Actes Sud

  • Le portrait dit des Époux Arnolfini a été peint par Jan Van Eyck en 1434 : énigmatique, étrangement beau, sans précédent ni équivalent dans l'histoire de la peinture... Cet ouvrage offre un voyage au coeur de ce tableau, qui aimante par sa composition souveraine et suscite l'admiration par sa facture. Touche après touche, l'auteur décrypte les leurres et symboles semés par l'artiste sur sa toile, à l'image d'un roman policier à énigmes. Alors le tableau prend corps, son histoire se tisse de manière évidente et les personnages qui nous regardent dans cette scène immuable prennent vie devant nous...

  • Ce livre est habité par la rencontre de et avec Soulages. Ses rencontres ont marqué à jamais sa vision de l'art : d'abord avec l'archéologie et l'art pariétal, ensuite avec Conques et l'art roman, enfin avec l'abstraction pendant la Seconde Guerre mondiale. Ses grandes rencontres des années 1950-1960, avec Picabia, Hartung, Atlan, Senghor, puis autour de Conques avec Georges Duby et Jacques Le Goff, sont aussi des moments phares de son oeuvre, comme l'est sa rencontre avec le Japon. Michaël de Saint-Cheron et Matthieu Séguéla tracent ici un triangle d'or entre l'art de Soulages, l'Afrique noire et le pays du Soleil levant. Ce livre analyse l'outrenoir à travers une double approche novatrice confrontée à l'histoire du xxe siècle et au dialogue des cultures et des arts.

  • Né en 1977, Adrian Ghenie vit et travaille à Berlin et est un des artistes les plus cotés du moment sur le marché de l'art. Depuis une dizaine d'années, sa peinture se déploie à travers un extraordinaire déchaînement chromatique qui, entre figuration et abstraction, invente des formes nouvelles - inspirées par Francis Bacon ou Gerhard Richter - en les déplaçant sur le terrain de l'histoire et du destin de l'espèce humaine en proie aux mutations génétiques. Cette enquête passionnée écrite par Yannick Haenel s'attache à décrire le processus d'une oeuvre à travers l'analyse des figures qui irradient ses tableaux. Est-il encore possible de faire de la peinture dans une époque qui se noie dans la saturation des flux d'images ? Est-il encore possible de peindre des visages après un siècle de propagande où le visage des tyrans a permis d'asseoir leur domination ? Qu'est-ce que la radicalité artistique ? Ce sont des questions que pose l'oeuvre d'Adrian Ghenie, et que ce livre aborde en une série de chapitres qui racontent une histoire : celle de la naissance d'une oeuvre, aujourd'hui. Les oeuvres d'Adrian Ghenie seront présentées à partir du 11 septembre 2019 à Beaubourg dans l'exposition "Bacon en toutes lettres".

  • Masaccio (1401-1428) a accompli en à peine dix ans une oeuvre d'exception. Quand il meurt à 27 ans, il laisse un nombre restreint de travaux, mais dont l'originalité et la puissance font autorité sur les artistes qui le suivront de peu : Fra Angelico, Piero della Francesca et Mantegna.
    Par ses fresques, ses tableaux et ses retables, c'est une véritable révolution qu'il opère, à mi-chemin entre Giotto, dont il hérite la maîtrise de la gestuelle, des drapés et des volumes pleins, et Raphaël, dont il annonce le savant équilibre entre le dessin et la couleur.
    Libéré de l'influence des représentations antiques, il accompagne le sculpteur Donatello dans la recherche des justes proportions et l'architecte Brunelleschi dans celle de la perspective (en ce début de XVe siècle, Florence est animée par le vaste chantier de Brunelleschi : l'édification du dôme de Santa Maria del Fiore).
    Son oeuvre majeure reste les fresques de la chapelle Brancacci (Santa Maria del Carmine, Florence), commencées par Masolino, puis achevés par Filippino Lippi à la fin du Quattrocento. Les scènes de la Vie de saint Pierre ou celles avec Adam et Ève réalisent tout ce à quoi s'étaient essayés les artistes du siècle précédent : représenter un idéal, tout en l'ancrant dans le réel ; faire résonner poétiquement, mais souvent dramatiquement, les récits bibliques avec les vérités du monde terrestre.
    Nourrie des acquis des recherches les plus récentes, cette monographie replace Masaccio dans son contexte historique, politique, social et économique, et propose un nouveau regard sur la chronologie et la lecture stylistique de ses oeuvres.

