Robert Laffont


  • Que se passe-t-il derrière la porte de nos voisins ?
    Qui sont vraiment ces gens que l'on croise tous les jours dans sa cage d'escalier ?
    Et de quoi sont-ils capables quand on leur déclare la guerre ?

    Paris. 5, impasse de l'Amiral-du-Cheigny-du-Coët, dans le quinzième "chic". Ici, tout respire l'aisance et la tranquillité. Jusqu'à ce que l'immeuble soit racheté par un nouveau propriétaire. Bras armé d'une puissante société immobilière, un homme se présente alors aux locataires. Après quelques jours, ce personnage menaçant à la carrure de déménageur et à la rhétorique persuasive en sait assez long sur chacun pour le mettre à la rue. Pervers et violent, l'individu se félicite presque d'avoir affaire à un ramassis de tordus faciles à déloger. Il est loin d'imaginer à quelle meurtrière extrémité le mènera cette aventure...
    Irrésistible galerie de portraits, satire au vitriol d'un certain milieu confit dans la suffisance, gangrené par l'argent et obsédé par le sexe, Les Locataires est avant tout un thriller à rebondissements.

  • "- A notre association, monsieur Jackson !
    - Au cash, Monroe ! Au cash ! N'oubliez jamais ça ! Un homme ne vaut que par le cash qu'il peut aligner là, tout de suite ! Casino, mon vieux. Passe, impair et manque...
    Jackson sécha son verre cul sec. Monroe pensa aux cinquante millions de dollars qu'il venait de soulever à ce pigeon. Cinquante millions de dollars pour un fichier d'assurances qui n'existait pas, il pouvait la mettre en veilleuse quelques instants. Il se força à sourire, eut une pensée pour son père, qui se la coulait douce quelque part sur la Côte d'Azur ; pour son grand-père, qui avait démarré la fortune familiale en Louisiane au lendemain du krach de Wall Street avant que lui, James Arthur Monroe, n'entreprenne de la dilapider un demi-siècle plus tard ; pour ses aïeux, enfin, qui s'étaient fait tailler en pièces sans protester lors de la fameuse charge de cavalerie de Mansfield tandis que les survivants rentraient ruinés dans leur plantation dévastée de Blonvilliers. Puis il se resservit une coupe de champagne."
    Quand une fantastique arnaque se transforme en fantastique cauchemar... Des quartiers noirs de La Nouvelle Orléans, où se trament des cérémonies vaudou, au fin fond du bayou, une envoûtante balade au coeur du vieux Sud. Un suspense brûlant comme un verre de bourbon avalé cul sec.


  • Un détail négligeable, un fait imprévisible,une vérité fuyante... C'est comme un jeu : derrière les apparences. la réalité finit par s'imposer avec une violence insoupçonnée.

    Un taulard, écrivain raté. supprime un à un les éditeurs de Saint-Germain-des-Prés qui ont refusé de publier ses oeuvres. Jusqu'à ce que l'un d'eux cède. Mais à quel prix ? À Marseille, deux malfrats de seconde zone s'apprêtent à braquer un riche vieillard quand celui-ci rentre chez lui accompagné d'une jeune aveugle. Cherchez l'erreur... Le Serbe, ex-criminel de guerre devenu baron de la drogue sur le trottoir parisien, lance un de ses hommes de main sur la trace d'un dealer qui a cherché à le doubler. Mais ce dernier se suicide après avoir étranglé une femme. À quel jeu jouait-il ? Le responsable d'une société d'intérim de Normandie purge une peine de prison sur un lit d'hôpital. Quel crime monstrueux a-t-il commis ? À la station de métro Sèvres-Lecourbe, un jeune professeur de lettres se laisse fasciner par une clocharde qui lui extorque une poignée d'euros pour des poèmes qu'elle dit avoir oubliés chez elle. De l'arnaque considérée comme un des beaux-arts...
    Suspense, humour au vitriol, violence brute ou tendresse un peu désespérée... Dans chacune de ces neuf nouvelles, on retrouve le rythme enlevé, les rebondissements et les dénouements inattendus qui sont la marque de Thierry Gandillot.

empty