Paris-musees

  • Si Hugo n'a guère voulu montrer ses dessins de son vivant, des artistes phares ont depuis reconnu son audace, tel André Breton, qui y vit « des tableaux où la plus puissante imagination se donne cours ». Les Maisons de Victor Hugo, Paris / Guernesey, conservent aujourd'hui plus de sept cents feuilles, parmi lesquelles de très nombreux chefs-d'oeuvre. Gérard Audinet, leur directeur, s'attache ici à suivre pas à pas, année après année, l'intense fièvre graphique du poète, faisant de cette étude une véritable monographie. Cet ouvrage dévoile l'incroyable fécondité et la pleine liberté d'un écrivain dessinateur dont les yeux et la plume ne cessèrent de fouiller l'obscurité.

  • A l'occasion de l'exposition consacrée à la collection de pastels du Petit Palais, le catalogue offre un panorama des principaux courants artistiques de la seconde moitié du XIXe siècle, de l'impressionnisme au symbolisme, dont les fleurons sont représentés par les oeuvres de Berthe Morisot, Auguste Renoir, Paul Gauguin, Odilon Redon.

  • Homme curieux, peintre voyageur, soucieux de la vérité des hommes, François Auguste Biard (1799-1882) est l'un des représentants oubliés de la peinture romantique. Célèbre dans les années 1840 pour ses scènes de genre comiques, il est aujourd'hui reconnu pour ses paysages de l'océan Glacial ou de l'Amazonie, et salué pour ses oeuvres dénonçant le commerce des esclaves ou s'intéressant à la folie. Grâce à de nombreuses oeuvres inédites, cette première monographie à lui être consacrée restitue l'incroyable diversité de son parcours.

  • Catalogue publié à l'occasion de l'exposition présentée au Petit Palais - Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris, du 14 novembre 2019 au 23 février 2020, puis au Museo e Real Bosco di Capodimonte à Naples, du 20 avril au 26 juillet 2020. Le production de Luca Giordano est immense : plus de cinq mille oeuvres sont répertoriées. Sa capacité d'adaptation et sa virtuosité lui valurent de très nombreuses commandes, tant à Naples qu'à Florence, mais aussi en Espagne où il séjourna dix ans à la cour de Charles II. Ses peintures sont abondamment présente dans les collections publiques françaises : Giordano exerça d'ailleurs une très forte influence sur les peintres du XVIIIe siècle. Ce livre est le premier ouvrage en fançais sur l'artiste : un portrait d'un artistes indifférent aux codes et aux règles, doué pour les affaires, essentiel pour comprendre le paysage artistique européen du XVIe siècle. Sommaire du catalogue : Une histoire de Luca Giordano (essai d'une centaine de pages par Stefano Causa), Lucas Giordano et l'Espagne (par Andrés Ubeda de los Cobos), La France et Luca Giordano (par Pierre Stépanoff), Notices des oeuvres exposées... Une centaine de peintures et dessins reproduits.

  • De la chute de Napoléon à la révolution de 1848, Paris, refusant tout repli identitaire, s'impose comme le carrefour culturel de l'Europe.

    Cet ouvrage met en scène l'extraordinaire foisonnement artistique qui anime Paris durant cette période. En dépit des aléas politiques, la capitale épouse l'anglophilie littéraire comme vestimentaire, se passionne pour l'Espagne, soutient la cause grecque et pleure la Pologne, découvre l'Allemagne sans pour autant renoncer à l'opéra italien. Elle attire aussi bien Rossini que Liszt et Chopin, se délecte des batailles littéraires et s'étourdit de luxe et de raffinements.

    À travers une iconographie abondante accompagnée de nombreux essais et commentaires d'oeuvres, l'ouvrage nous entraîne dans les hauts lieux parisiens du romantisme : des galeries du Palais-Royal au Salon, de la Comédie-Française à la bohème du Quartier latin, de la Nouvelle Athènes aux Grands Boulevards.
    Loin de se limiter à la peinture et à la sculpture, cette promenade englobe l'architecture, la littérature, le théâtre, la musique, l'opéra et la danse, sans oublier la mode et les arts décoratifs, offrant ainsi au lecteur un panorama saisissant de l'effervescence de l'époque romantique.

    Exposition au Petit Palais et au musée de la Vie romantique du 22 mai au 15 septembre 2019

  • Jean Fautrier

    Collectif

    Peintre, graveur et sculpteur, J. Fautrier fut le représentant par excellence de l'art français dans la première moitié du XXe siècle. A travers l'exposition le public aura une approche chronologique de son oeuvre peinte, ainsi que la totalité de ses sculptures. Suite à une commande des Editions Gallimard, il illustra "L'Enfer" de Dante

  • La découverte des plantes et des saisons à travers une sélection d'aquarelles de Pierre-Joseph Redouté exposées au musée de la Vie romantique (2017).