  • Il a intégré au raffinement du gothique la perspective de la Renaissance. Né à Florence en 1397 - il y meurt en 1475 -, Paolo di Dono, dit Uccello, combine avec son esprit scientifique tradition et innovation pour inventer des réponses géométriques aux nouveaux défis de la représentation.
    Apprenti auprès de Lorenzo Ghiberti quand celui-ci sculpte les portes du baptistère de Florence, Uccello aide à la réfection des mosaïques sur la façade de la basilique Saint-Marc, à Venise, où il découvre le travail de Gentile da Fabriano. Sa première commande le rappelle à Florence : il exécute une fresque équestre en l'honneur du défunt condottiere Sir John Hawkwood.
    La composition du Déluge peint dans le cloître de Santa Maria Novella, dont la radicalité déséquilibre le spectateur, est à la hauteur de la violence du cataclysme divin. Le triptyque qu'Uccello consacre à la bataille de San Romano saisit le mouvement avec virtuosité. Dans son Saint Georges et le dragon, plus tardif, le jeu des lignes d'horizon et la minutie du trait créent une atmosphère d'onirisme fantastique.
    Sa démarche, expérimentale et précise, annonce les recherches de Léonard de Vinci. Et si son étrangeté a pu désarçonner ses contemporains, elle séduira les cubistes et fascinera les surréalistes.
    Très richement illustrée, cette monographie développe la trajectoire d'Uccello de façon chronologique, en la replaçant dans les bouleversements artistiques de son temps. Elle intègre les découvertes les plus récentes concernant l'attribution jusqu'alors douteuse de certaines de ses oeuvres.

  • C'est en priorité à Picasso, Matisse puis Twombly que Jean-Michel Basquiat emprunte une partie de leur vocabulaire formel. Il puise chez eux un attachement aux couleurs primaires, à la fragmentation des sujets, aux visages troublants, à la dissonance des couleurs et des formes ou à des compositions ou objets modestement artisanaux. Plus encore, comme eux, il s'écarte de la froide virtuosité pour convoquer la naïveté et la maladresse et redonner à l'art son énergie pure, celle qui amène au sublime et met en partage une oeuvre aussi sensible qu'engagée.

  • Ce livre est la démonstration inattendue d une vérité qui dérange: les frères Van Gogh, connus pour leur position sacrificielle dans l'histoire de l'art, étaient en vérité des entrepreneurs brillants dotés d'un sens aigu des opportunités. Par l'acquisition d'oeuvres de nombreux artistes, ainsi que par la création des tableaux de Vincent, les deux frères ont patiemment constitué une collection d'une valeur inestimable. Ainsi faisant, ils ont donné naissance à une entreprise dont le succès est inégalé à ce jour, qui emploie des milliers de personnes à travers le monde et sécurise des milliards d'euros, de dollars et de yens bien investis.
    Les éléments de la démonstration proviennent de la correspondance de Van Gogh, où ils dorment depuis plus d'un siècle sans que personne n'ait songé à les mettre en avant pour ce qu'ils sont: une vision presque prophétique de révolution du marché de l'art et l'annonce d'une réussite exceptionnelle.
    Rafraîchissant et spirituel, l'ouvrage se présente comme un enchaînement de chapitres d'inspirations et de formes diverses, proposant au lecteur de comprendre comment Van Gogh a fini comme l'archétype du génie incompris, et pourquoi il était tout sauf cela. Le propos, iconoclaste et souvent à double fond, remet en question les mécanismes de la production d'art contemporain et aboutit à une théorie audacieuse sur les motivations du suicide du maître.

  • Bruegel et l'hiver

    Collectif

    Les scènes d'hiver de Bruegel l'ancien sont parmi les plus emblématiques et les plus reproduites par ses descendants. Elles font l'objet aujourd'hui d'une étude particulière revisitant les savoirs au travers de nouvelles approches méthodologiques. Les Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique ont déployé de nombreux événements destinés à mieux faire connaître ces oeuvres dans la perspective du 450ème anniversaire de la mort de Bruegel en 2019 et de l'ouverture au public de la Maison Bruegel à Bruxelles la même année.

