Sepia

  • L'ancien royaume du Champa, dans l'actuel Vietnam a été successivement allié et ennemi des rois d'Angkor. Les descendants de ce royaume, les Chams, ont gardé leur religion hindouiste ancienne. Leurs cérémonies, comme celle de la crémation, sont particulièrement spectaculaires. Comme à Bali, également hindouiste, les Chams ont conservé une très belle tradition de tissages, qui sont portés par les prêtres et les profanes à l'occasion des très nombreuses cérémonies.

  • Toposa et Larim ! Plutôt que d'une oeuvre ethnographique, il s'agit d'un livre de voyage, dans l'espace comme dans le temps. L'auteur a vu dans l'histoire du Soudan une métaphore de son étendue. Cette histoire a remonté le Nil à contre-courant. Nous en connaissons depuis fort longtemps le passé, des pharaons noirs jusqu'à Méroé puis aux royaumes nubiens. Pour les Européens cependant, la partie méridionale du pays n'a émergé que vers la fin du XIXe siècle, c'est-à-dire hier. Ainsi, tandis que le nord du pays plonge ses racines dans la lointaine Antiquité, sa partie méridionale, aux yeux du visiteur qui s'y hasarde, conserve-t-elle les attraits d'un espace à peine exploré. C'est là que s'est déroulée en 1980 une expédition du British Institute in Eastern Africa à laquelle l'auteur eut le privilège de participer. Le Carnet de route de S. Tornay est délibérément inséré entre une Introduction qui évoque à grands traits deux millénaires d'histoire, de Méroé à l'aube du XXe siècle, et une Postface qui prend le relais avec « le Triangle Ilémi, non-lieu de toutes les frontières », première étude en français sur ce curieux rejeton de l'Angleterre coloniale. Cet ouvrage est tout à la fois scientifique et intimiste. L'auteur, qui conçoit son métier d'ethnographe comme celui d'un romancier du réel, a mené une réflexion sur le thème espace, temps et culture. Jugeant l'image aussi importante que le texte, il l'a richement illustré pour donner non seulement un nom mais un visage aux personnages du récit et rendre visibles leur habitat, leurs rituels, leur environnement. Si cette pérégrination nous apprend que les relations entre Turkana et Toposa, Toposa et Larim, demeurent marquées par l'hostilité, nous découvrons aussi chemin faisant que la guerre et la précarité matérielle ne détruisent ni l'exubérance, ni la quête du bonheur. Au fond du dénuement, une sérénité : le secret que les hommes et les femmes de ces contrées lointaines nous offrent généreusement de partager. Dès son titre, l'ouvrage renverse les noires perspectives d'Au Coeur des Ténèbres de Joseph Conrad. En ces années où le public ne reçoit du Soudan que les horreurs du Darfour, il paraît bienvenu de rappeler que l'Afrique est aussi faite de joie de vivre, d'humour et de lumière.

    Sur commande
  • "Établis du Sénégal au Cameroun, du Sahel à la lisière tropicale, les Peuls constituent l un des plus importants groupements humains de l Ouest africain. La vallée sèche du Dallol Bosso se situe au Niger, à l est de Niamey.
    Nomades ou semi-nomades, la plupart des Peuls mènent aujourd hui encore la vie pastorale, errante et libre de leurs ancêtres. Malgré l étendue de leur dispersion, ils ont conservé une étonnante homogénéité culturelle."

    Sur commande
  • "Ce livre est le résultat d une collaboration entre chercheurs et écrivains montagnais-innu, québécois, français et le peintre ethnographe André Michel. A travers les textes, les peintures et les objets, nous avons voulu rendre hommage à une nation amérindienne qui, depuis le XVIe siècle, vit une alliance avec la France et parle sa langue, et aussi trenter de faire comprendre au lecteur que le Montagnais-Innu de la fin du XXe siècle ne sont pas des images du passé..."

