• La Belle se sacrifie auprès de la Bête pour sauver son père. Enfermée dans son château, elle va apprendre à connaître le maître des lieux et voir au-delà des apparences.

  • " Classiques & Patrimoine ", les seuls classiques pédagogiques avec des rabats, à partir de 2.95 euros seulement !
    Un rabat Histoire des arts : une oeuvre d'art en grand format à étudier en classe.
    Un rabat Repères chronologiques : une frise chronologique illustrée de l'Antiquité à nos jours.

    La Belle et la Bête et autre contes de Mme Leprince de Beaumont : Les trois contes de ce recueil, La Belle et la Bête, Les Trois souhaits et Le Prince Charmant, de structure classique, permettront aux élèves de retrouver l'univers magique du merveilleux et d'aborder les thèmes intemporels de l'exclusion, de la différence, des fausses apparences et du respect de l'autre.

    Notions littéraires abordées : la structure du conte, le merveilleux, le schéma narratif, la moralité, les origines du conte et la tradition orale, la fonction du conte.
    Histoire des arts : l'adaptation, les illustrations.
    Oeuvre d'art du rabat : La Belle et la Bête de Walter Crane.

    Avec en plus, dans cette édition :
    Des rabats rabats panoramiques avec l'oeuvre d'art en grand format et une frise historique et culturelle inédite.
    Des éléments d'histoire des arts.
    Des notes de vocabulaire adaptées.
    Des rubriques outils de la langue pratiques.
    Des encadrés méthode efficaces.
    Un lexique.

  • La Belle est prisonnière d'une Bête terrible ; La princesse Rosette, menacée par une prédiction de faire le malheur de sa famille, est enfermée dans une tour ; La Belle aux Cheveux d'Or, que le roi a envoyé chercher pour l'épouser, tombe amoureuse du messager. Quant à l'Oiseau Bleu, c'est un prince métamorphosé par une fée. L'éternel combat des fées contre les sorcières.

  • Crédits artistiques :
    Auteur : Jeanne-Marie Leprince de Beaumont (1711 - 1780)
    Musique : Les 4 saisons de Vivaldi
    Comédienne : Céline Lucas
    Durée : 30 minutes 50 sec
    Résumé :
    La bonne et courageuse Belle se constitue prisonnière à la place de son père, qui a dérobé pour elle une rose dans le jardin de la Bête. Cependant peu à peu cette Bête, gardienne discrète, laide et sans esprit mais très bonne et très amoureuse, gagnera le coeur de la Belle. Le sortilège sera rompu, et la Bête reprendra sa figure de prince charmant. Un conte pour nous rappeler que les apparences sont parfois trompeuses et que l'amour peut nous aider à voir la vie autrement...
    Madame Leprince de Beaumont voulait avec ses contes aider les enfants à "penser, parler, agir". Chaque conte présente les "défauts" de leur âge et l'on y montre de quelle manière on peut les en corriger ; on s'applique autant à "leur former le coeur" qu'à "leur éclairer l'esprit". Cette recherche d'une littérature spécifique qui se propose autant de plaire à la jeunesse que de l'instruire, a beaucoup de succès.

  • "Non, ma chère Bête, vous ne mourrez point ! Lui cria la Belle. Vous vivrez pour devenir mon époux. Dès ce moment, je vous donne ma main et je jure que je ne serai qu'à vous. Hélas ! Je croyais n'avoir que de l'amitié pour vous, mais la douleur que je sens me fait voir que je ne pourrais vivre sans vous voir." Un très riche marchand perdit soudainement la totalité de sa fortune. Il décida alors d'habiter dans une petite maison de campagne qui lui restait avec ses trois filles et ses trois garçons. La cadette, plus belle que ses soeurs, se montrait aussi meilleure qu'elles. Au retour d'un voyage, le marchand s'égare et pénètre dans un château étrange... Cette version est sensiblement reliée au plus fameux conte de fées de Madame de Beaumont, écrit au 18e siècle. L'univers sonore relève du style baroque, avec un quatuor d'instruments (clarinette, hautbois, violoncelle, alto) et un théorbe ainsi que des chansons placées aux moments-clés de la narration.

  • Il était une fois une jeune fille si jolie qu'on l'avait surmnommée la Belle. Pour sauver son père des griffes d'un monstre incroyablement laid, la Belle doit se sacrifier. N'écoutant que son courage, elle part vivre auprès de la Bête, dans un château lugubre au fond d'un bois touffu..

  • Il était une fois... une étrange créature dans un château, une belle jeune fille captive de ce monstre. Par-delà beauté et laideur, comment l'amour triomphera-t-il entre deux êtres si différents?

    Enjeux pédagogiques :
    - Une étude de l'évolution de la Belle face au monstre.
    - Une approche du merveilleux et de la portée moralisatrice du conte.
    - Un travail sur le schéma narratif (situation initiale, modifications, péripéties...).

