• Jusqu'au XIXe siècle face aux difficultés que pose l'individu dans sa famille et la société, surtout dans les grands centres urbains, celui-ci est écarté afin de protéger le groupe. L'histoire de Camille Claudel est éloquente, elle passa 30 ans dans un asile psychiatrique et ce jusqu'à sa mort. Au début du XXe siècle une alternative s'offre alors pour la résolution de ces problèmes, alternative centrée sur la personne, la psychanalyse était née. Freud dira qu'il faut garder la famille en dehors de la cure. Pourtant, il fera de la systémie sans le savoir avec la cure du petit Hans, par l'intermédiaire du père de l'enfant, alors que la psychanalyse n'envisage pas l'intervention d'une tierce personne. Une autre voie verra donc le jour en 1950 à Palo Alto en Californie avec l'apparition de la systémie. L'individu est indissociable de son groupe, de sa famille. Dans cet ouvrage, nous évoquerons l'histoire de la systémie, ses concepts, mais surtout les outils utilisés.

  • Partage des eaux

    Michel Diaz

    La ligne de partage des eaux est la ligne zigzagante qui sépare deux bassins fluviaux. A travers cinq nouvelles, Michel Diaz retrace des destins dominés par la face sombre du malheur et d'autres dont rien ne semble pouvoir altérer le rayonnement. Mais surtout il excelle à traquer dans la vie des hommes le moment où une existence peut basculer pour le meilleur ou pour le pire. Il le fait avec une grande sûreté de style, une maîtrise dans l'analyse et un humour toujours sous-jacent.

    Sur commande
  • Ces textes se sont invités à mes marches en solitaire, écrit Michel Diaz dans son avant-propos. Marches entreprises sans contrainte, mais dans une inattendue et urgente nécessité, et qui, de soi à soi, finalement, se révèle être un lent retour. Avec un autre visage.
    Les marches de Michel Diaz l'arrachent toujours à ce qu'il y a d'orienté, de connu dans les déplacements, dans les simples promenades. L'auteur dit être pris, en marchant, dans un rythme qui ouvre l'air à l'espace. Alors émanent dans le souffle les fulgurances de l'imprévisible, les tremblements du corps, le lancinement d'anciennes douleurs refoulées dans les soutes de la mémoire. Il faudra s'enfoncer dans de longs silences pour qu'une parole, inaudible rumeur, advienne en poésie...

    Sur commande
  • Un recueil de nouvelles réunies autour du thème du passage, la situation de passage, qui à certains moments de nos vies, lorsqu'une fracture se produit, nous fait basculer vers un ailleurs méconnu. Un seuil où l'on a peine à se reconnaître mais toujours révélateur de quelque vestige - ou vertige - intime.

    Sur commande
  • "Ce que nous ne pouvons comprendre tout à fait, ou ce dont la réalité exacte nous échappe, ou ce qui semble encore s'avancer vers nous derrière sa muraille de brumes et qui, tout naturellement, se charge de lourdes menaces, nous pouvons toujours essayer de le traduire en mots, pour en prendre un peu plus connaissance ou seulement l'exorciser, mais nous ne pouvons le transmettre vraiment que par le silence ou, plus exactement, par les obliques et tortueux chemins d'une parole qui ne bruit que pour éclairer, en son centre, d'un faisceau de lumière incertaine, l'espace opaque de ce qui se tait." (Extrait de la note d'introduction de l'auteur).

    Thème développé dans ce recueil de cinq nouvelles, où Michel Diaz démontre, encore une fois, sa maîtrise d'un genre qui donne tout son relief à l'intensité dramatique. Entre deux mondes, le collectif et l'individuel, l'Histoire et l'intimité des êtres, l'auteur décrypte les interactions pour en cultiver l'effet miroir.

