• Une terre promise

    Barack Obama

    • Fayard
    • 17 Novembre 2020

    Un récit fascinant et profondément intime de l'histoire en marche, par le président qui nous a insufflé la foi dans le pouvoir de la démocratie.

    Dans le premier volume passionnant et très attendu de ses mémoires présidentiels, Barack Obama raconte l'histoire de son improbable odyssée, de jeune homme en quête d'identité à dirigeant du monde libre, retraçant de manière singulièrement détaillée et personnelle son éducation politique et les moments emblématiques du premier mandat de sa présidence historique - une période de transformations et de bouleversements profonds.

    Barack Obama entraîne le lecteur dans un voyage fascinant, depuis ses toutes premières aspirations politiques à sa victoire cruciale aux primaires de l'Iowa, qui démontra le pouvoir de l'engagement citoyen, jusqu'à la soirée décisive du 4 novembre 2008, lorsqu'il fut élu 44e président des États-Unis, devenant ainsi le premier Afro-Américain à accéder à la fonction suprême.

    En se retournant sur l'histoire de sa présidence, Barack Obama propose une exploration unique et pénétrante de l'amplitude phénoménale mais aussi des limites du pouvoir présidentiel, ainsi qu'un témoignage singulier sur les ressorts de la politique intérieure et de la diplomatie internationale. Il fait entrer le lecteur dans le Bureau ovale et la salle de crise de la Maison-Blanche, et l'emmène partout dans le monde, de Moscou à Pékin en passant par Le Caire. Il nous confie les réflexions qui l'ont occupé à certains moments cruciaux - constituer son gouvernement, faire face à une crise financière mondiale, prendre la mesure de Vladimir Poutine, franchir des obstacles en apparence insurmontables pour faire aboutir la réforme sur le système de santé, se retrouver en profond désaccord avec certains généraux sur la stratégie des États-Unis en Afghanistan, s'atteler à la réforme du marché financier, réagir face au désastre provoqué par l'explosion de la plate-forme pétrolière Deepwater Horizon, et enfin donner le feu vert à l'opération Neptune's Spear qui conduit à la mort d'Oussama Ben Laden.

    Une terre promise est un récit extraordinairement intime et introspectif - l'histoire du pari qu'un homme a lancé à l'Histoire, d'un militant du travail associatif dont la foi a été mise à l'épreuve sur la scène internationale. Barack Obama parle sans détours de ce véritable numéro d'acrobatie qui a consisté pour lui à être le premier candidat afro-américain à la présidence, à porter les attentes de toute une génération galvanisée par le message de « l'espoir et du changement » et à relever les défis que posent à la conscience morale les grandes décisions. Il évoque en toute franchise les forces d'opposition qui se sont dressées contre lui, sur le front domestique comme à l'étranger, la façon dont sa nouvelle vie à la Maison-Blanche a pu affecter sa femme et ses filles, et parle sans fard des moments où il s'est retrouvé en proie au doute et à la déception - sans jamais renoncer pour autant à croire que dans cette formidable aventure en marche qu'est l'Amérique, le progrès est toujours possible.

    Ce livre puissant et magnifiquement écrit est l'expression de la conviction profonde de Barack Obama : la démocratie n'est pas un don du ciel mais un édifice, fondé sur l'empathie et la compréhension mutuelle, que nous bâtissons ensemble, jour après jour.

    2 Autres éditions :

  • À compter du 16 mai 2007, j'étais seul. Bien sûr, il y avait le peuple français, mais sa force collective ne s'exprime pas dans le quotidien des décisions à prendre, ou des nominations à effectuer. J'avais une équipe, des conseillers, des amis, des visiteurs du soir, mais j'étais seul à prendre et à assumer la décision finale. C'est le premier sentiment qui m'a envahi après avoir raccompagné Jacques Chirac à sa voiture et être remonté dans le bureau présidentiel qui était devenu le mien pour les cinq années à venir. Je l'avais voulu, espéré, rêvé. Maintenant j'y étais. Comment ne pas décevoir tous les Français qui venaient de me faire confiance ? Qu'est ce qui m'attendait ? J'ai fermé les yeux. Tout d'un coup, la gravité et, surtout, la solitude propre à la fonction me tombaient sur les épaules. C'était plus brutal que je ne l'avais imaginé. Soudain, mon passé avait disparu comme s'il n'avait jamais existé, seuls comptaient désormais le présent et l'avenir. C'était vertigineux, tellement fort que cela ne provoquait bizarrement aucune excitation intérieure. J'étais tout à la fois calme et parfaitement conscient d'être au bord d'un précipice.