    Sur commande
  • "Pour accompagner le développement rural en Afrique noire, la coopération française privilégie au Tchad la recherche-action-développement. Celle-ci a débuté en 1992 par une enquête socio-économique de la région du Chari-Baguirmi. Son dépouillement donne des informations géographiques, démographiques, sociales, économiques et juridiques. Le présent ouvrage présente ainsi la population de cette sous-préfecture dans son environnement et ses activités quotidiennes."

    Sur commande
  • "Fileuses de coton, entrepreneurs, maraîchères, commerçantes, institutrices, préfets, tradipraticiennes, fondatrices d'ONG, teinturières, juristes. Mères, filles, soeurs et épouses de Côte d'Ivoire font preuve au quotidien d'un dynamisme, d'un courage et d'une générosité sans bornes. Quel rôle jouent-elles dans la société et quelle chance représentent-elles pour le pays ? Ce livre leur rend un hommage vibrant d'espoir."

    Sur commande
  • Un autre burundi

    Christel Martin

    • Sepia
    • 21 Mars 2000

    Le livre un autre burundi est conçu pour donner une vision actuelle de la société burundaise à la lumière de repères traditionnels et de rappels historiques majeurs.
    Les photographies sont accompagnées de textes extraits du patrimoine oral, proverbes ou berceuses, et de poèmes écrits par des auteurs burundais, inspirés par les images. le burundi est voisin du rwanda, de la tanzanie et de la république démocratique du congo. aujourd'hui, ce petit pays d'afrique est ruiné et isolé par les conflits qui touchent toute la région des grands lacs. l'insécurité, la peur, la vengeance, les effets d'un long embargo, la misère, les camps, le sida, la subsistance dominent le quotidien.
    Pourtant, en silence et dans la souffrance, la population survit à ses crises internes autodestructrices. un autre burundi, témoignage des ressources des burundais, vise donc à encourager l'expression de repères communs appartenant au passé, même douloureux, et à envisager l'avenir, porteur d'espoirs de reconstruction, de paix et de réconciliation.

    Sur commande
  • "Ces ouvrages, consacrés chacun à l'archéologie d'un pays d'Afrique de l'Ouest, sont tous ainsi conçus : une première partie rappelle la définition de l'archéologie, une deuxième partie résume l'état des recherches dans cette région du monde, une troisième partie, enfin, livre dans un langage accessible les résultats des fouilles effectuées dans chaque pays, les orientations actuelles des recherches, les conditions de sauvegarde du patrimoine."

    Sur commande
  • "Portrait de la vie quotidienne du peuple coniagui (habitat et agriculture, tehcniques, société, rituels) composante du groupe tenda établie depuis longtemps à la frontière de plusieurs pays."

    Sur commande
  • " Au départ, en 1985, ce travail se situait dans le cadre d'une histoire des villages dans la province du Poni.
    Histoire des villages à laquelle j'avais pris goût au cours de mes recherches sur les Lobi, car j'avais trouvé qu'elle expliquait beaucoup de choses sur les difficultés que l'on pouvait rencontrer en matière de développement économique et social. [...] " C'est ainsi qu'un beau jour je suis arrivée dans le département de Loropéni. [...] J'ai commencé par faire l'histoire des soixante cinq villages lobi, qui s'est effectuée sans problème.
    J'ai ensuite continué par les trois jula et les trois dogosé, également sans difficultés autres que les distances et les mauvaises pistes. [...] Je suis partie pour faire l'histoire des huit villages gan, comme celle de tous les autres, en commençant par Obiré, capitale du royaume. J'ai été très bien reçue et, outre le roi Dabira, je crois bien que tous les villageois étaient là et que la plupart d'entre eux, sinon tous, n'avaient jamais vu une femme blanche et, qui plus est, une vieille femme !...
    Du jamais vu ! Et, même si personne ne le disait, chacun se posait la question de savoir : " Est-ce qu'elle ne vient pas du pays des ancêtres ? "... J'ai eu beaucoup de succès ce jour-là ! [...] " De manière à pouvoir situer les villages - même approximativement - dans le temps, afin de voir au moins quels étaient les plus récents, je faisais la généalogie de chaque fondateur. Mais je me suis vite aperçue que tous étaient en rapport avec la royauté.
    Les uns, pour un cimetière royal, les autres pour un cimetière princier, d'autres encore parce qu'il s'y trouve l'autel de l'une ou l'autre entité spirituelle en rapport avec la royauté... J'ai donc bien vite compris qu'il fallait changer de stratégie et que, au lieu de partir de la périphérie pour aller vers le centre, il était préférable de partir du centre pour aller vers la périphérie. [...] A partir de là, je me suis trouvé confrontée à cette nécessité - que je n'avais jamais envisagée - de faire d'abord l'histoire des Gan et de leur royauté, pour comprendre ensuite l'histoire de chaque village ".
    Extraits d'une conférence donnée par Madeleine Père à l'Université de Ouagadougou, le 4 mai 2000