    Thèmes du programme en lien avec le titre :
    6e - Le monstre, aux limites de l'humain.
    5e - Imaginer des univers nouveaux.

    En complément : Riquet à la houppe de Perrault et La Belle aux cheveux d'or de Mme d'Aulnoy.

    Téléchargez gratuitement le livret pédagogique réservé exclusivement aux enseignants sur http://www.nathan.fr/carresclassiques/enseignants.

  • En lien avec le thème « Le monstre, aux limites de l'humain » du nouveau programme de français en 6e, le conte de Madame Leprince de Beaumont dans une édition « Spécial cinéma » : avec des extraits du scénario du film de Jean Cocteau et des photogrammes.

    Le recueil Il réunit deux versions de La Belle et la Bête :
    - le conte de Madame Leprince de Beaumont (1740), - le lm de Jean Cocteau (1946), à travers des extraits du scénario et des photos.

    Les compléments pédagogiques - Des repères sur le conte et le film.
    - Des propositions d'ateliers à faire en classe, et notamment des activités « Spécial cinéma ».
    - Un parcours de lecture en 6 étapes.
    - Un groupement de textes complémentaire :« Face-à-face avec un monstre ».
    - Une enquête documentaire sur la figure du monstre, de l'Antiquité à nos jours.

    Pour l'enseignant Sur www.classiquesetcie.com, en accès gratuit réservé, un guide pédagogique, avec un descriptif complet de la séquence.

  • La Barbe Bleue de Perrault, La Curiosité de Mme Leprince de Beaumont et La Petite Souris grise de la comtesse de Ségur. La curiosité est un vilain défaut, et peut-être le plus dangereux...

    Enjeux pédagogiques :
    - L'analyse des limites de l'homme à travers un défaut.
    - La découverte de contes moins connus pour explorer le genre merveilleux et la portée moralisatrice du conte.
    - Un travail de mise en évidence du schéma narratif.

    Thèmes du programme en lien avec le titre :
    6e - Le monstre aux limites de l'humain ;
    5e - Imaginer des univers nouveau ;

    En complément : L'Enfant d'Éléphant de Kipling, une variation exotique sur le thème de la curiosité.

    /> Téléchargez gratuitement le livret pédagogique exclusivement réservé aux enseignants sur http://www.nathan.fr/carresclassiques/enseignants.

  • Etude d'un genre : le conte Classe de 6° D'autres contes de fées de Mme Leprince de Beaumont et Mme D'Aulnay sont étudiés.
    Plusieurs appareils pédagogiques sont proposés par conte.
    Etude comparative prévue avec le film de Cocteau.

  • Il était une fois un prince qu'un enchantement avait métamorphosé en bête et une jeune fille très belle et très bonne... Il était une fois un prince très laid mais plein d'esprit et une jeune fille très belle mais dépourvue d'intelligence... ou bien encore un vilain caneton qui était en réalité un cygne... De Perrault à Andersen, en passant par Madame Leprince de Beaumont, les contes merveilleux tendent à notre réalité un miroir magique dans lequel se dessine le destin de ces personnages tributaires du regard des autres et dans lequel finit par se dissiper le mirage des apparences trompeuses.

  • Pour sauver son père d'une mort certaine, la Belle accepte de se sacrifier. Elle doit vivre auprès d'une Bête horriblement laide et cruelle. Mais les apparences sont parfois trompeuses. La Bête cache un secret. Quel est-il ?

    Sur commande
  • Lisons avec délectation ce récit merveilleux, l'un des plus connus des contes occidentaux. Il est accompagné dans ce recueil de l'histoire de "La Barbe bleue" dont l'héroïne risque le pire en se livrant à sa curiosité juvénile. Les quatorze magnifiques aquarelles réalisées par Edmond Dulac en 1910 illustrent ici à ravir ce double dépaysement, cher aux amateurs de féerie.

    Sur commande
  • Un vieux marchand perd toute sa fortune et part vivre à la campagne, accompagné de ses trois garçons et de ses trois filles, dont la cadette est si belle qu'elle est appelée « La Belle ».

    Parti récupérer une partie de ses pertes, le vieil homme est pris, sur le chemin du retour, dans une tempête qui l'aurait anéanti s'il n'avait aperçu un somptueux palais. Ce château lui servira de refuge jusqu'à ce que, voulant honorer une promesse faite à sa cadette, l'homme déclenche la colère du propriétaire, une Bête affreuse.

    Le monstre n'accepte de laisser la vie sauve à son invité qu'en échange de l'une de ses filles. La Belle se sacrifie et vient habiter le château. Si La Bête est une créature affreuse, elle n'en est pas moins bonne. Mais est-ce suffisant pour se faire aimer de La Belle, jeune fille pure et sincère ?

