• Ce beau-livre très illustré célèbre le rapport entre cinéphilie, mémoire et objets, tout en questionnant la tradition onirique au cinéma. Attiré par les mondes parallèles, les formes insolites et les trips hallucinés, Potemkine a développé depuis la parution de son premier DVD, Requiem pour un massacre en 2007, une approche visionnaire du médium en faisant cohabiter dans son catalogue des réalisateurs aussi marquants qu'Andreï Tarkovski, Nicolas Roeg, Lars Von Trier ou Werner Herzog. Enquête sociologique, essai théorique, objet poétique, ce volume rassemble autant les propos d'acteurs de l'édition indépendante en France que la pensée de cinéastes qui ont marqué l'histoire (Harmony Korine, David Lynch, Lucile Hadzihalilovic, Yann Gonzalez, Hicham Lasri, Bertrand Mandico, Gaspar Noé, etc.).

  • Les Redneck movies représentent tout un pan du cinéma d'exploitation américain, très riche du milieu des années 1960 jusqu'au début des 1980. Lancé par 2 000 Maniacs , il triomphe avec Délivrance (1971) ou Massacre à la tronçonneuse (1974). Deux courants principaux se distinguent : le premier présente un univers violent de survie et de pauvreté, où tous les instincts les plus refoulés et brutaux émergent, avec des « tarés » en dehors des lois. L'autre tendance est moins sombre, avec des bons gars de la campagne un peu truands. L'ouvrage, richement illustré et enrichi d'entretiens, met les mains dans la boue pour découvrir à travers plus de cent fi lms cette Amérique étrange, dégénérée.

  • Parcours dans la littérature et la culture du Sud des Etats-Unis à travers un de ses plus brillants représentants, cet ouvrage explore l'univers étrange, tristement drôle et sombrement grotesque, de l'écrivain Harry Crews, considéré comme un des auteurs contemporains les plus importants, admiré par James Crumley, Sean Penn ou Stephen King, et initiateur d'une véritable littérature "redneck". Tel un cheminement dans cet environnement peuplé de monstres de foire, de culturistes, de mangeurs de voitures et de pasteurs illuminés, ce livre mène le lecteur dans un monde bizarre, comique, violent et sensible, où théologie et corporalité se mêlent dans une esthétique qui n'est pas sans rappeler les imaginations ténébreuses d'un Bosch, d'un Poe ou d'un Goya.

  • Reflets dans un oeil mort, Mondo Movies et les films de cannibales.
    Maxime Lachaud et Sébastien gayraud. Mondo movies et films de cannibales. Deux genres qui n'en sont qu'un, à mi chemin entre le documentaire et le film d'horreur. De Mondo cane (1962) à Cannibal holocaust (1980), plus de vingt ans d'images-choc, de polémiques, de scandales. Un cinéma du XX e siècle, inconnu, mystérieux. Ici, les explorateurs se perdent dans la jungle, fusils et caméras aux poings. Ici, le monde entier est un spectacle et la vie et la mort sont authentiques. Authentiques, vraiment ? Où se termine la réalité et où commence la fiction ? De l'Italie à la France, en passant par les États-Unis, une fascinante cinématographie parallèle, véritable panorama de l'étrange. De L'Amérique insolite jusqu'à La France interdite, de Mondo Hollywood jusqu'à Face à la mort, un voyage aux frontières de l'extrême.
    Reviendrez-vous ? Préface de Boyd Rice, journaliste, artiste, musicien et défricheur américain, connu pour avoir écrit les premiers articles d'importance sur les Mondo.

empty