    Sur commande
  • Les Tenda, en particulier les Bassari, sont-ils aussi différents de leurs voisins qu'on a longtemps semblé le croire ? Les emprunts linguistiques en faisaient douter, la présence du masque gwanguran et des initiés koré, communs à de nombreuses autres populations, confirme l'influence du monde mandé sur les Tenda.
    L'institution des masques, secrètement révélée à tous les hommes bassari adultes, suppose une autre partie de la société adulte à laquelle cette révélation n'est pas accordée. La connaissance par les initiés de l'humanité des masques les rend-elles incapables de contribuer à manipuler ce pouvoir ? L'hypothèse d'une association des masques et des femmes permettant à l'ensemble de la société bassari de manipuler en sa faveur le pouvoir supra-humain des esprits masqués est-elle crédible ? Des notions analogues se rencontrent-elles dans d'autres populations ouest-africaines ? Plus peut-être que toute autre institution - relations réciproques codifiées à l'intérieur de la famille et du système de classes d'âges, parenté à plaisanterie, échanges matrimoniaux, prestations obligatoires de bière - l'association féconde des femmes et des masques, symboles sublimés de la féminité et de la masculinité, parvient-elle à préserver, dans une Afrique soumise à des influences patrilinéaires croissantes, l'équilibre nécessaire à la survie de cette petite population matrilinéaire, les Bassari ?

  • Je crois que je n'aurais jamais envisagé de publier ces carnets si la situation que connaît actuellement le Dar For ne m'avait pas paru aussi dramatique.
    Il m'a semblé qu'avec ces notations, faites quarante ans auparavant, je pouvais apporter un témoignage sur ces populations actuellement décimées, sur la vie dans ces villages aujourd'hui détruits, sur les problèmes de coexistence qui se posaient alors et qui d'une manière ou d'un autre parvenaient à être réglés par des chefs dont l'autorité était reconnue. Je me suis sentie en dette de dire ce que mon mari et moi, nous avions vu et vécu, qui n'apparaissait pas toujours à travers les livres ou articles que nous avions publiés.

    Sur commande
  • Avant la pénétration de l'islam, dans un pays où on vénère à la fois une puissance suprême, des génies et l'esprit des ancêtres, règne en maître absolu un chef respecté et jamais contesté qui se croit investi de tous les pouvoirs.
    On trouve dans son entourage le forgeron, être ambivalent qui appartient à une caste marginalisée et méprisée mais aussi crainte à cause de ses pouvoirs occultes. Un étrange hôte débarque dans le village : il ne parle pas la langue du pays et il croit en une puissance unique qui a pour nom Allah. C'est un faki, un savant en théologie musulmane qui n'a pour tout compagnon qu'un Coran dont il ne se sépare jamais.
    Chef, faki et forgeron ont chacun leur propre vision des choses. La communauté se divise et, faute de compromis, la guerre éclate.

