• La planète est désormais couverte par une seule ville, aux tours immenses, d'où toute nature a disparu. Les humains passent leur temps à jouer, tandis que les robots sont au pouvoir. Un matin, Madeleine, une ado vivant dans le quartier France 45-67, découvre que ses mains sont devenues vertes... Mais elle n'est pas la seule : de l'autre côté de la planète, Ken, du quartier Japon 23-58, est aussi victime de ce phénomène. Un roman fantastique, très inspiré par la culture japonaise, qui plaira aux lecteurs de manga.

  • Nos fenêtres invisibles ; je suis le contrepoids du monde Nouv.

    Nos fenêtres invisibles.
    Dans un futur indéterminé, Kévina et Otis, 16 ans, attendent à l'hôpital d'être Reformatés car, aux yeux de la Milice des Gardiens de la Réalité, ils ont bugué. Sont-ils atteints d'un dysfonctionnement cognitif passager ou bien dotés d'un imaginaire plus riche que la moyenne des gens ? Dans un élan vital qui les dépasse, ils vont donner naissance à un mouvement de résistance.

    Je suis le contrepoids du monde.
    Dans une usine abandonnée, la jeune Jessica tombe sur Samir, assis sur une chaise au milieu d'une pièce vide. Elle découvre que c'est un endroit spécial : tout instant de beauté créé ici fait contrepoids à la violence du monde. Jessica est-elle prête à rejoindre la confrérie planétaire des Veilleurs sensibles ? Cette histoire d'amour est aussi celle d'un engagement poético-politique.

  • Lou, la brebis, est bien triste. Avec un nom pareil, personne ne veut jouer avec elle, on l'assimile au loup. Elle s'enfuit et recontre un loup nommé Ange.


  • louise wing, une petite fille de onze ans vit dans l'alberta, une province du canada, avec son père et sa grande soeur.
    un jour, il lui arrive quelque chose d'extraordinaire : là, juste derrière elle, elle voit un ours blanc transparent qui la suit, l'accompagne partout, jusque dans sa maison, et qui deviendra son confident. pas facile de convaincre sa famille. pas facile surtout, quand des ours transparents, peu à peu, il y en a partout, derrière son père, derrière sa soeur, derrière chaque habitant, une invasion ! le seul problème, c'est que louise est la seule à les voir.


  • Ludo n'a pas de chance. Il est plus lent que les autres et les autres se moquent de lui, Fabrice surtout. Un jour, il le bouscule et le traite de mongol. Ludo ne connaît pas le mot. Il le cherche dans le dictionnaire et découvre stupéfait, la Mongolie, les Mongols, et leurs coutumes étranges. Puisqu'on le traite de mongol, il le deviendra. Il apprend de nouveaux mots, il ne cesse d'étudier et parfois toute la nuit. Mais ce n'est pas si simple de transformer sa chambre en yourte, de se raser la tête et de ne manger que de la viande et des laitages. Et surtout, ça ne plaît pas à tout le monde. Ni aux copains, ni aux parents, ni à la maîtresse.

  • Berbéris : Angèle et Élodie se rencontrent au lavomatic. Élodie est autant extravertie qu'Angèle est timide, et pourtant, une amitié se noue entre les deux jeunes filles de 19 ans. Au fur et à mesure de leurs conversations à la fois absurdes, poétiques, philosophiques ou très concrètes, passant du coq à l'âne, Élodie et Angèle se livrent, sans que l'on sache jamais où se trouve la réalité, sans pouvoir distinguer le réel du fantasme. La scène de la rencontre au lavomatic, récurrente, nous entraîne sur de fausses pistes : a-t-elle eu lieu ? Est-elle le fruit de l'imagination des jeunes filles ? Se répète-t-elle simplement, mêlant habitudes tristes et atmosphères farfelues ?
    Un duo aux dialogues vifs idéal pour deux jeunes comédiennes jouant dans un rythme élevé, avec quelques pauses plus introspectives.
    Givrée : Charlotte, caissière dans un supermarché, se retrouve malencontreusement enfermée dans la chambre froide alors qu'elle fume une cigarette lors de sa pause. Givrée est son monologue, entre hallucinations et espoirs d'être retrou- vée, délires langagiers et rêve éveillé.
    Monologue traversé de voix ou soliloque délirant, une véritable partition sur la langue qui se délite peu à peu.

    DISTRIBUTION : Deux femmes (Berbéris) une femme (Givrée).

    GENRE : Comédies dramatiques.