  • Van Gogh et le Japon

    Collectif

    La rencontre de Vincent van Gogh (1853-1890) avec les estampes ukiyo-e japonaises pendant son séjour à Paris a été décisive pour la direction que prendrait son art dans les années à venir. Il a rassemblé avec enthousiasme une collection d'estampes avec l'idée d'y travailler, et a été bientôt captivé par leur imagerie et leur style coloré et gai qui ont commencé à exercer une influence dramatique sur son propre travail. Petit à petit, ce monde enchanté devint son principal point de référence artistique. Désormais, il se positionne comme un artiste dans la tradition japonaise afin de se faire une réputation auprès des avant-gardistes du moment. Cette superbe publication offre une réévaluation détaillée de l'inspiration de l'estampe japonaise sur la production créative de Van Gogh. Avec des essais des meilleurs experts de Van Gogh au monde, ce livre détaille les façons dont l'artiste a construit sa compréhension de l'esthétique japonaise et son idéal utopique d'une société dite primitive, et les a intégrées dans sa propre vision et pratique. La taille, la nature et l'importance de la collection d'estampes japonaises de Van Gogh seront également explorées. Les illustrations somptueuses incluent des peintures à l'huile et des dessins de Van Gogh ainsi qu'une sélection d'oeuvres japonaises qui ont tellement captivées son imagination.

  • Robert Ryman est décédé le 8 février 2019. Pour lui rendre hommage, la collection Lambert a souhaité lui dédié ce deuxième opus de ses Cahier. Il permet ainsi de découvrir l'un des plus beaux fonds des oeuvres de ce peintre majeur du XXe siècle et du début du XXIe siècle, qui reste l'un des principaux représentants de la peinture minimaliste.

  • Carolyn Carlson a toujours écrit, dessiné, peint. Pour danser et en dansant, pourrait-on dire de la chorégraphe qui qualifie sa danse de poésie visuelle. Carlson sourit en évoquant les millions de pages noircies et colorées de ses carnets qu'elle a donnés à la BnF en 2013. Comme autant de témoins précieux de sa pensée, de son rapport à la nature, de son processus de création, de sa folie et de son humour. «Ecrits sur l'eau», de la pièce éponyme de Carolyn Carlson, donne son nom à cette exposition qui invite au voyage dans les villes d'eau européennes de résidence de la chorégraphe américaine : Paris, Helsinki, Venise, Roubaix.

  • Guido di Pietro (vers 1400-1455), ou Fra Giovanni dans l'ordre mendiant des dominicains, est connu en France sous le nom de Fra Angelico, et en Italie, sous celui de Beato Angelico. Peintre au «talent rare et parfait», selon Vasari, il participa pleinement à la révolution artistique et culturelle que connut Florence au début du XVe siècle, et répondit à des commandes à Orvieto, Cortone, Padoue et Rome.
    Cosme de Médicis lui confia la décoration des salles et des cellules de dominicains du couvent San Marco. Dans un style plus simple que dans ses autres oeuvres, il y développa une narration affranchie des détails matériels et respectueuse du message évangélique, dans laquelle les visages traduisent une sérénité presque joyeuse.
    Au style de ses prédécesseurs toscans, Lorenzetti et Martini, qui s'attachaient, eux, à représenter la vie quotidienne, il préféra une peinture plus didactique dans laquelle la lumière et l'éclat des ors n'ont de valeur que spirituelle. Il resta fidèle aux canons du gothique international, mais sut y associer les nouveautés stylistiques et l'esprit des maîtres de la Renaissance florentine, comme son contemporain Uccello, et initia le courant des peintres dits « de la lumière » en recourant aux bleus, aux verts et aux rouges éclatants se détachant sur fond d'or. Son savant traitement des ombres et de la lumière influença les autres « maîtres de la lumière » que furent Filippo Lippi, Piero della Francesca ou Benozzo Gozzoli, son élève.
    On doit à Fra Angelico des oeuvres magistrales, notamment des miniatures, des retables, des fresques (couvent San Marco de Florence, chapelle Nicoline au Vatican), le Calvaire et le Couronnement de la Vierge du Musée du Louvre, plusieurs exceptionnelles Annonciations (dont celles du Prado, du musée diocésain de Cortone, du couvent San Marco).
    Ce panorama complet de tout l'oeuvre de Fra Angelico est présenté par Timothy Verdon sous un double point de vue : celui de l'éminent historien de l'art et celui du théologien. Son étude comparative n'élude donc rien des textes sacrés, de leur interprétation artistique, du contexte religieux de l'époque, et leur confrontation avec la vie et la démarche créatrice du maître se révèle des plus convaincantes.