  • "Nous étions Q, dans James Bond. Et tellement plus." Jonna. CIA, Washington ;

    "Ils m'ont demandé de devenir quelqu'un d'autre, une Allemande du nom d'Ima Ackerman." Ludmila. KGB, Moscou ;

    "S'ils avaient découvert notre chargement, nous n'aurions pas eu d'autre choix que de les tuer." Yola. Mossa, Tel Aviv ;

    "Au début, j'ai espionné par amour. Mais après, par idéologie" Gabriele. Stasi, Munich ;

    1 autre édition :

  • « Nous étions Q, dans James Bond. Et tellement plus... »Elles s'appellent Gabriele, Yola, Geneviève ou encore Ludmila. Huit femmes de l'ombre dont l'Histoire n'a pas retenu le nom, mais que Chloé Aeberhardt s'est employée à retrouver pendant cinq ans. De Paris à Washington en passant par Moscou et Tel-Aviv, cette enquête nous entraîne sur les pas des espionnes ayant oeuvré pour les principaux services de renseignements durant la guerre froide.Pénétration des cercles du pouvoir occidental par les agents soviétiques, traque d'anciens nazis en Amérique du Sud, exfiltration des Juifs falachas d'Éthiopie dans les années 1980 : ces professionnelles de la CIA, du KGB, du MI5, de la DST ou du Mossad racontent ici le rôle décisif qu'elles ont joué dans le conflit Est-Ouest.
    Entre mensonges et missions impossibles, loin du mythe de Mata Hari, la réalité dévoilée au fil de ces rencontres n'en finit pas de dépasser la fiction !

  • La biographie complète du nouveau président des États-Unis.
    Le matin de l'élection, Joe Biden inscrit sur le mur de sa maison natale à Scranton, en Pennsylvanie : « De cette demeure jusqu'à la Maison Blanche, par la grâce de Dieu, 3 novembre 2020 », avant de signer. Cinq jours plus tard, tout juste déclaré vainqueur, son premier acte public est d'aller se recueillir sur la tombe de son fils Beau, décédé d'un cancer.
    Le 46e président des États-Unis n'oublie ni ses racines ni les épreuves qui ont émaillé sa vie et trempé son caractère. C'est son État de Pennsylvanie, son État d'origine, qui lui a donné la victoire - sur le fil. Enfant, il jouait des poings dans les rues de Scranton ; son caractère offensif lui a permis de résister à un Donald Trump déchaîné. Ayant rappelé cent fois les souffrances de sa vie, les Américains ont compris qu'il saurait les aider à traverser la pandémie.
    Cette biographie retrace tout l'itinéraire de Biden. Elle évoque les dernières semaines de campagne. Le contraste entre la stratégie discrète d'un Biden et les meetings tonitruants de Trump. La folle nuit de l'élection, qui durera quatre jours. Elle liste aussi les défis qui attendent le président élu, avec un pays plus divisé que jamais face aux crises sanitaire et économique.
    Sera-t-il à la hauteur ? À 77 ans, aura-t-il l'énergie pour sortir son pays de ce mauvais pas ? L'Amérique peut en tout cas compter sur son courage, son habileté et sa compassion : autant de qualités acquises sur le long chemin qui l'a mené de Scranton à la Maison Blanche.