  • "J'ai rencontré Loceria Lopir dans la basse vallée de l'Omo en 1970. Il fut l'un des mes initiateurs à la langue et à la culture des Nyangatom. L'ami devint écrivain, auteur de ce Journal tenu, au cours de mes absences, entre 1972 et 1976, et il est demeuré, après sa disparition, l'inspirateur de chaque page de ce livre... Le Journal de Loceria nous invite à un voyage déconcertant à la découverte d'une civilisation qu'il a vue menacée de disparaître en même temps que lui-même. - "

    Sur commande
  • « La mort plutôt que la honte » est un dicton répandu au Sahel. La honte est une réalité sociale complexe très éloignée du sens étroit de ce terme tel qu il est compris dans le monde occidental. La crainte de la honte et les efforts pour ne pas s'y exposer guident les moindres moments de la vie quotidienne des habitants du Sahel. De quelle façon ce registre moral essentiel est-il lié à l'histoire de cette région ? Comment influe-t-il sur les conduites personnelles ? Toutes ces questions sont abordées dans ce livre, au travers de situations particulières.

    Sur commande
  • "Ce troisième tome est consacré à la première étape de la mission qui s est déroulée de mars à novembre 1973. Il est une chronique enrichie de photographies qui relate des événements marquants : la scarification d un fier guerrier, Mutya, le frère aîné de Loceria; l éclipse de soleil du 30 juin 1973, dont l annonce et l observation, relayée par les Nyangatom eux-mêmes, ont été des révélateurs des inquiétudes comme des espoirs; un culte de possession dédié à Loporyang, un ""Pouvoir"" venu du Soudan avec son cortège de danses nocturnes et diurnes."

    Sur commande
  • Le tome IV s'ouvre sur le journal tenu par Loceria en août 1973 pendant le voyage au Kenya avec Serge Tornay. la suite du livre est consacré à des événements comme la scarification guerrière de Lominto Loditmoe, le retour des guerriers d'un raid contre les Marile, avec les hommages rendus par les femmes à un guerrier victorieux, un grand rite de deuil familial pour Lewan, la mise en forme d'une corne du boeuf de Loceria, un retour de cueillette des baies d'edome, la cure de Nakali, un sacrifice robe-victime pour entéromancie, la préparation par les femmes d'un festin de viande bouillie et quelques autres souvenirs de la fin de la mission de 1973.

    Sur commande
  • A-t-on jamais fini de découvrir l'Afrique, tant sa diversité est grande : ethnies, mentalités, comportements, croyances et mondes parallèles en grand nombre, qui se côtoient et le plus souvent s'accueillent.
    Car normalement, l'Africain est accueillant, très accueillant malgré sa très grande pauvreté : c'est cela le miracle de l'Afrique, élue pour donner naissance à l'homme et qui considère que tout voyageur qui s'y rend fait un retour aux sources et à la sagesse. Albert Taïeb

  • La région du barrage de bagré va devenir le pôle économique le plus stimulant du burkina faso dès l'an 2000 grâce à son activité hydroagricole et à l'axe commercial vers le ghana et le togo.
    Ce livre permet de connaître la dynamique culturelle et sociale existant avant ces bouleversements. le monde des génies et son cortège fantastique subvertissent les analyses pragmatiques et la période révolutionnaire. l'anthropologie de l'espace rural joue avec le réel et l'imaginaire, le visible et l'invisible, pour dévoiler la richesse d'une culture florissante dans ces villages africains en apparence bien tranquilles.

    Sur commande
  • La vallée de l'Azawagh, entre les massifs de l'Adrar des Ifoghas et de l'Aïr, a donné lieu, dans sa partie nigérienne, à une étude qui a rassemblé de nombreux chercheurs.

    Le premier livre est consacré au peuplement ancien de l'Azawagh et à son environnement. Par une approche multidisciplinaire faisant appel à l'archéométrie, les techniques de la préhistoire, de l'archéologie et de la géologie, les recherches ont visé à éclairer les relations entre l'homme et son environnement à travers les différentes périodes climatiques qui se sont succédées. Dans la description des sites, les vestiges d'industrie, les restes de faune et les récoltes sont analysés : le travail sur le terrain a été complété par une recherche méthodologique poussée en laboratoire sur le matériel recueilli.