  • Le peintre américain Ellsworth Kelly (1923-2015), a entretenu toute sa vie un rapport privilégié avec la France et ce lien vient d'être réaffirmé par le Studio Ellsworth Kelly qui a souhaité faire don de 54 estampes de l'artiste à la bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art (INHA). Cet ensemble permet d'observer la manière dont Kelly a, tout au long de sa carrière, expérimenté les possibilités que peut offrir l'image imprimée, depuis sa première lithographie, réalisée aux Beaux-arts de Paris en 1949, jusqu'aux oeuvres monumentales sur papier des années 2000. Pour la première présentation au public de ce don exceptionnel, la Collection Lambert en Avignon a souhaité accompagner celui-ci d'une sélection des oeuvres de Kelly - tableaux, dessins, collages et estampes - qui se trouvent aujourd'hui dans les collections françaises, publiques et privées.  

  • Une biographie monumentale et très documentée invitant à redécouvrir l'originalité de l'artiste Leonor Fini, dont la peinture se nourrit d'une inépuisable créativité et d'une culture cosmopolite.

  • Cimabue

    Luciano Bellosi

    Beau livre sur le peintre florentin Cimabue.

  • La Bibliothèque nationale de France et le Musée national Picasso-Paris s'associent pour la mise en oeuvre d'un double événement consacré à Miquel Barceló. Fortes de nombreuses pièces inédites, deux expositions invitent à une immersion dans l'univers protéiforme de l'artiste majorquin. Aux peintures et céramiques présentées par le Musée Picasso fait écho la riche production gravée proposée par la BnF.

  • Djamel Tatah

    Collectif

    Dans une peinture sobre et épurée, Djamel Tatah livre une représentation de l'homme contemporain qui affirme sa présence au monde. « Ma peinture est silencieuse. Imposer le silence face au bruit du monde, c'est en quelque sorte adopter une position politique. Cela incite à prendre du recul et à observer attentivement notre rapport aux autres et à la société. » Djamel Tatah. L'artiste a présenté ses oeuvres dans les plus grands musées en France et à l'étranger, notamment en Espagne, Chine, Algérie, Suisse, Italie, Royaume-Uni. En France, il a exposé à Nantes, Nice, au Château de Chambord, à Saint-Etienne.  

  • Tout au long de sa vie, vincent van gogh, peintre de la couleur et de la lumière, a été fasciné par les représentations vespérales et nocturnes.
    Son oeuvre comprend de nombreux tableaux et dessins consacrés à ces heures particulières, l'un des plus célèbres étant nuit étoilée sur le rhône, une toile peinte en arles, en septembre 1888, au beau milieu de la nuit. la lumière des lampes à gaz et celle des étoiles s'y combinent en un jeu fascinant dans l'immensité du ciel et sur la surface miroitante du fleuve. van gogh associait les heures qui suivaient la tombée du jour à un sentiment d'apaisement, de réconfort et de poésie.
    Dans ses oeuvres, il a tenté de relier cette approche de la nuit aux grandes questions qui le préoccupaient : l'âpre lutte pour l'existence dans une époque de profondes mutations, le cycle éternel de la nature et sa succession des saisons face à la futilité de notre vie éphémère. les mangeurs de pommes de terre et sa série de semeurs au soleil couchant en sont de vibrants témoignages. van gogh admirait beaucoup la tradition picturale des paysages crépusculaires et nocturnes et, dans un premier temps, il mit ses pas dans ceux de l'école de barbizon.
    Ce qui ne l'empêcha pas, au fil du temps, de développer un style tout à fait personnel pour arriver à peindre " la lumière dans l'obscurité ", usant d'un coloris saisissant et d'une touche rythmique. cet ouvrage dresse un panorama inédit des puissantes scènes crépusculaires et nocturnes de van gogh, des tableaux qui marqueront ses successeurs et dans lesquels l'artiste se révèle être un précurseur obstiné de l'art moderne.