  • Nasser - archives secretes

    Nasser Hoda

    En vidant la maison familiale de Manchiyat el-Bakri, au Caire, Hoda Nasser a retrouvé les archives de son père, auxquelles personne n'avait touché depuis sa mort brutale, le 28 septembre 1970. Entremêlant ses souvenirs à ces documents, elle raconte l'étonnant destin de l'enfant des bas quartiers d' Alexandrie qui devint, en 1956, le président d'une Égypte libérée après soixante-dix ans de domination britannique. Chemin faisant, Hoda Nasser plonge le lecteur dans les coulisses de la grande Histoire vues par l'un des leaders majeurs du tiers-monde et du non-alignement, porteur d'un projet de libération des peuples qui rencontrait alors un immense écho à travers la planète.
    Les notes, les brouillons et les carnets de Nasser sont comme les instantanés d'une vie politique. Sous sa plume, on côtoie les personnalités de l'époque, notamment américaines et soviétiques ; on entrevoit les intrigues qui se jouent, comme les arcanes de la question yéménite, dans laquelle l'Arabie saoudite était déjà impliquée, ou la précarité du Koweït, que l'Irak tentait d'absorber dès cette époque. On perçoit, en outre, les espoirs de Nasser pour les Palestiniens, mais ses inquiétudes à leur sujet sont à la mesure du traumatisme qu'a constitué pour lui l'agression franco-angloisraélienne de 1956. Enfin, en annexe, on découvrira son Journal de guerre en Palestine, en 1948. Inédit, ce texte sans caractère officiel se révèle d'autant plus précieux que Nasser s'y exprime librement.

  • Le portrait intime du fils chéri de l'Amérique.De John Fitzgerald Kennedy Junior, on connaît surtout une image célèbre : celle d'un petit garçon saluant militairement le cercueil de son père en novembre 1963, aux funérailles du plus populaire des présidents des États-Unis. Dès lors, il lui sera interdit d'imaginer avoir une existence normale.Les Américains ont chéri l'enfant, l'adolescent, l'homme - son style, sa décontraction, son charme. Comme un membre de leur famille, ils l'ont regardé grandir, élevé comme un fils ou aimé comme un frère. Ils ont rêvé de le voir un jour occuper le Bureau ovale. Héritier d'une légende, « l'homme le plus sexy de la planète » selon le magazine People se devait aux yeux du monde d'accomplir un destin à la mesure de JFK. Quand John trouva la mort, l'émotion fut immense. Les États-Unis perdaient leur prince. Olivier Royant, un ami.
    La disparition de cette icône des années 1990 a sonné le glas d'un certain « rêve américain ». Dans ce portrait intime, l'auteur revient sur le mythe Kennedy au seind'une époque aussi éblouissante que romanesque, et irrévocablement perdue.

    1 autre édition :

  • Le rebelle de BuckinghamRebelle, fêtard et attachant, connu pour ses frasques médiatiques et ses girlfriends glamours, le fils cadet de Diana est aujourd'hui le membre le plus populaire de la famille royale anglaise.Protégé des médias pendant ses études, l'enfant terrible captive l'attention de la presse dès la fin de sa scolarité. De l'affaire de l'uniforme nazi aux soirées scandaleuses de Las Vegas, en passant par l'abandon de ses fonctions royales, Harry s'est forgé une réputation de prince rebelle, sans jamais perdre le soutien d'un peuple qui voit en lui l'enfant meurtri par la mort de sa mère.Duncan Larcombe, spécialiste de la maison Windsor, dresse un portrait authentique du jeune homme qu'il a appris à connaître au fil de ses reportages pour le Sun. Un prince curieux et avide d'expériences, bien décidé à reprendre le contrôle d'un destin tracé d'avance.

  • E´lu le 8 novembre 1960, le 35e pre´sident des E´tats-Unis n'aura exerce´ ses fonctions que pendant mille jours. Mais la le´gende de John F. Kennedy continue de hanter les me´moires. C'est que, sur l'homme, sa politique, sa vie intime, sa tragique disparition, les myste`res perdurent.

    Myste´rieux, son assassinat a` Dallas, le 22 novembre 1963, dont on a longtemps tente´ de re´soudre l'e´nigme. Surprenante, cette carrie`re politique dont la re´ussite repose sur le charme et l'intelligence, le gou^t de la publicite´ et le souci de l'image, un « libe´ralisme » prudent et ta^tonnant. Complexe, cette personnalite´ qui re´siste aux analyses simplistes. Reste la fascination pour un pre´sident charismatique, pour une famille qui a forme´ un clan, connu bien des vicissitudes, suscite´ l'inlassable curiosite´ des me´dias et de l'opinion publique.

    Kennedy a-t-il invente´ le leadership moderne ? A-t-il bouleverse´ la socie´te´ et la politique e´trange`re de son pays ? Questions auxquelles Andre´ Kaspi apporte des re´ponses pre´cises, nuance´es, e´taye´es. Tout en reconnaissant que l'Histoire se heurte parfois au mythe et que celui-ci fait partie de l'Histoire.