  • Karel Appel

    Collectif

    Avec des contributions de Christophe Aguiton, Robert Castel, Pierre Dardot, Bastien François, Christian Laval, Arnaud Lechevalier, Frédéric Lordon, Lilian Mathieu, Camille Peugny, Emmanuel Renault, Yves Sintomer et Alain Supiot. Et une préface de Gérard Mordillat.

  • Warhol unlimited

    Sébastien Gokalp

    Le livre met en évidence la manière dont il concevait ses oeuvres de manière globale, de leur conception, leur réalisation jusqu'à leur présentation, leur diffusion et leur réception. Depuis ses premières expositions de Flowers qui couvraient intégralement les murs des galeries jusqu'aux mythiques Shadows (1979), une installation immersive hors normes de 102 toiles sérigraphiées présentées pour la première fois hors des États-Unis, en passant par ses films expérimentaux, ses mises en scène des concerts du Velvet Underground, Andy Warhol n'a eu de cesse d'annuler les frontières entre les techniques, l'art et la culture populaire.

    Des interviews, des articles et des essais de l'époque, inédits encore en français, mettent en perspective l'ensemble de l'oeuvre de l'artiste, expliquant pourquoi Andy Warhol est l'un des artistes majeurs de la seconde moitié du xxe siècle, et probablement celui qui a le plus infléchi le sens de l'art.

  • Le catalogue de l'exposition qui retrace l'amitié des Français A. Derain et Balthus et du Suisse A. Giacometti à partir de 1933. Le rapprochement de leurs oeuvres rend compte de thématiques commune comme leur conception des paysages et des lieux, le théâtre ou l'après-guerre.

  • Catalogue réunissant des aquarelles rares de Pierre-Joseph Redouté qui démontrent la subtilité et l'habilité de sa technique. Ses oeuvres furent imitées dans le monde entier et ses images ont fleuri dans les livres, sur les objets d'art, le papier peint, ou encore dans les accessoires de mode.

  • Une présentation des grands thèmes parcourant l'oeuvre de F. Khnopff : les paysages, les portraits d'enfants, les rêveries ou encore les nus. A la fois peintre, dessinateur, graveur, sculpteur et metteur en scène, ce grand représentant du symbolisme devait en partie son inspiration aux primitifs flamands, au roman «Bruges-la-morte», aux techniques de photographie et à la mythologie.

  • Présentation du peintre français Jean-Baptiste Huet : sa carrière, ses oeuvres où dominent, notamment des scènes pastorales, son travail à la manufacture royale de Jouy-en-Josas où il créa des motifs imprimés.

  • Figure centrale de la peinture suédoise du tournant du XXe siècle, Anders Zorn (1860-1920) connaît une gloire immense comme portraitiste et graveur. Avec Sargent, Sorolla, Boldini et Besnard, il est un des artistes les plus représentatifs de ce style international, moderne et virtuose, où la force de la touche s'associe à la hardiesse des cadrages et des éclairages.

    Il forge son style et sa carrière au gré de rencontres fructueuses et de séjours à l'étranger, à Londres (1882-1885), à Paris (1888-1896) et, enfin, aux États-Unis. Il voyage également à Constantinople, à Alger, en Espagne, en Italie, autant de lieux dont il a laissé de magnifiques aquarelles.

    À Paris, il connaît très vite le succès, fréquentant nombre de personnalités célèbres (Auguste Rodin, Coquelin Cadet, Ernest Renan, Antonin Proust, Paul Verlaine, Marcellin Berthelot, Alfred Beurdeley, Jean-Baptiste Faure...), comme en témoignent plusieurs portraits. En 1893, Zorn se rend aux Etats-Unis, où sa carrière de portraitiste mondain s'intensifie.

    Néanmoins, Zorn n'oublie pas sa région natale, la Dalécarlie, dont il dépeint la vie traditionnelle (La Danse de la Saint-Jean). Il consacrera également la dernière partie de son oeuvre au thème des baigneuses, associant paysages de lacs et nus épanouis.

    En savoir plus sur https://nordique.zonelivre.fr/anders-zorn-peintre-suedois/#PzRdx6CjoBqHJqga.99

  • Albert Marquet

    Sophie Krebs

    Rétrospective de l'oeuvre de A. Marquet (1875-1947), accompagnée d'une lecture croisée, thématique et chronologique d'historiens de l'art. Sont abordés ses premiers tableaux, ses peintures et ses pastels de la période fauve, ses nus, ses dessins, ses paysages, etc.

  • La peintre P. Modersohn-Becker (1876-1907) préfigure l'expressionnisme allemand à travers des paysages, des natures mortes, des nus, des portraits, etc. L'exposition présente une centaine de dessins et de peintures mis en perspective par des extraits de correspondance et de journaux intimes. Le catalogue appréhende l'oeuvre de l'artiste allemande.

empty