Abdellah taïa

  • La vie lente

    Abdellah Taïa

    Dans la France d'après les attentats de 2015, Mounir, Parisien homosexuel d'origine marocaine, vit dans une situation précaire. Il vient d'emménager rue de Turenne. Madame Marty, une vieille dame de 80 ans, survit difficilement au-dessus de chez lui dans un minuscule studio.

    L'amitié entre ces deux exclus s'intensifie jusqu'au jour où elle vire au cauchemar. Excédée, madame Marty appelle la police pour arrêter Mounir.

  • Ahmed a 40 ans, du vide dans son existence et des regrets dans le coeur. Marocain vivant à Paris, perdu entre deux pays, il est sans repère fixe ni amour sûr. Il écrit. À sa mère, morte cinq ans auparavant, pour régler ses comptes, crier sa colère et son homosexualité. À Emmanuel, l'homme qu'il a aimé pour le meilleur et pour le pire. Ahmed écrit pour comprendre, se libérer. Guérir ou s'arrêter ici...

  • Le jour du roi

    Abdellah Taïa

    - Au Maroc, deux adolescents, l'un riche, l'autre pauvre, sont unis par une amitié profonde. Ils la croient indestructible jusqu'au jour où l'on annonce la venue du roi Hassan II, leur idole, dans la ville de Salé. Quand Khalid, fils privilégié, est choisi pour embrasser la main du roi, Omar ne supporte pas cette énième preuve de mépris et jure de venger son honneur. La guerre des clans se terminera dans un bain de sang.

    - Abdellah Taïa est né à Salé (Maroc) en 1973. Il vit à Paris où il prépare un doctorat en lettres. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages, notamment L'Armée du salut et Une mélancolie arabe, disponibles en Points.

  • L'armée du salut

    Abdellah Taïa

    Dans une petite maison près de Rabat, Abdellah vit avec ses parents et ses huit frères et soeurs. Adolescent, il découvre la sensualité avec son frère aîné. Quand celui-ci tombe amoureux d'une femme, il se sent abandonné. Parti pour la Suisse, ce n'est pas la liberté tant espérée qu'il découvre, mais l'exclusion et les déceptions amoureuses...

  • Un pays pour mourir

    Abdellah Taïa

    Paris, été 2010. Zahira, une prostituée marocaine en fin de carrière, est une femme généreuse malgré les humiliations et la misère. Son ami Aziz, sur le point de changer de sexe, est dans le doute. Motjaba, un révolutionnaire iranien homosexuel qui a fui son pays, loge chez elle durant le mois du ramadan. Jusqu'au jour où Allal, son premier amour venu à Paris pour la retrouver, frappe à sa porte.

  • - A Salé, au Maroc, un enfant court, tombe et se relève. Il rêve de cinéma, d'écriture, d'une vie qui le transporte loin de son quartier miséreux, de la violence, de ceux qui le considèrent comme le garçon efféminé. Au fil de ses souvenirs, de Salé à Marrakech, de Paris au Caire, Abdellah Taïa raconte ses chutes et ses renaissances : le viol évité, les hommes aperçus, les amants aimés. Des bribes du passé qui permettent à un " je " en pleine bataille identitaire de raconter sa culture arabe, celle qui, comme lui, tombe et renaît.

    - Abdellah Taïa est né au Maroc en 1973. Il vit aujourd'hui à Paris. Il est l'auteur de Mon Maroc (Séguier), Le Rouge du tarbouche (Séguier) et de Maroc, 1900-1960. Un certain regard, co-écrit avec Frédéric Mitterrand. Son roman L'Armée du salut est disponible chez Points.

  • Infidèles

    Abdellah Taïa

    Slima est une prostituée marocaine. Son fils Jallal est très attaché à elle. Il l'aide à attraper les hommes, les clients, les soldats d'une base militaire. Il parle et se bat à sa place. Ensemble, ils découvrent à la télévision Marilyn Monroe, en tombent amoureux et en font leur déesse protectrice. Des années 80 à aujourd'hui, nous suivons leurs deux destins en parallèle, de la ville de Salé jusqu'au Caire, de Bruxelles à Casablanca. Purs et impurs, cette mère et son fils réinventent continuellement le sens profond de leur vie mouvementée et de leur attachement pour le Maroc, fait d'amour et de haine. Etape après étape, ils redécouvrent leur religion, l'islam, et la vivent d'une manière inédite. Ils iront jusqu'au bout de cette voie. La tombe du prophète Mohammed à Médine pour elle. L'explosion sublime pour lui.

  • À Paris, Abdellah, jeune étudiant marocain de Salé, poursuit ses études de lettres. Après l'éblouissement du début, cette ville des lumières qui longtemps l'a fasciné lui offre un nouveau visage, celui de sa dure réalité quotidienne. Survivre, trouver sa place sans renier ses racines, assumer son homosexualité, garder le goût de vivre et devenir adulte, tel est le difficile enjeu pour ce jeune homme qui découvre toutes les facettes du pays de ses rêves, la France.

  • Ce livre, construit autour d'Abdellah Taïa, lui donne la parole et parle de lui. Au fil d'un long dialogue, notamment avec Hassan Jarfi, père d'un garçon de 32 ans assassiné parce que gay, il y parle du Maroc, de la pauvreté, de l'homosexualité, la sienne et celle des autres qu'il veut rendre possibles. Il évoque aussi ses combats contre toutes les assignations sociales, en sorte que chacun soit libre d'aimer. Puis, la parole est donnée à des spécialistes en littérature contemporaine et en études de genre qui montrent comment cet écrivain de l'intime porte à l'écriture, pour les dénoncer, nos rapports de domination et nos jeux de pouvoirs. Il y a urgence, dans nos sociétés coloniales, postcoloniales ou encore marquées par l'orientalisme, à lire Abdellah Taïa. Il change nos regards et les porte dans le coeur des oubliés de l'Histoire, mais il rappelle aussi qu'écrire est un acte de libération de soi et des autres.

