs et de curiosités.

  • Passer de l'analogie à la confrontation, c'est à cela que s'emploie cet ouvrage. Cela suppose en premier lieu de rapporter la confrontation Nietzsche/Freud au contexte global du rapport du créateur de la psychanalyse à la philosophie et aux philosophes ; puis de saisir comment s'est produite historiquement cette rencontre et d'explorer la référence nietzschéenne dans l'oeuvre freudienne. À l'horizon de cette vaste confrontation, entre « volonté de puissance » et « pulsion de mort », se dessine un enjeu majeur de la pensée du réel pulsionnel articulé au « malaise de la culture ».

  • L'École de Francfort, qui doit son nom à la ville où fut créé l'Institut de recherche sociale en 1923, s'est imposée comme une figure majeure de la pensée contemporaine. Sous l'égide de la « Théorie critique » dont Max Horkheimer produit le manifeste et de Theodor W. Adorno, elle a agrégé un monde de penseurs (de Walter Benjamin à Herbert Marcuse et, au-delà, Jürgen Habermas).
    À partir du noyau de l'idéalisme allemand, de Kant à Hegel, et d'une pensée sociale critique, dans l'héritage de Marx, ouverte à la pensée de Freud, elle a produit un puisant creuset où fusionnent philosophie, sociologie, esthétique, théorie de l'histoire et psychanalyse. Il est donc essentiel d'en restituer la dynamique, la thématique et l'héritage. À l'heure des idéologies postmodernes de « fin de l'Histoire », l'École de Francfort rappelle l'exigence de la Raison à l'épreuve du siècle du totalitarisme. Cette réédition permet de revisiter l'École de Francfort et d'en montrer la vitalité persistante comme théorie du sujet et « critique de la domination ».

  • Psychanalyse

    Paul-Laurent Assoun

    Comment introduire à la psychanalyse ? Une introduction universitaire se doit de réintroduire aux mouvements de découverte et aux avancées de la psychanalyse, à l'ensemble du « champ de savoir » analytique, son contenu, sa dynamique, ses thèses, son devenir, sa théorie et son histoire. Ce manuel est subdivisé en trois parties : Fondements - Figures - Perspectives. Principalement destiné aux étudiants, il est devenu un classique pour tous ceux qui cherchent à acquérir les bases de la psychanalyse.

  • « De toutes les choses sérieuses le mariage est la plus bouffonne », écrivait Beaumarchais dans Le Mariage de Figaro.
    Ce à quoi s'engagent concrètement les mariés, c'est d'abord, faut-il le rappeler, à ce que l'on appelle devoir conjugal. Terme qui, malgré sa résonance surannée, désigne bien l'obligation du rapport sexuel régulier, aménageable au moyen des excuses tolérées dont la plus commune du côté de l'épouse fut constituée par les « vapeurs », étourdissements, vertiges, migraines et malaises divers, alibi pseudo-médical de dispense des obligations conjugales à l'usage des épouses. Névrose d'angoisse institutionnalisée en quelque sorte. La véritable énigme du mariage, c'est qu'il persiste malgré tout à faire miroiter un fantasme, à proportion de ce qu'il est régulièrement démenti, résistance obstinée à ses propres désillusions qu'il s'agit aussi de penser.

  • Le présent ouvrage est le fruit de rencontres entre ses deux auteurs et vingt passages de l'évangile de Matthieu. Elles ont donné lieu à diverses formes de réécritures tantôt plus analytiques, tantôt plus poétiques.

    Cet ouvrage sera utile à tous ceux qui désirent approfondir leur intelligence de l'Évangile pour en vivre et en faire vivre.

    La lecture d'un texte s'apparente à l'accueil d'un don. Le lecteur s'approprie ce qu'il lit. Il le déchiffre, il se fraye un chemin, il traverse les mots et les phrases.

    Il laisse agir le texte et il agit sur le texte. La lecture est une rencontre: celle du texte qui se donne avec toute sa richesse et celle du lecteur qui le reçoit avec sa sensibilité personnelle. Rencontre chaque fois nouvelle et surgissement de sens chaque fois nouveaux.

    Le présent ouvrage est le fruit de rencontres entre ses deux auteurs et vingt passages de l'évangile de Matthieu. Elles ont donné lieu à diverses formes de réécritures tantôt plus analytiques, tantôt plus poétiques. L'ensemble s'offre, à présent, à de nouveaux lecteurs. À eux dorénavant, en allant d'un texte à l'autre, d'écrire leurs propres pages.

    Les oeuvres picturales qui s'égrènent au gré des textes sont autant de lieux d'inspiration. Pour penser, pour prier, pour parler.

    Cet ouvrage sera utile à tous ceux qui désirent approfondir leur intelligence de l'Évangile pour en vivre et en faire vivre.

  • Bagne. Enfer. Prison. Biribi. T orture. Enfermement. Cellule. Cachot. « On est sans nom. On n'est plus rien », disait la chanson d'Albert Londres. Résister.
    T enir. La Guyane et ses îles. Ceci n'est pas une image d'Épinal. Encore moins un effet positif de la colonisation. Les coups. La faim. La damnation. Et à l'arrivée, la mort et l'abrutissement. Paul Roussenq (1885-1949) a affronté tout cela. Lui, l'anar, le bagnard de Saint-Gilles, « l'Incorrigible », a survécu aux camps à la française. Il a décrit l'horreur carcérale sous le sunlight des tropiques. Un témoignage capital. Sur le passé certes, mais tellement actuel.