  • Van Gogh fut l'un des artistes les plus originaux de son temps. Pourtant, son art s'enracine en grande partie dans la tradition. De quelle manière a-t-il réinventé la tradition ? Tel est le thème central de ce catalogue, exploré à travers trois genres qui dominent l'oeuvre de Van Gogh : la figure, le paysage et la nature morte.

  • Version française de : Fierce and Fragile, Big Cats in the Art of Robert Dallet.
    Ce livre accompagne l'exposition « Féroces et fragiles, les félins dans l'oeuvre de Robert Dallet » produite par Hermès en collaboration avec la fondation Panthera et présentée pour la première fois du 10 janvier au 13 mars 2016, au Bruce Museum de Greenwich Connecticut, aux États-Unis, à Paris au Muséum national d'histoire naturelle de Paris à partir du 3 mai 2016 , puis à Munich, Zurich, Shanghai, Hong Kong et Bombay.
    Peintre et illustrateur, Robert Dallet (1923-2006) a dédié sa vie entière à l'étude et à la représentation de la faune sauvage et des grands fauves. Cette sélection d'aquarelles et de croquis inédits rend hommage au talent et à la sensibilité du naturaliste qui a longtemps travaillé pour la maison Hermès

    Sur commande
  • Figure parisienne, Alfred De Dreux incarne la vitalité enthousiaste et lyrique de la génération nouvelle du XIXème. Il s'est dédié à un seul sujet, l'animal, sans concession, des scènes de cour à la vie rurale. Il avait cependant une passion, le cheval. Son oeuvre, regroupée et analysée par Marie-Christine Renault, est présentée ici dans sa totalité, à travers une monographie de l'artiste et un catalogue raisonné de l'ensemble de ses tableaux.

    Sur commande
  • En collaboration avec le musée des Beaux-Arts de Dôle, le musée de Grenoble présentera à l'automne prochain une exposition rétrospective de Philippe Cognée. Apparu sur la scène artistique au milieu des années 1980, avec une peinture figurative aux accents primitivistes, Philippe Cognée a su, au début des années 1990, se remettre profondément en question et élargir son propos. En s'appuyant sur une technique picturale originale, il a développé une recherche plus complexe sur la peinture et son rapport à l'image photographique.
    Soulignant l'ambiguïté du visible, il oppose à l'objectivité affirmée de la photographie le tremblé d'une matière liquéfiée, qui met en question le sujet même qu'elle est censée représenter. Peinture du doute, elle se révèle être paradoxalement un acte de foi en l'art, seul capable de restituer la plénitude contradictoire du réel. L'exposition, la plus grande jamais consacrée à l'artiste, rassemble une centaine de peintures dont le fameux ensemble Carcasses (2003), composé de trente-six tableaux.
    Elle devrait permettre de saisir l'ampleur et l'ambition d'une oeuvre qui se déploie sur plus de deux décennies et fait de Philippe Cognée un des plus importants peintres français d'aujourd'hui.

  • Van Gogh fut l'un des artistes les plus originaux de son temps. Pourtant, son art s'enracine en grande partie dans la tradition. De quelle manière a-t-il réinventé la tradition ? Tel est le thème central de ce catalogue, exploré à travers trois genres qui dominent l'oeuvre de Van Gogh : la figure, le paysage et la nature morte.

  • Lee Jin Woo

    ,

    Lee Jin Woo est un peintre coréen, installé à Paris depuis une dizaine d'années. Sa peinture est une longue traversée de la mémoire. Il absorbe en lui le chaos et le transpose en sagesse et calme. La terre, l'encre, le charbon et les pigments se rencontrent sur un support de papier de riz ou de bambou parfois brûlé et déchiré.

    Sur commande
empty