  • A` chacune de ses prises de parole, elle de´fie les puissants. Elle irrite Donald Trump autant qu'elle enthousiasme Barack Obama et ses interventions affolent les journalistes du monde entier. Mieux que les politiques, mieux que les scientifiques, Greta Thunberg a impose´ le de´fi climatique comme enjeu majeur de notre sie`cle. Mais comment cette Sue´doise autiste et solitaire est-elle devenue un phe´nome`ne, l'incarnation d'une prise de conscience universelle face a` la catastrophe e´cologique qu'elle annonce ? De quelle fac¸on a-t-elle popularise´ son discours lapidaire, en de´pit de son jeune a^ge et de son allure enfantine ? Certains la disent instrumentalise´e, marionnette du capitalisme vert ou de parents assoiffe´s de notorie´te´. D'autres l'e´rigent en ico^ne sacrificielle, pre^te a` s'oublier pour sauver la plane`te. La re´alite´ est sans doute a` chercher dans l'histoire de l'adolescente, dans son enfance torture´e, au sein d'une famille engage´e et tre`s me´diatise´e. Pour raconter cet e´tonnant parcours, Mae¨lle Brun a recueilli le te´moignage de ses proches, a` Stockholm notamment. Cette enque^te, premie`re biographie de Greta, re´ve`le comment a surgi son cri de cole`re, devenu cri de ralliement de millions de militants.

  • Elle intrigue, elle fascine, elle inquiète... Même retirée de la vie électorale, Marion Maréchal reste un personnage politique à part entière. Ses supporteurs et ses détracteurs lui prêtent toutes sortes d'intentions et d'ambitions. Pour distinguer la vérité du fantasme, il faut retracer son parcours et explorer son entourage. Du domaine de Montretout où elle a grandi aux locaux lyonnais de son école de sciences politiques, en passant par ses campagnes sur les routes provençales et ses soirées dans les petits cercles conservateurs parisiens, cette enquête minutieuse suit à la trace la vedette de la troisième génération Le Pen. Un récit vivant et enlevé, nourri par une cinquantaine d'entretiens, dont le témoignage de Marion Maréchal elle-même. Une biographie non autorisée qui permet de démêler le vrai du faux, au-delà de la petite musique médiatique.

  • In this revelatory, authoritative portrait of Donald J. Trump and the toxic family that made him, Mary L. Trump, a trained clinical psychologist and Donald's only niece, shines a bright light on the dark history of their family in order to explain how her uncle became the man who now threatens the world's health, economic security and social fabric.

    Mary Trump spent much of her childhood in her grandparents' large, imposing house in New York, where Donald and his four siblings grew up. She describes a nightmare of traumas, destructive relationships and a tragic combination of neglect and abuse . She explains how specific events and general family patterns created the damaged man who currently occupies the Oval Office , including the strange and harmful relationship between Fred Trump and his two oldest sons, Fred Jr. and Donald.

    A first-hand witness, Mary brings an incisive wit and unexpected humour to sometimes grim, often confounding family events. She recounts in unsparing detail everything from her uncle Donald's place in the family spotlight and Ivana's penchant for regifting to her grandmother's frequent injuries and illnesses and the appalling way Donald, Fred Trump's favourite son, dismissed and derided him when he began to succumb to Alzheimer's.

    Numerous pundits, armchair psychologists and journalists have sought to explain Donald Trump's lethal flaws . Mary Trump has the education, insight and intimate familiarity needed to reveal what makes Donald, and the rest of her clan, tick. She alone can recount this fascinating, unnerving saga, not just because of her insider's perspective but also because she is the only Trump willing to tell the truth about one of the world's most powerful and dysfunctional families.