    Sur commande
  • Sur commande
  • Sur commande
  • Sur commande
  • «?Maintenant que j'ai la possibilité de parler, je ne vais pas m'arrêter.?» «?Pour l'auteur, il n'y a pas de salut dans l'écriture. Pas de thérapie possible. C'est même le contraire qui se passe et recommence à chaque instant?: les livres volent des morceaux de votre vie, de vos émotions, de votre mémoire, de vos tragédies et ils vous abandonnent.?» «?Écrire c'est ne pas se soumettre. Je ne me soumets pas aux riches et aux puissants du Maroc, et depuis que je vis en France, il est hors de question pour moi de donner aux Français et autres Occidentaux ce qu'ils attendant d'un Musulman gay. Je ne deviendrai jamais la victime qu'ils veulent que je sois.?» «Now that I have the possibility to speak, I am not going to stop.» «For the author, there is no salvation in writing. No possible therapy. It is even the opposite that occurs and reoccurs at every instant: books steal bits of your life, of your emotions, of your memory, of your tragedies and abandon you.» «To write is to not submit. I do not submit to the wealthy and powerful in Morocco, and since I've been living in France, it's out of the question that I would give the French and other Westerners what they expect from a gay Muslim. I'll never become the victim they want me to be.»

    Sur commande
  • C'est Abdellah Taïa qui a dirigé l'ouvrage et qui a rédigé l'introduction. Il a rassemblé dix-huit écrivains, intellectuels, artistes et étudiants marocains. Certains sont bien connus en France : Tahar Ben Jelloun, Abdelhak Serhane, Rachid O. D'autres ont été traduits du hollandais, du catalan et de l'arabe.
    Le Maroc bouge. Le Maroc attend. Le Maroc recule. Ses jeunes sont toujours ignorés, écartés. Qui leur parle directement ? Qui les comprend ? Qui les inspire ? Qui les aide à s'affirmer, à être eux-mêmes et libres ? À ne plus se sentir abandonnés, isolés ? À prendre leur vie en main ?

    Dans ce livre, dix-huit écrivains et artistes marocains (vivant au Maroc ou ailleurs) envoient à ces jeunes des lettres qui viennent du coeur. Des lettres pour établir un lien inédit avec eux. Les considérer, les encourager, les critiquer. Les réveiller. Les élever. Ensemble remettre en question le système et rejeter les trop nombreux conservatismes qui empêchent ce pays d'entrer enfin dans une véritable modernité.

    Un livre, intime et politique, pour engager l'histoire autrement.

    À paraître
  • Explorant les origines littéraires des Révolutions arabes sous la triple perspective critique, politique et autobiographique, cet essai éclaire d'un jour original les romans nord-africains des années 2000, en identifiant notamment, dans cette littérature pré-révolutionnaire, l'émergence d'un romanesque de la subversion. Le livre aborde les diverses questions de l'islamisme, du militarisme, de la corruption, de l'oppression des femmes, de l'ostracisme des homosexuels et de l'héritage francophone.

    Sur commande
  • Ce livre est le premier essai critique consacré à l'écrivain marocain Abdellah Taïa. Il analyse l'ensemble de ses écrits dans un ordre chronologique, depuis les premières nouvelles publiées en 1999 jusqu'au dernier roman en date, La Vie lente, paru en 2019, dans une démarche associant texte, paratexte et biographie de l'auteur. Par ailleurs, il prend en compte l'écriture photographique et filmique de l'auteur, analysant ses commentaires d'images, son court-métrage réalisé sur la tombe de Jean Genet et son long-métrage, intitulé L'Armée du salut. Cet essai se penche également sur l'engagement d'Abdellah Taïa, auteur de nombreux articles politiques publiés dans la presse et d'interventions dans les médias sociaux.
    Enrichi d'un long entretien avec l'auteur à propos de la création littéraire et la genèse de son oeuvre, cet ouvrage propose aux lecteurs trois courts récits inédits d'Abdellah Taïa. Complété par une bibliographie exhaustive, il constitue un outil indispensable pour mesurer la portée d'une oeuvre très largement reconnue, traversée par le deuil, la mélancolie et le cri.

    Sur commande
  • Mon maroc

    Abdellah Taïa

    • Seguier
    • 10 Novembre 2000

    Comme l'auteur, le héros de ce livre s'appelle abdellah.
    Abdellah dit " je ". il nous propose de le suivre dans son maroc intime, entre rabat et salé, ses deux villes, qui se regardent et que sépare le fleuve bou regreg. il nous raconte la première année de sa vie passée dans une bibliothèque, puis sa circoncision qui coïncide avec la découverte de son égoïsme. plus loin, ce sont des scènes familiales autour de la radio japonaise, ou encore le mystère de la poubelle des américains.
    Le temps passe. abdellah est à l'université, et il est toujours aussi croyant. il croit aux saints et aux signes. il aime m'barka, sa mère, la bien nommée. il aime la vie, les livres. les livres le conduiront jusqu'en europe, oú il redécouvrira l'essentiel : il est marocain.

empty