  • Elliott n'est pas un enfant comme les autres.
    C'est un super héros ! Enfin, pour l'instant nous assistons à son apprentissage car comme pour tous les enfants, il faut tout apprendre même quand on est un super héros.
    Et c'est pas toujours facile !

  • Cet ouvrage fait suite à un premier volume paru en 2016. Aux soixante-dix lectures de passages d'évangile que celui-ci présentait, ce deuxième livre aborde cinquante nouveaux textes.
    Ces lectures sont le fruit d'une analyse suivie d'un travail d'écriture : il s'agit d'aller à la rencontre du texte, activement, pour l'amener à agir à son tour en prenant sens. De manière souvent nouvelle et, parfois, surprenante.
    L'ouvrage se situe à la croisée de trois préoccupations.
    - Il se veut attentif à la matérialité grammaticale, lexicale, compositionnelle des textes évangéliques. Il est sensible aux dimensions énonciatives et narratives des textes.
    - L'ouvrage lit les textes évangéliques des liturgies dominicales qui ponctuent la vie de la communauté chrétienne.
    - L'ouvrage se veut soucieux de rejoindre la vie des chrétiens dans le monde présent.
    L'ouvrage sera utile aux catéchistes, aux animateurs, aux enseignants, aux prédicateurs, à tous ceux qui veulent approfondir et partager leur intelligence de la Bonne Nouvelle. Et aussi, plus largement, à ceux qui désirent la découvrir.

  • « L'odeur est physique, elle a un corps, une âme... Depuis le commencement, et depuis l'origine, en tout cas aussi loin que pouvait remonter dans le temps ma mémoire d'enfant, j'avais toujours eu envie de voir dans les choses ce qui m'avait toujours été si obstinément caché et qu'il m'était donné, maintenant, de voir sans réserve. De mon grand-père, je tenais la certitude que l'odorat, de tous les sens, est le plus dangereux et celui qui pousse à la connaissance du monde. Il ne s'agit pas d'une vague idée ou, moins encore, d'un sentiment sans aucun rapport avec l'expérience. » Deux enfances éloignées : d'un côté, Gaston-Paul Effa, petit africain élevé dans une famille animiste du Cameroun, de l'autre, une jeune campagnarde savoyarde. Tous deux se rejoignent dans l'amour qu'ils portent aux parfums, des parfums nobles et délicats des fleurs aux plus triviaux de la ferme, ou encore les odeurs musquées du village africain.
    Deux destins, deux sensibilités qui s'entrecroisent et se font écho pour offrir un récit d'apprentissage sensuel qui, au fil des pages, se mue en une ode aux odeurs. Une belle fluidité nous emporte et irrigue une émotion douce, reflet d'une complicité et d'une amitié sincère.
    Les Parfums élémentaires sont une invitation à méditer sur les odeurs.

  • Les techniques pour maîtriser le badminton et gagner !
    De la théorie, avec un focus sur les fondamentaux, à la pratique avec les différentes situations de jeu, ce livre complet vous fera progresser.
    60 situations ludiques sont illustrées, adaptées à tous les âges, des plus jeunes aux plus avertis, mêlant technique et amusement, plaisir et discipline.
    Battre vos adversaires ne sera plus qu'une question de temps !

    Sur commande
  • Entre les tenants du slogan de Mai 68 « il est interdit d'interdire » et ceux qui insistent sur la nécessité des limites, toutes les positions aujourd'hui sont possibles. Cette diversité constitue l'une des sources de malentendus les plus fréquentes entre les cultures, les familles, les personnes. La psychanalyse retrouve le même dilemme au coeur du fonctionnement psychique de chaque sujet où la tendance au laxisme total et l'attitude coercitive coexistent depuis les origines, entretenant des conflits permanents.Sans interdits et sans limites, aucune vie psychique n'est possible, aucune vie sociale non plus. Et la vraie question est de les clarifier, puis de les gérer, de telle sorte qu'ils ouvrent l'espace à l'expression et à l'échange, en chacun et entre les sujets, au lieu de le fermer. Une tâche indispensable, qui s'impose à chaque âge de la vie.Ce livre est le fruit d'une réflexion actuelle, en situation, qui n'apporte pas de recettes toutes faites, mais ouvre des voies accessibles et vivantes pour envisager les interdits et les limites et les gérer en connaissance de cause dans la vie de tous les jours.

  • Introduction - Le meurtre des rois morts. Un épisode révolutionnaire et ses enjeux Première partie - Spectroscopie de l'acte profanatoire Chapitre I - La « profanation » planifiéee. « Ouvrons quelques tombeaux » (I) Chapitre II - La profanation en acte. « Ouvrons quelques tombeaux » (II) Chapitre III - Les coulisses de l'acte. La guerre aux morts Chapitre IV - Totem paternel et tabou du chef. Anthropologie du corps royal Deuxième partie - Désir révolutionnaire et destins de l'idéal : de la haine à la mélancolie Chapitre V - De la haine en acte à l'extraction de l'objet. Le fantasme révolutionnaire Chapitre VI - Objet de l'idéal et désir de mort. La masse révolutionnaire Chapitre VII - Mélancolie révolutionnaire. Le meurtre impossible ou le drame néobaroque Troisième partie - Un acte et sa postérité. Restauration, monumental et souveraineté Chapitre VIII - La posthistoire de Saint-Denis. Le retour des restes royaux Chapitre IX - Patrimonial et monumental. Le désir du conservateur Chapitre X - Le corps baroque de la souveraineté. L'enjeu politique de l'histoire Conclusion - Un acte et son héritage. La modernité politique et son envers inconscient Index

empty