    Grand format N.C.
    Prix indicatif - Contacter votre libraire
  • « Dans le premier tome de mes mémoires, les Français ont découvert un jeune Breton fier de sa famille, de sa petite patrie la Trinité, de sa grande patrie, la France. Un fils de la nation désolé de voir celle-ci blessée, rapetissée par la seconde guerre mondiale et la fin de l'Empire, qui n'aura pu, malgré son engagement, empêcher des responsables politiques en poste de l'enfoncer dans la décadence.
    Le deuxième tome raconte la construction d'un mouvement indépendant qui tente de relever la France, l'aventure exaltante du Front national, si généralement et si bassement calomnié. Quarante ans d'histoire de France, de lutte implacable. Une vie personnelle et familiale parfois difficile. Et puis la suite. La transmission qui ne coule pas de source. Les attaques de plus en plus vives contre la nation. Le mondialisme totalitaire, l'ouragan de l'invasion, l'écologisme maître de la pensée unique.
    Et la nation trahie. La droite et la gauche piétinant leurs valeurs respectives. Le peuple français abandonné par les collaborateurs du déclin, Giscard, Mitterrand, Chirac, puis par leurs minuscules épigones d'aujourd'hui.
    J'ai échoué à prendre le pouvoir, mais j'aurai fait ce qu'il fallait faire, vu ce qu'il fallait voir, dit ce qu'il fallait dire. À temps. J'aurai été le tribun d'un peuple martyrisé.
    Advienne maintenant que pourra. L'heure vient où il faut regarder plus haut que la terre, en espérant pourtant que notre civilisation, notre lignée, trouveront le moyen de survivre. Vive la France quand même ! »

  • Un nouveau regard sur Le Pen : le sien " Mes grands-parents ne savaient pas lire mais surent donner une vie décente à leurs enfants. Ma paysanne de mère était élégante et fière, mon père, patron pêcheur taciturne, avait navigué pendant la Grande guerre, à treize ans, mousse sur un cap-hornier, ces cathédrales de toile et de bois qui affrontaient les quarantièmes rugissants. A la maison, il n'y avait pas l'eau courante mais on aimait sa famille, son pays et Dieu - et la Bretagne aussi, avec ses îles, ses navires.
    L'instituteur et le curé nous apprenaient à les chanter ensemble. En somme, j'étais un petit Breton heureux dans la grande France. Puis vint la Seconde guerre mondiale. Le père est mort, la France était blessée, des curés m'ont dégoûté de Dieu. C'est alors que j'ai découvert la folie des hommes, Paris, l'université, l'Indochine, l'Assemblée nationale, l'Algérie. J'eus une épouse et des filles. La vie s'offrait, tantôt magnifique, tantôt désolante.
    Le petit Breton avait grandi, la France rapetissé. Pour la relever, j'ai choisi le combat politique. "

  • Figure incontournable du paysage social, juridique et politique français, Simone Veil, femme de conviction hors du commun, citoyenne féministe et militante, a mené une vie de combats qui ont participé à la construction de notre modernité. Les contributions réunies dans cet ouvrage retracent cette carrière exceptionnelle et témoignent de l'impact de Simone Veil sur notre société, de la cohérence et de la persistance de son action jusqu'à ce jour.
    Un ouvrage unique, un recueil de textes, témoignages et photos inédits d'auteurs de renom.

  • Qui, en France, connaît C. L. R. James ? Né en 1901 à Trinidad, alors colonie de la Couronne britannique, et mort à Londres en 1989, celui que le Times dénomma à la fin de sa vie le « Platon noir de notre génération » est pourtant une figure intellectuelle et politique majeure d'un siècle qu'il aura traversé presque de part en part.
    Intellectuel diasporique par excellence, militant panafricain de la première heure, James a pris part aux grands mouvements de décolonisation de son temps en Afrique et dans la Caraïbe et fut un acteur de premier plan des luttes noires aux États-Unis.
    Fervent partisan de Trotski avant de rompre avec l'héritage de ce dernier pour défendre la thèse de l'auto-émancipation des masses ouvrières-populaires, James eut un destin étroitement imbriqué dans celui du marxisme au XXe siècle. Pour ce « marxiste noir », révolution socialiste et luttes anticoloniales-antiracistes étaient intimement enchevêtrées : elles s'inscrivaient dans l'horizon d'une « révolution mondiale » dont la source et le centre ne pouvaient plus être la seule Europe. C'est à celle-ci que James s'est voué corps et âme pendant plus de cinq décennies, débattant et collaborant avec ses contemporains aux quatre coins du monde.
    Dans une conjoncture où la gauche radicale éprouve de grandes difficultés à renouveler ses stratégies face aux revendications des minorités non blanches et où la critique de l'eurocentrisme bat de l'aile, méditer la vie et l'oeuvre de James pourrait se révéler essentiel dans la tâche de construction d'une pensée de l'émancipation qui soit, enfin, à la mesure du monde.

