J'ai Lu

  • Qui a dit que Le Cid de Corneille était poussiéreux, que Le Père Goriot de Balzac était plombant, ou qu'En attendant Godot de Beckett était inintelligible ?
    Loin des chemins traditionnels, Les Boloss des Belles Lettres nous proposent des résumés des grandes oeuvres littéraires, de Proust à Shakespeare en passant par Céline et Nabokov, le tout dans un langage fleuri qui sent bon l'argot des « djeunes », un style décapant mélangeant argot et verlan.
    Parodie potache, exercice faussement léger, Les Boloss des Belles Lettres vont dépoussiérer le rayon littérature grâce à ce savoureux mélange de dextérité linguistique et d'humour percutant.

    Sur commande
  • La littérature est une terre de mirages, une femme séduite mais rétive telle une gazelle farouche qui se méfierait des lions voraces que nous sommes, nous, lecteurs.

    Quon la déchire entre nos crocs ou quon lassomme de nos lourdes pattes, elle reste souriante face à son troupeau, car au-delà de la dégradation physique demeure lamour de lart PTDR !!! tas cru on était là pour te baratiner avec notre vieille dégaine dintello mais non tas craqué nous on va tenvoyer la grosse purée littéraire TATATA des gros classiques en rafales sur ta ganache featuring Phèdre, la MILF indomptable, Emma Bovary, la zouz campagnarde pas dégueu, et Gatsby, le David Guetta de la East Coast !! on met la grosse tatane à Lagarde & Michard et BIM ! tout de go on simpose dans le tiéquar.

empty