    Sur commande
  • Le verger abandonne

    Michel Diaz

    • Musimot
    • 24 Août 2020
    Sur commande
  • Le traité Information, Commande, Communication répond au besoin de disposer d'un ensemble complet des connaissances et méthodes nécessaires à la maîtrise des systèmes technologiques. Conçu volontairement dans un esprit d'échange disciplinaire, le traité IC2 est l'état de l'art dans les domaines suivants retenus par le comité scientifique : Réseaux et télécoms, Traitement du signal et de l'image, Informatique et systèmes d'information, Systèmes automatisés, Productique. Chaque ouvrage présente aussi bien les aspects fondamentaux qu'expérimentaux. Une classification des différents articles contenus dans chacun, une bibliographie et un index détaillé orientent le lecteur vers ses points d'intérêt immédiats : celui-ci dispose ainsi d'un guide pour ses réflexions ou pour ses choix. Les savoirs, théories et méthodes rassemblés dans chaque ouvrage ont été choisis pour leur pertinence dans l'avancée des connaissances ou pour la qualité des résultats obtenus dans le cas d'expérimentations réelles.

    Sur commande
  • Les réseaux de Petri portait sur la modélisation des systèmes dont les comportements dépendent de valeurs temporelles. Cette étude avait permis de définir les RdP temporels ainsi qu'une nouvelle approche sémantique pour analyser les fonctionnements généraux et les RdP stochastiques à partir desquels de nombreux travaux ont permis d'évaluer les performances et la fiabilité des systèmes. Le présent ouvrage insiste sur la vérification et la mise en oeuvre des modèles fondamentaux exposés dans l'ouvrage précédent. Il se compose de trois parties. La première valide les propriétés spécifiques des systèmes conçus en se fondant sur la construction et l'analyse du graphe d'accessibilité, graphe représentant tous les comportements possibles. La seconde partie aborde la vérification explicite des comportement temporels c'est-à-dire les comportements liés aux valeurs explicites des variables temporelles entrant dans la définition des systèmes à temps contraints. La troisième partie présente de nombreuses études de cas dans des domaines ayant un intérêt essentiel. Des solutions pour les systèmes réels sont ainsi avancées : elles sont le résultat de modélisations et d'applications significatives dans des domaines d'application en fort développement : télécommunication, programmation, multimédia.

    Sur commande
  • Séparations

    Michel Diaz

    Treize nouvelles, écrites à Tours, et dont la plupart évoquent la ville en arrière-plan, déclinent, chaque fois différente, une situation de séparation, de rupture : couples en déliquescence, amants en mal de mots, mère et fils en souffrance ... Explorant ces situations a priori banales, mais qui basculent, peu à peu, dans l'inattendu, ces textes disent l'amertume du bonheur, les amours blessées, les sanglots sans larmes, la difficulté d'être qui fait tout l'être...

    Sur commande
  • Felure

    Michel Diaz

    • Musimot
    • 6 Décembre 2016
    Sur commande
  • Lignes de crête

    Michel Diaz

    Sur commande
  • Bassin-versant

    Michel Diaz

    • Musimot
    • 12 Avril 2018
    Sur commande
  • Dans le livre Histoire du 36, Quai des Orfèvres illustrée, Claude Cancès, l'ancien directeur de la Police Judiciaire, nous invite à un passionnant voyage. Associé à son ami Charles Diaz, contrôleur général de la Police nationale, historien renommé et ancien du 36, Claude Cancès nous propose une Histoire du 36 ILLUSTRÉE. Rien d'autre qu'une plongée captivante dans les archives de la Préfecture de police et de l'Identité judiciaire !
    Photographies, rapports, enquêtes, pièces à conviction, lettres et fiches - parfois inédits -, rythment les pages de cet ouvrage sur lequel on se précipite avec curiosité. On se promène dans les coulisses de l'Histoire, la grande et la petite, de la plus ancienne à la plus récente, avec fascination, découvrant par l'image toutes ces affaires retentissantes qui ont ponctué la vie du mythique Quai des Orfèvres, croisant au passage un certain Georges Simenon, en compagnie d'un policier qui devait lui inspirer le célébrissime commissaire Maigret.

    Ce coffret est l'occasion pour Claude Cancès de nous offrir ce supplément exceptionnel : l'interview de Simenon dans son intégralité.

