• Les figures de Geeks ou No Life s'invitent quotidiennement dans différents médias, à l'école ou dans les échanges familiaux. Dorénavant premier loisir domestique, le jeu vidéo marque une rupture culturelle et générationnelle majeure, largement pratiqué dans de multiples endroits sur la planète. Dans ce kaléidoscope ludique, les jeux en ligne massivement multijoueurs font figure de symboles de cette vie en ligne émergente. Ils fascinent autant qu'ils inquiètent. Désocialisation, enfermement, addiction, sont quelques-unes des nombreuses critiques adressées à ces univers digitaux. Mais c'est leur méconnaissance qui est souvent la source de ces inquiétudes et fondent ces représentations angoissantes.

    À contrario de ces imaginaires dominants, une immersion approfondie dans l'univers des gamers fait apparaître une plus grande complexité, voire une large part de lumière psychosociale au coeur des ombres vidéoludiques. A partir d'une ethnographie de plusieurs années au sein d'une communauté de joueurs de World of Warcraft, ce livre entend déconstruire les préjugés en donnant accès à la complexité et à la diversité des profils de joueurs individuels ou de collectifs de praticiens, les guildes, et de leurs contextes de jeu et de vie. Ce faisant, il réinterroge en profondeur à partir de ce terrain numérique des théories classiques en anthropologie.

  • En quatre décennies, les jeux vidéo sont devenus une des premières industries culturelles mondiales. La révolution numérique et la connexion des jeux a accéléré leur diffusion et leur impact culturel. Ces jeux sont devenus de véritable mondes virtuels, habités par des avatars et mus par des joueurs intensifs. Cette dynamique d'intégration croissante et forte du numérique au coeur du social interroge nos humanités en devenir. On assiste selon certains a` la montée en puissance de véritables accros de masse aux nouvelles technologies voire aux mondes virtuels. Que ce soit cette dépendance aux GSM qu'on a toujours a` proximité? de nous, ou les heures passées à jouer en ligne. Alors que signifie cette pratique intensive ou excessive du digital en ce compris des jeux vidéo ? Est-ce une mutation d'une humanité connectée et réticulaire ? Est-ce un nouvel opium de peuple qui permet de vivre dans monde injuste et atone ? Ce livre tente de donner des réponses à ces questions en analysant l'émergence des pratiques numériques et celle des imaginaires sous-jacents.

  • Pierre Bourdieu est plus connu pour son oeuvre sociologique que pour ses prises de position épistémologiques. Si on lui accorde volontiers une certaine habileté théorique, on ne lui reconnaît aucune compétence particulière en matière d'épistémologie des sciences sociales. Prenant le contre-pied de ces critiques, l'auteur montre la cohérence épistémologique du travail du sociologue.

    Sur commande
  • Le catholicisme connaît une mutation de grande ampleur. Pourtant, ses transformations récentes telles qu'elles se manifestent sur le terrain, dans les paroisses et dans de nouveaux regroupements, ainsi que dans la cité font l'objet de rares études alors qu'une approche ethnographique paraît particulièrement pertinente pour répondre aux questions qu'elles posent. Comment le catholicisme est-il « travaillé » non seulement par le clergé et l'institution mais aussi et surtout par les croyants eux-mêmes ? Comment se manifestent les dynamiques globales de transnationalisation religieuse, d'individualisation des comportements et de mobilité des appartenances ? Quelles sont les pratiques de ceux qui se définissent comme catholiques aujourd'hui ?

    Cet ouvrage prend comme terrains d'étude la France, le Québec et la Belgique, trois pays francophones d'histoire imprégnée du catholicisme, mais dans un contexte de sécularisation avancée.

    Veillant à expliciter sa démarche, Ethnographies du catholicisme apporte également des éléments de réflexion méthodologique permettant d'appréhender ce qui se passe au plus près du religieux en train de se faire. Évitant les analyses « par la haut », il est proposé les résultats d'études inédites menées sur des sujets aussi variés que : les JMJ, la pop-louange, les pèlerinages, les ermites, la conversion, les parcours missionnaires, la paroisse, etc.

    Au final, ce panel d'observations apporte de précieux éléments d'analyse et de compréhension du catholicisme contemporain qui sauront captiver tout lecteur, qu'il soit spécialiste, étudiant ou juste curieux.

  • Peuples et cultures se sont toujours rencontrés, plus ou moins bien.
    De cette rencontres réfléchie, aux XIXe et XXe siècles, naissent deux disciplines : la missiologie chrétienne et l'anthropologie culturelle. Pour des raisons différentes, missionnaires et anthropologues veulent comprendre les cultures des autres et apparaissent comme ayant un grand nombre de buts et de méthodes communs - connivence - mais sans toujours s'en rendre compte ou vouloir le reconnaître - rivalité.
    La richesse de l'ouvrage ici présenté - fruit d'un colloque du CREDIC et de l'AFOM à Doorn aux Pays-Bas - vient de ce que la problématique générale est illustrée par une longue série d'exemples historiques traités par des représentants (25 auteurs) de tous les champs scientifiques concernés : anthropologues, missiologues, philosophes, historiens. Quelques grandes figures de missionnaires-anthropologues sont présentées, chacune dans son lieu.
    Nous allons de la Mongolie et du Tibet des lazaristes Gabet et Hue à l'Océanie du pasteur Maurice Leenhardt ; des jésuites en Chine au pallotin allemand Hermann Nekes au Cameroun ; du spiritain Alexandre Le Roy en Afrique orientale aux pasteurs néerlandais Kruyt et Adriani aux Célèbes ; des Beti du Sud-Cameroun aux Inuits du grand nord canadien ; des missionnaires MEP (Missions Étrangères de Paris) passionnés par les " croyances et pratiques des Vietnamiens " aux franciscains des premières missions en Californie...
    La dernière partie de l'ouvrage présente deux exemples contemporains d'application de l'anthropologie permettant de comprendre des phénomènes auxquels est confronté aujourd'hui le missionnaire, ainsi qu'un hommage au pasteur Ype Schaaf, missiologue, artisan du colloque de Doorn au cours duquel il est décédé.