  • Le bonheur parfait n'est pas fondé sur la beauté mais sur la vertu La Belle est la plus jeune fille d'un riche marchand dont les bateaux font naufrage, ce qui jette la famille dans la misère.
    Le père, en tentant de sauver ce qui peut l'être, pénètre dans un mystérieux château appartenant à une Bête horrible. Le monstre menace de mort le père et lui laisse seulement la vie sauve si une de ses filles vient mourir à sa place. La Belle accepte de se sacrifier, et découvre que la Bête cache, sous son apparence repoussante, une âme belle et pure.
    La version raccourcie du conte original du XVIII° siècle remis, par sa modernité, au goût du jour il y a une vingtaine d'années.

    Sur commande
  • La Belle et la Bête.
    Belle, une jeune fille gentille et courageuse est prête à tout pour sauver son père menacé par une énorme Bête. Elle se retrouve alors prisonnière dans le palais de la Bête et découvre peu à peu un univers merveilleux et enchanté...
    Belle va-t-elle réussir à sauver son père ?

  • Ce conte (1757) de Jeanne-Marie Leprince de Beaumont appartient au folklore universel.

    Les superbes illustrations de Magali Fournier sont en parfaite adéquation avec le propos et en font un album de très grande qualité !
    Magali Fournier est une jeune illustratrice bordelaise diplômée de l'ECV. Ses illustrations sont riches en motifs, en matières et en transparence, et ses couleurs sont magnifiques !
    Elle a déjà publié plusieurs ouvrages, notamment aux Éditions Play Bac, Petit à petit et Milan jeunesse. Elle propose par ailleurs des créations variées dans l'univers de la décoration pour enfant (stickers, tableaux, etc.).

  • Une jeune femme prénommée Belle se sacrifie afin de sauver son père, condamné à mort pour avoir cueilli une rose dans le domaine d'un terrible monstre. Contre toute attente, la Bête épargne Belle et lui permet de vivre dans son château. Elle s'aperçoit que derrière les traits de l'animal se cache un coeur généreux.

    Sur commande
  • " Non, ma chère Bête, vous ne mourrez point ! lui cria la Belle. Vous vivrez pour devenir mon époux. Dès ce moment, je vous donne ma main et je jure que je ne serai qu'à vous. Hélas ! Je croyais n'avoir que de l'amitié pour vous, mais la douleur que je sens me fait voir que je ne pourrais vivre sans vous voir. " Il était une fois un très riche marchand qui perdit brusquement tout son bien. Il ne lui resta qu'une petite maison de campagne où il s'installa avec ses trois filles et ses trois garçons. La cadette, plus belle que ses soeurs, se montrait aussi meilleure qu'elles.
    Au retour d'un voyage, le marchand s'égare et pénètre dans un château étrange. Il cueille pour Belle une rose dans le jardin, déclenchant le courroux du propriétaire, un monstre au corps d'homme et au mufle de bête, qui le condamne à mourir, à moins qu'une de ses filles se sacrifie pour le sauver.
    La Belle se constitue prisonnière. Peu à peu la Bête, geôlière laide et sans esprit mais discrète, bonne et très éprise, gagne le coeur de la Belle. Derrière le masque du monstre vit et souffre un être digne de son amour.
    Une version très légèrement adaptée du conte de fées le plus célèbre de Madame de Beaumont, écrit au 18e siècle.
    C'est à l'imaginaire foisonnant, à la fois traditionnel et extravagant, de Sacha Poliakova qu'il a été fait appel pour illustrer ce conte classique.
    Le compositeur Vincent Bouchot a imaginé une mise en scène sonore baroque, avec un quatuor d'instruments (clarinette, hautbois, violoncelle, alto) et un théorbe et quelques chansons aux moments-clés de la narration, à la façon de Purcell.

  • Illustré de gravures et d'illustrations anciennes, ce livre réunit les deux versions du célèbre conte de La Belle et la Bête, la version originale de madame de Villeneuve (1740), et la version de madame de Beaumont (1757), qui est la plus connue et qui a été adaptée à plusieurs reprises sur grand écran, notamment par Jean Cocteau en 1946 et pour Walt Disney.

  • SUZANNE, EUGÉNIE, JULIA.
    SUZANNE, entrant chez Julia.
    BONJOUR, ma bonne amie ; je suis charmée de pouvoir passer l'après-dînée avec vous : on m'a dit que l'on vous avait donné la plus jolie poupée du monde : nous allons nous amuser !
    JULIA.
    Volontiers, ma chère ; je suis bien aise d'avoir quelque chose qui vous plaise : mais on frappe, c'est sans doute Eugénie ; elle m'a fait dire qu'elle viendrait ce soir.
    Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Extrait :
    "Cette cadette, qui était plus belle que ses soeurs, était aussi meilleure qu'elles. Les deux aînées avaient beaucoup d'orgueil, parce qu'elles étaient riches ; elles faisaient les dames, et ne voulaient pas recevoir les visites des autres filles de marchands ; il leur fallait des gens de qualité pour leur compagnie."

empty