  • À 32 ans, Mohammed ben Salman, dit MBS, est le prince héritier d'Arabie Saoudite. Il est le premier petit-fils d'Ibn al-Saoud - le fondateur du royaume qui porte son nom - à accéder au pouvoir. Richissime descendant d'une dynastie féodale, il veut transformer son pays en profondeur en réduisant sa dépendance au pétrole, en mettant les Saoudiens au travail et en accordant aux femmes le droit de conduire.
    Mais derrière cette façade progressiste, le mystère et les contradictions demeurent. MBS gouverne l'une des sociétés les plus oppressives de la planète, où la liberté de penser et l'espace public se réduisent de jour en jour. Obsédé par la menace iranienne, prêt à se rapprocher d'Israël par l'entremise de Washington, il mène depuis 2015 une guerre sans fin au Yémen, où sévit l'une des plus graves crises humanitaires contemporaines.
    Le roi, son père, a 82 ans. S'il lui succède comme prévu, Mohammed ben Salman pourrait régner un demi-siècle. Où va-t-il conduire cette Arabie aux réserves pétrolières illimitées, au pouvoir militaire et économique immense et au rôle politique croissant dans un Moyen-Orient en plein chaos ? À la tête de la plus grande puissance sunnite du monde arabe, pourra-t-il purger l'islam du terrorisme ?

  • Ce livre retrace le parcours d'un Juste : Jules Molina, dit "Julot", militant d'Algérie, habité très tôt par ses convictions, marginalisé par l'Histoire.

    Né en 1923 à Mohammadia dans une famille d'immigrés espagnols, il ne quittera l'Algérie qu'en 1989, à contrecoeur. Vingt ans plus tard, à la veille de sa mort, il rédige ses mémoires et les transmet à sa famille. Les voici, livrées dans un style sobre mais étonnamment vivant, accompagnées de réflexions historiques et d'entretiens que Guillaume Blanc a mené auprès des proches de Molina.

    Cet ouvrage raconte d'abord une histoire algérienne. Celle d'un homme entier, qui fut un soldat du contingent colonial, un indépendantiste torturé par l'armée française puis, comme une évidence, un citoyen algérien, impliqué corps et âme dans la construction du pays. Le parcours de Jules Molina fait voler en éclat les visions simplificatrices de l'Histoire, donnant à voir une expérience coloniale parfois faite d'hommes moraux dans un contexte immoral, puis une Algérie socialiste portée, aussi, par des communistes et des Algériens d'origine européenne.

    Ces mémoires racontent une Algérie disparue mais également une lutte sociale. La vie de Molina signale combien, pour lui, ses camarades et sa famille, le communisme a toujours relevé de l'hu-manisme : un combat permanent, toujours du côté des victimes, pour un monde à visage humain, comme nous le rappelle Henri Alleg en 2009, lors de l'enterrement de son ami le plus proche.

  • Celui qui tenterait de séparer les célèbres descriptions faites par Darwin de la faune des îles Galápagos et sa théorie de l'évolution se couvrirait de ridicule. Sans la théorie qui les a soutenues et dirigées, ces descriptions ne seraient ni méticuleuses, ni pertinentes : surtout, elles n'auraient aucune valeur scientifique.
    À l'inverse, la tentative de séparer les analyses scientifiques de Marx de la théorie communiste globale qui les nourrit est récurrente. C'était déjà le cas il y a 30 ans, lorsque nous avons publié pour la première fois le présent ouvrage en Italie (par les Éditions Lotta Comunista), et c'est de nouveau une tendance à la mode depuis la crise des relations globales. De nombreux économistes - ou présumés comme tels - ont redécouvert que les études de Marx sur le phénomène des crises du capitalisme restent aujourd'hui inégalées. Toutefois, afin de pouvoir se les approprier, ils doivent amputer les analyses économiques de leurs racines et de leurs conclusions communistes.
    En réponse à l'énième réédition de cette vieille ruse, nous reprenons encore et toujours les propos d'Engels sur la tombe de son ami et camarade de lutte de toute une vie : Marx fut un «homme de science. Mais, ce n'était point là, chez lui, l'essentiel de son activité. [.] Car Marx était avant tout un révolutionnaire».