  • Au XIXème siècle, l'Extrême-Orient n'occupe qu'une place très limitée dans les projets d'expansion auxquels songe la Belgique en la personne de ses rois. Mais l'ouverture de la Chine, du Japon, puis de la Corée, ainsi que le jeu des puissances autour de la Mer de Chine, et l'attrait - déjà - de marchés exceptionnellement prometteurs, pousssent un certain nombre de Belges à s'y intéresser.

    Sur commande
  • La tyrannie du risque zéro Nouv.

    A partir de l'évènement de la pandémie Covid-19, les auteurs reviennent, dans cet ouvrage, sur cette question du risque dans les sociétés humaines. Après un panorama général de la manière dont les différentes cultures appréhendent et apprivoisent les risques, le livre se concentre sur les rapports complexes entre risques et Occident. A travers la logique de maitrise, sous-jacente notamment au projet techno-scientifique, mais aussi au principe de précaution de ces dernières décennies, s'y est développée progressivement un rapport problématique aux risques. C'est sous le qualificatif de « tyrannie du risques zéro » que les deux chercheurs qualifient cette hypertrophie de la prudence. L'épidémie de 2020-21 s'avère révélatrice de cette mutation dans des sociétés européenne en crise. Elle interroge aussi à ce titre notre capacité à maintenir des états de droit et des démocraties dans un monde où les catastrophes environnementales, liées notamment aux changements climatiques, vont se multiplier. C'est en définitive de l'avenir de notre modèle sociétal dont il est question dans ce livre.

  • Que se passe-t-il lorsque des missionnaires - forcément membres d'une culture, celle de l'Europe chrétienne en l'occurrence - rencontrent des peuples non européens ? Toute une série de mutations, à commencer par la modification de ce que ces peuples pensaient être.
    La perception de leur identité personnelle et communautaire va être profondément affectée par le contact avec les évangélisateurs chrétiens. Cet ouvrage aborde de front cette problématique des multiples changements provoqués dans les identités autochtones suite à l'arrivée des missionnaires. Ces derniers se font une certaine idée, largement ethnocentrique, de ce que sont ceux qu'ils rencontrent et à qui ils entendent imposer une nouvelle façon d'être, une nouvelle identité.
    Du coup, cette rencontre entraîne pour les missionnés oubli et/ou déformation de pans entiers de leur culture, avec, pour conséquence, des blessures profondes ou des réactions violentes. Mais parfois aussi, les communautés autochtones détournent et récupèrent à leur façon ces identités nouvelles qu'on leur a imposées. Au cours de leur colloque annuel qui s'est tenu à Namur (Belgique) du 30 août au 2 septembre 2005, historiens, anthropologues et théologiens du CREDIC (Centre de recherches et d'échanges sur la diffusion et l'inculturation du christianisme) et de l'AFOM (Association francophone occuménique de missiologie) ont fait un large tour du monde pour examiner en profondeur les étapes de la transformation des identités des peuples missionnés : de la Chine aux Antilles françaises, des Ojibwa du Grand-Nord canadien au équatoriaux Dzing du Congo, des pensionnats cris au camdomblé brésilien, ils font apparaître bien des blessures identitaires (Brisures) mais également tous les détournements et les ruses mis en oeuvre par tous ces peuples pour se reconstruire à nouveau (Émergences).

    Sur commande
  • Des récits comme dialogue interculturel Une analyse originale des problèmes de la vie quotidienne dans un pays bilingue Le clivage qui, depuis l'aube de la Belgique, ne cesse de se creuser entre les deux grandes communautés linguistiques, a déjà fait l'objet de nombreuses études de nature politique, sociologique et historique. Aucune, jusqu'ici, n'avait cependant encore cherché à montrer comment le Bruxellois, le Flamand, le Wallon ou le Belge tout court perçoit et vit ce clivage. Dans cet ouvrage, les auteurs ne s'intéressent pas tant aux partisans ou adversaires d'un éventuel séparatisme, ni à la meilleure constellation politique possible pour notre pays. À travers l'écoute de témoignages personnels, ils tentent plutôt d'instaurer un dialogue culturel et de saisir le problème linguistique par une approche existentielle. Un pays | deux langues propose une analyse surprenante de récits personnels sur la quotidienneté dans un pays bilingue. Des histoires révélatrices qui mettent en lumière ce que les débats et les sondages occultent souvent consciemment ou inconsciemment.

empty