  • « Morceaux d'étoffes, lambeaux d'animaux, ossements, plumes, mue de serpent, pinces de crabes, feuilles d'arbres froissées, matières organiques, débris de branches, de plastique, reliquats harassés offerts par le hasard, la rapine et le dépeçage, bribes, fragments, rognures, assemblages de choses qu'on aurait envie de dire parfaits tant les choix qui ont présidé à tisser entre elles ces liens de connivence, à consolider ces architectures où rien ne semble pouvoir être ajouté, rien retranché non plus, les ont dotées d'une présence d'immuable beauté. Chemin propice à l'âtre d'une escalade méditative, qui dévoile un peu plus nos visages. C'est ce que ces images nous proposent encore, mariant la lumière à ce fer qui nous brûle, notre conscience d'être au monde, passants parmi les êtres et les choses, ni davantage ni moins qu'eux soumis aux mêmes lois de vivre et disparaître. D'occuper un espace de temps avant de nous effacer. »

    Sur commande
  • «Nature morte » ?. « Sujets vivants » ?.
    Leurs murmures mystérieux, pour qui sait, humblement, se mettre à leur écoute et les contempler en silence, nous invitent à transcender les aléas de l'existence.
    Qu'ils soient coings, potirons, grenades, poivrons, ananas ou tomates, la lumière qui en émane autorise chacun d'entre eux à s'offrir à nos yeux en tant que créature unique. Car le regard que nous leur accordons fait de ces « choses » plus que des modèles, ce sont des êtres à part entière auxquels nous ne pouvons rester indifférents.
    Le passage aux songes intimes nous est ouvert dès lors que le poète en devient le chantre. La vision qu'il en a, le vacarme de leurs echos, le bruissement de leur silence, vibrent de la réalité de ces créatures qu'il recueille dans l'étoffe des mots et métamorphose en offrandes.

    Sur commande
  • Selon André Breton : « Il n'y a que le merveilleux qui soit beau ». C'est tout le défi de la représentation du réel tel qu'il se pose au photographe ou au philosophe : le réel est voilé, et c'est au regard de retrouver le sens perdu des choses et de ré-enchanter le monde. À première vue figuratif, le travail de Michel Diaz subvertit le réel tangible pour se concentrer sur l'interaction entre les reflets et les contours. En partant de l'omnipotence de la lumière blanche qui fait et défait les formes, redéfinit leur densité et souligne la facticité des contenus, Michel Diaz explore la relation entre visible et invisible, source de tous les possibles, pour dresser une cartographie de lieux surréels où la dissolution des motifs et l'effondrement des représentations concourent à un rejet de la figuration.
    Dans cette promenade urbaine où l'ironie et la sensualité ne sont pas exclues, l'inachèvement des formes suggère une essence, qui toujours se dérobe.

  • E livre nous parle d'arbres abattus. Deux voix en dialogue : celle du photographe, Laurent Dubois, et celle du poète, Michel Diaz. Laurent Dubois a approché leurs restes: corps meurtris, déchirés, démembrés, morcelés, veines à vif. Il n'a usé d'aucun artifice, n'a pas sacrifié au goût de l'instantané et de la surprise. Sans mise en scène, il a fait, lentement, le portrait des arbres désolés.
    Dans les suaires de Laurent Dubois, Michel Diaz découvre non seulement le corps meurtri des arbres, mais tout ce dont ce corps est porteur: la terre où il s'ancre, l'eau qu'il aspire depuis les gouttes, flaques ou mares jusqu'aux mers et aux océans, et le ciel que vont habiter ses branches. On entre dans le bleu, dit-il, comme on confie sa voix au vent. Dans l'image de l'arbre livré au fer de l'abattage, dans les oeuvres de Laurent Dubois, il reconnaît cet espace où s'exorbite la pensée, vers l'infini du bleu où elle s'enfonce en nageant , un édifice mouvant bâti sur un abîme, (.) qui nous lave de l'effroi risible du silence, et où se joue l'énigme insondable de notre propre vie.
    Images et textes sont ici liés comme on le voit rarement, dans la lenteur, la précaution ou la suspension.
    Ils proposent une double méditation sur notre présence au monde: éphémère dans sa réalité physique, défiant ou méprisant le temps quand montent le bleu et le chant.

    Extraits de la préface de Raphaël Monticelli.

empty