  • Günther Anders reste connu principalement en Autriche et en Allemagne pour ses positions radicales en écologie politique. Il formula celles-ci à la suite de l'usage militaire de la force nucléaire pendant la Seconde Guerre mondiale, positions qui évoluèrent encore lorsque la catastrophe de Tchernobyl se produisit en 1986. La destruction de l'environnement vital, la durabilité des déchets, les pollutions à grande échelle, le réchauffement climatique, l'hostilité immanente au nihilisme technique ou encore la dégradation des relations entre exploitants et exploités, sont autant d'occasions de poser un problème philosophique : comment un monde technicisé, un monde qui tend à exclure ou détruire l'homme, laisse-t-il la possibilité d'une politique ? L'objectif de cet ouvrage sera d'offrir un parcours des thèses majeures du philosophe concernant la relation entre technique et politique. L'intérêt de son oeuvre consiste en effet à intégrer des problématiques d'actualité en écologie politique et en critique sociale à des considérations anthropologiques et philosophiques.

  • Jacques Chirac figure aujourd'hui parmi les personnalités politiques préférées des Français. Pour autant, que sait-on réellement de la vie de celui qui est parvenu à se hisser jusqu'aux plus hautes fonctions de l'État ? Cet ouvrage ouvre pour la première fois les portes de la maison Chirac. Mêlant confidences, récit journalistique et plus de 250 photographies, on découvre les coulisses du pouvoir pendant un demi-siècle, à la Mairie de Paris, à l'Élysée, et dans l'intimité d'une famille au pouvoir. Jusqu'à l'achèvement d'une présidence de douze ans dont on se souvient aujourd'hui avec nostalgie. La journaliste Laurence Masurel revient sur le parcours politique de cet homme exceptionnel. Elle nous raconte ses combats mais aussi son goût pour les voyages ou les arts premiers. En contrepoint, Éric Lefeuvre, photographe personnel de Jacques Chirac pendant plus de trente ans, nous livre des images émouvantes laissant affleurer la personnalité intime du Président. Ensemble, ils ont réuni souvenirs et photographies afin de réaliser un portrait hors du commun.

    Laurence Masurel a rencontré Jacques Chirac pour la première fois en 1972, à 24 ans. Journaliste, éditorialiste politique, ancienne rédactrice en chef de Paris Match en charge du service politique, elle a suivi tous les hommes et femmes politiques qui ont fait l'histoire depuis une trentaine d'années. Auteur de très nombreux articles et livres, elle a récemment publié aux Éditions de La Martinière La France est ingouvernable (2017).

    Éric Lefeuvre a réalisé sa première image de Jacques Chirac, à tout juste dix-huit ans, le 1er mai 1984. Nommé photographe du maire de Paris et du mensuel d'information Ville de Paris en 1989, puis photographe privé du chef de l'État en 1995, il a suivi durant trente ans le quotidien de Jacques Chirac, aussi bien en France qu'à l'étranger.

  • La poignée de mains de Montoire le 24 octobre 1940, entre le maréchal Philippe Pétain et le chancelier du 3e Reich Adolf Hitler, est le symbole d'une collaboration qui s'annonce entre un pays vaincu et son vainqueur. Certains pousseront très loin leur collaborationnisme avec les nazis, au point d'avoir du sang sur les mains et d'être devenus des collabos tristement célèbres. Ce livre trace le portrait des plus significatifs d'entre eux (environ 80) : hauts ou modestes fonctionnaires, militaires (Raoul d'Agostini, Jean Bassompierre, Joseph Darnand, René Bousquet...), responsables politiques et économiques (Jacques Doriot, Philippe Henriot dit le « Goebbels » français...), artistes, écrivains, journalistes (Robert Brasillach, Louis-Ferdinand Céline, Alphonse de Châteaubriand, Lucien Rebatet...), et... voyous (Henri Lafont, André Francis dit « Gueule-Tordue », Maurice Solnlen...) se mettent, pour beaucoup, au service de l'occupant.
    Un ouvrage passionnant qui s'intéresse aux individualités afin de comprendre comment ces hommes et femmes ont glissé, basculé dans la collaboration : par intérêt économique, par ambition politique, par idéologie, par aveuglement militaire... Certains destins n'ont tenu qu'à un cheveu, ils ont été des salauds alors qu'ils auraient pu être des héros au sein de la Résistance ou des troupes de la France libre. L'histoire étant parfois la répétition d'événements passés, ce texte a pour but de rappeler le danger de l'extrémisme politique.