  • Raoul et erika ont décidé de vivre avec leurs trois enfants dans une maison isolée, au coeur de la forêt.
    Et cela suppose une sérieuse organisation. erika, la mère, se débat pour que les horaires soient respectés, les repas assurés, bref, que la vie soit la plus harmonieuse possible. hélas, le plus souvent, elle craque. à cause de raoul, son époux, qui perd la boule. il ne va plus travailler, lit des livres étranges, disparaît la nuit. il semble attendre quelqu'un ou quelque chose. qui ? quoi ?.

  • Frigomonde

    Karin Serres

    Ils sont plusieurs tribus là-haut dans le Frigomonde à parler des langues bizarres et à avoir très faim, très soif et très froid. Les Kélélé s'installent sur une plaque de glace en n'hésitant pas à chasser ceux qui s'y trouvent. Mais d'autres tribus demandent aussi à y vivre, les Ouétu-Chulaq, les Lions polaires et Krill, le timide. Après avoir refusé de partager ce qu'il considère comme son territoire, le chef des Kélélé finit par tracer une frontière. Pour les Kélélé, la plus grande partie, et pour tous les autres, le reste. Mais à quoi sert la force ? La plaque fond dangereusement, elle craque. C'est la panique !

  • Yellow Banane, balayeuse de gare, est tranquillement en train d'écrire.
    Jusque-là, rien d'étonnant. Sauf qu'à l'instant où elle écrit " tigr... ", un gros tigre du Bengale jaillit de la feuille et s'installe sans crier gare à l'intérieur de son crâne. S'ensuit une cohabitation forcée entre ce félin envahissant et son hôtesse qui se rebelle. Guib, le petit voisin, ne peut croire à cette histoire ; de leurs dialogues naîtra un voyage extraordinaire dans l'imaginaire. Karin Serres laisse vagabonder son écriture poétique et imaginative dans un texte où les personnages les plus loufoques se côtoient.

  • Un matin, des tags apparaissent sur les murs d'un quartier résidentiel. Jour après jour, d'autres inscriptions, de plus en plus inquiétantes, troublent les habitants et intriguent l'enquêteur. Un récit en trois épisodes qui applique à la scène le rythme scénaristique d'une série télévisée.

  • Quelque part à la campagne, la famille bourgol.
    La mère, muguette. elle perd ses cheveux et elle prépare marguerite à un concours pour en battre des vaches. elle en fera une star! le père, gilbert. il est d'accord pour engraisser marguerite. faut qu'elle gagne ! la voisine, greta. autrefois cantatrice, elle vient tous les jours chez les bourgol boire le café et prendre des nouvelles. le fils, ludovic. il déteste sa famille, parle anglais et tricote un cache-nez pour séduire une fille.
    Il s'inquiète très fort pour marguerite. sa soeur ! la fille, marguerite. oú est-elle? que fait-elle ? entend-elle ?.

  • Falco, thomas et nadia vivent en normandie, sur la côte, avec michelle, leur mère à tous les trois.
    Les pères de falco et de nadia sont morts en mer, et michelle dit qu'elle ne se souvient pas du père de thomas. cet oubli inconcevable insupporte thomas. pour l'apaiser, michelle finit par lui raconter une fable à laquelle thomas croit. mieux, il l'embellit, la magnifie : ce père qu'il n'a pas, ce sera un indien, un peau-rouge, mort pendant la seconde guerre mondiale. toute la famille va s'engouffrer dans son délire.
    Est-ce le prix à payer pour que thomas puisse enfin commencer à exister ?.

  • Colza

    Karin Serres

    Ils sont trois : grand, petit et leur mère.
    Ils vivent dans une maison aux volets à peine entrebâillés. grand n'est pas un enfant comme les autres : il lui arrive de disparaître pour aller tout nu danser dans un abreuvoir plein d'eau de pluie, ou d'observer des heures durant le jaune d'un champ de colza. petit va à l'école, mais il attend avec impatience de retrouver son grand frère, qu'il adore. la mère est seule et elle essaie de vivre tout en protégeant ses deux fils.
    Petit s'inquiète d'entendre grand lui parler d'un voyage. la mère le rassure mais elle a tort. grand disparaît vraiment. que lui réserve le vaste monde ? reviendra-t-il un jour ?.

