• San Vito, cette bourgade miteuse perdue au milieu de la campagne padane, pourrait être un lieu paisible où l'on trompe son ennui en regardant pousser les mauvaises herbes, une bouteille de grappa à portée de main. En réalité, San Vito connaît une concentration assez remarquable de truands minables à la gâchette facile, Italiens d'un côté, Chinois de l'autre et Gitans en périphérie, qui se partagent le territoire et les trafics en tout genre, surveillés du coin de l'oeil par des flics véreux. La routine, en somme. Jusqu'au jour où des Gitans fraîchement débarqués ont la mauvaise idée de cambrioler la demeure d'Ettore Bisato et, surtout, de lui voler ce qu'il y a de plus précieux à ses yeux : sa statue de saint Antoine. Or, quand on commet l'erreur de s'en prendre aux biens de quelqu'un que l'on surnomme la Bête, les choses risquent de mal, vraiment très mal finir.

  • Ouvre les yeux

    Matteo Righetto

    Parfois, un couple déraille, quitte sa route, sans raison. Chacun rassemble alors ses affaires et part de son côté. C'est arrivé à Francesca et Luigi, milanais passionnés des grands espaces. Leur fils Giulio, délaissé, regrette le temps où ils formaient un foyer uni. Sept ans après, les anciens amants se retrouvent pour faire l'ascension du Mont Latemar. Ils doivent y honorer une promesse... Coûte que coûte.

  • Lorsque Ivo, Toni et Tito, trois bras cassés issus du fin fond de la campagne padano-vénitienne, élaborent le plan parfait pour enlever la femme d'un riche industriel qu'ils ne relâcheront qu'en échange d'une forte rançon, on peut déjà avoir quelques doutes quant au résultat. Mais si l'on ajoute à cela des témoins de Jéhovah qui ne soupçonnent pas encore quel sort leur est réservé, un ragondin blanc qui déchaîne les passions, des tueurs à gage peu habitués à faire dans la dentelle et des marécages infestés de moustiques et de punaises, on comprend pourquoi, dans cette histoire qui va à cent à l'heure, le plan initial ne pouvait pas se dérouler sans de sérieux accrocs.

    Sur commande
empty