    Sur commande
  • Professeur de mathématiques, maire d'un village lorrain, Chritian Eckert a été secrétaire d'État au Budget entre 2014 et 2017, à côté d'Emmanuel Macron, alors ministre de l'Économie. Un poste stratégique où la vue sur la folie du pouvoir est imprenable. 62 ans, marié, trois enfants, le député, ancré à la gauche du PS, a été aux premières loges des affrontements entre socialistes et droite, Bruxelles et Paris, progressistes et libéraux pendant dix ans. De son élection comme député en 2007 à sa sortie du gouvernement en 2017, Christian Eckert a été la cheville ouvrière du dispositif d'État visant - en principe - à l'avènement d'une société plus juste et à la reprise économique. Mais rien n'a fonctionné comme prévu...
    Notre homme a vécu de l'intérieur tous les arbitrages en matière de fiscalité, de privatisation, de loi travail, de politique bancaire, de « lutte » contre l'influence grandissante des lobbys et des multinationales. Il a été le témoin privilégié des conseils des ministres, des réunions à Bercy, des petits déjeuners sous tension. Il a vu venir de loin l'échec de François Hollande et de trop près l'avènement du Macronisme. Entre Emmanuel, startuper quadra de la politique spectacle et Christian, faux apparatchik taiseux du socialisme finissant, l'amour ne fut pas cordial. Ils furent voisins de bureau alors que se préparait le projet élyséen du premier. Ils ont partagé la même administration et le même personnel de maison.
    Petit à petit, en allers et retours entre passé et présent, Christian Eckert décrit avec minutie comment l'idéal de gauche a été laminé... Il dévoile les choix orientés du ministre « des riches » Macron, ses liens avec les banques, ou encore les conflits d'intérêts. Une sorte de Bercy inédit pour les nuls. Christian Eckert dénonce également l'ubérisation de la politique au coeur de Bercy, mais également la privatisation des autoroutes et des aéroports, la tentative de vente d'une des vaches à lait de l'État... Très vite, il se retrouve dans le rôle de celui qui doit avaler les couleuvres entre Michel Sapin, son boss, et Emmanuel Macron, son alter ego (ou presque).

    Enfin Chrisitan Eckert explique comment Emmanuel Macron - soutenu par son épouse Brigitte - a habilement su jouer sur les médias et sur son réseau d'anciens collègues - dont beaucoup sont passés par Rothschild - pour gagner la partie.
    Comment le futur président de la République s'est-il préparé ? Quelle était sa part de complicité avec Hollande ? En quoi Macron a-t-il été plus malin que son maître ? On a parfois eu l'impression d'un coup monté à deux. Ce qui était sans doute vrai... au début.

    Sur commande
  • « Pour supprimer la bureaucratie nichée dans les institutions soviétiques, nous devons d'abord nous débarrasser de la bureaucratie dans le parti lui-même. » Alexandra Kollontaï, un nom aujourd'hui un peu oublié. Cette femme politique russe puis soviétique a pourtant beaucoup contribué aux nombreux débats sur le féminisme engagés depuis le début du siècle. Dans les années soixante-dix, au moment où le féminisme en France est au plus fort, ses textes sont publiés en français, presque introuvables à présent.
    Cette femme élégante au port aristocratique ne cessera toute sa vie de se battre et d'intervenir pour la libération des femmes et développera l'idée de « l'amour-camaraderie ».
    Ses théories sur la morale sexuelle et l'amour libre, sa vie amoureuse mouvementée apporteront de l'eau aux moulins de ses détracteurs qui la qualifieront de débauchée. Ses conférences sur la libération des femmes, données en 1921 à l'université Sverdlov, sont éclairantes à plus d'un titre sur le féminisme, l'amour mais aussi l'importance de la place des femmes dans la Révolution.
    Mais Alexandra Kollontaï a plus d'une corde à son arc. Ses textes pour « l'opposition ouvrière », ses interventions en tant que diplomate habile, sa connaissance du mouvement ouvrier finlandais et russe en font une femme politique à part entière. Elle s'essaie même à la littérature.

    Ce choix de textes embrasse les multiples facettes de cette femme au destin exceptionnel. Décriée et adulée en son temps, son élégance légendaire se retrouve dans son écriture. Au moment du centième anniversaire de la Révolution d'Octobre, cet ouvrage apporte un éclairage particulier sur ce grand moment qui a marqué le XXe siècle et sur l'histoire du féminisme.

empty