  • Le long du fleuve, sur un quai désert bordé de maisons et d'entrepôts en ruine, c'est L'Etoile du Sud, hôtel-restaurant désaffecté, au bout du bout du monde.
    Marcia, la gérante, Nuno son poète de mari, Luis son fils cadet et Alvaro le meilleur ami de ce dernier vivent là en attendant le touriste et le grand départ. Les pieds sont sur la terre ferme, mais l'esprit est tourné vers l'océan, à portée de rêve. Or seul un bac invisible accoste, pas ce bateau tant espéré qui les arracherait à leur réalité. Toute une ribambelle de personnages - prostituée, boxeuse, marins, vieilles dames, poètes, collégiens, océanographes, hommes-corbeaux, femme-pieuvre - viennent s'incarner dans les habitants du quai et hanter ce texte tout en force, en poésie libre et pleine d'espoir.
    Karin Serres teinte sa pièce du réalisme merveilleux et des fictions à la Lobo Antunes pour un théâtre qui décolle. Ouvrir ce livre, c'est se laisser happer par l'écume du Tage, fleuve-mer qui sépare Lisbonne la belle, appelant le grand large, l'abandon, la mélancolie, les odeurs d'embruns... Cette sensation, ces caresses invisibles, ce fantasme de l'ailleurs, tout est Marzïa.

  • Elles ont le même genre d'âge, quelque part au milieu de cette longue période floue entre jeunesse et vieillesse. Elles font toutes trois partie des gens qu'on ne regarde pas. Les voici toutes trois au moment où la vie déraille. L'eau est leur miroir, leur alliée : lac, rivière ou océan. L'intensité de leur monde intérieur est la plus grande force dont elles disposent pour résister, jour après jour, contre la violence de nos sociétés. Trois silences sauvages que la beauté brute sauvera.

  • Monde sans oiseaux

    Karin Serres

    « Petite boîte d'os » est la fille du pasteur d'une petite communauté vivant sur les bords d'un lac nordique, dans des maisons de bois multicolores. Romantique et sensible, elle se voit en Jo, l'une des quatre filles du docteur March.
    Si son père est plutôt philosophe et pragmatique, sa mère, plus fantasque, oublie sa fille dans son landau ou se baigne dans le lac glacé les nuits de peine lune. Son frère, sombre et violent, préfère vivre avec ses chiens et revenir à l'état animal.
    Dans ce monde à la beauté factice, fait de senteurs d'algues et d'herbes séchées, se profile le spectre d'un passé enfui où vivaient des oiseaux, une espèce aujourd'hui disparue. Le lac, d'apparence si paisible est le domaine où nagent les cochons fluorescents, nouvellement trafiqués par les éleveurs en mal de rentabilité et d'expériences.
    Mais « Petite boîte d'os » est rayonnante et folle d'amour pour le vieux Joseph, revenu au pays après le déluge, enveloppé d'une légende troublante qui le fait passer pour cannibale... C'est avec Joseph qu'elle apprend la vie : faire du feu, cultiver son jardin, préparer les mouches pour la pêche, et plonger dans le lac sans déranger les morts.

    C'est là l'une des plus belles trouvailles de ce roman poignant et envoûtant : au fond du lac, dernière demeure des membres de la communauté, repose une forêt de cercueils ajourés pour que les corps retournent à l'eau du lac, finissent mangés par les poissons et les cochons fluorescents, avant qu'à leur tour, ces derniers soient consommés par les humains...

  • Tricot d'amour

    Karin Serres

    Kévin, le nouveau de la classe, est non seulement le fils du boucher mais en plus, il porte des pulls incroyables, tricotés par sa mémé :
    Unis, rayés, à dessins... Au début, on se moque de lui, comme on se moque de Mira et de sa « tête à poux ». Les voilà tous les deux assis l'un à côté de l'autre au grand désespoir de Mira, qui déteste la viande ! Comment parler à quelqu'un dont toute la famille a du sang sur les mains, peut-être même mémé comprise ?
    Un jour, Mira se rend compte que les pulls de Kévin sont de plus en plus bizarres, comme celui avec un éléphant dessiné dessus, qui est plein de trous ! Il se passe quoi, à la boucherie ? Le lundi suivant, Kévin ne vient pas en classe, et la boucherie est fermée.
    À l'école, les rumeurs vont bon train. La grand-mère serait malade. ils auraient tous attrapé une épidémie. un commando de végétariens les auraient enlevés. Ils ont été arrêtés pour avoir vendu de la viande de chien. Quand Kévin revient la semaine suivante, il porte un monstrueux pull rose vif, plein de trous, tout de traviole et, surtout, avec une seule manche ! Mais pourquoi donc sa mémé n'a-t-elle pas eu le temps de le terminer ?

    Sur commande
  • Il est parfois difficile d'assumer son prénom. Lou, la jolie brebis, en sait quelque chose. Aucun des moutons ne veut jouer avec elle, pire, ils ne cessent de la rejeter. Devinez qui sera son ami ?
    Raconté par Stéphane Dahan, Luc Debuire, Catherine Creux, Manon, Steven et Thibault Musique originale de Luc Debuire Enregistrement de Vincent Bund

empty