    Le second livre porte sur la région d'In Teduq, du Moyen Âge jusqu'à nos jours. Après un bref aperçu sur l'environnement actuel, l'étude de cette grande nécropole a permis de confronter les traditions orales - une ville détruite - aux travaux de terrain. L'archéologie n'a pas confirmé cette tradition, mais a montré un centre religieux important, avec ses tombes et ses mosquées : il s'agit d'un établissement sufi, lieu d'un pèlerinage encore vivant.
    Une recherche sur la toponymie, une étude synthétique de la mise en place des populations actuelles, relient le passé au présent.

    Sur commande
  • Devant la réalité des différences culturelles, nous sommes en général fort dépourvus.
    Pourquoi, à nos yeux, cet ingénieur brésilien ou ce jeune Africain de banlieue ou encore ce responsable japonais se comporte-t-il de façon si singulière ? De même, nos propres conduites ne leur paraissent-elles pas parfois étranges ? De malentendus en quiproquos, partout les incompréhensions rythment les rapports entre groupes sociaux, dans les quartiers comme dans l'arène internationale. Pourtant, la diversité des logiques sociales et culturelles, leur complémentarité, leurs possibilités d'évolution sont au coeur des propositions pour un meilleur dialogue entre les hommes.
    Cet ouvrage, fruit de vingt ans d'expérience, est un véritable - et indispensable - outil d'analyse de la confrontation culturelle pour qui se prépare à vivre à l'étranger ou bien se trouve dans le quotidien en contact avec des personnes de cultures diverses.

    Sur commande
  • Depuis que la terre est ronde.
    L'orient n'est plus une notion géographique : il n'est ni à l'est, ni à l'ouest, il est dans l'ailleurs et dans l'autre, dans le très ailleurs et le très autre, dans l'étrange et dans l'étranger. il est exotisme, exotisme qui se fait science, en habits d'orientalisme ou d'africanisme.
    Né en 1919, à alger, dans un orient colonisé par l'occident, joseph tubiana ne sera jamais tout à fait un occidental.
    Et il deviendra l'orientaliste d'un autre orient: corne de l'afrique, soudan et tchad musulmans, terres où l'aventure - intellectuelle - du chercheur se mêle aux multiples aventures du " terrain ". linguiste et ethnologue, chercheur de plein air autant que grand ami des livres, joseph tubiana méritait donc que le recueil d'hommages qui lui a été dédié porte ce titre en forme de portrait lapidaire : les orientalistes sont des aventuriers.

    Ce liber amicorum regroupe les souvenirs et les témoignages de ceux qui, ethnologues, historiens, linguistes, artistes, etc. , ont voulu lui exprimer leur amitié et leur reconnaissance en une cinquantaine de contributions qui touchent à l'ethiopie et au tchad, mais aussi an soudan, au niger, à la côte d'ivoire.

    Sur commande
  • "En allant parcourir plusieurs villes et villages de Côte d Ivoire, armés de questionnaires, nous avons voulu entendre des citadins de différentes régions, de différentes aires culturelles, de différentes nationalités, de différentes professions, de différents niveaux d instruction, d âges et de sexe différents. Nous avons distribué 1 200 questionnaires, 1 160 nous sont parvenus, révélant autant de vérités, autant de croyances, autant d histoires vécues. - .."

    Sur commande
  • Ce journal est le récit du séjour de l'auteur, ethnographe en Afrique. Il restitue des échanges qui ne pouvaient se réaliser que dans la langue de la population étudiée, les Nyangatom d'Éthiopie. Étant resté en contact pendant près de trente ans avec ces derniers, il a partagé leur quotidien, leurs heurs et malheurs de leur existence. Il a tenté de percer quelques secrets de leur mode de vie et de leurs traditions tout en s'interrogeant sur l'originalité de leur organisation sociale : un système générationnel. Ces témoignages sont illustrés de photographies argentiques.

    Sur commande
empty