L'envers de la dialectique ; Hegel à la lumière de Nietzsche
 / 

L'envers de la dialectique ; Hegel à la lumière de Nietzsche

Résumé

Est-ce qu'on présente l'Odyssée ? Est-ce qu'on présente Don Quichotte ? Pas vraiment. C'est un peu, osons le dire, pour les mêmes raisons qu'on ne devrait pas présenter l'Envers de la Dialectique. L'histoire se recommande d'elle-même au lecteur. Certes, les personnages de cette histoire sont moins fameux que ceux de l'épopée homérique ou de la chevauchée picaresque. Ils ne sont pas moins vivants. En parcourant l'Envers de la Dialectique, le lecteur aura l'impression d'assister au retour d'Ulysse-Nietzsche dans une patrie assiégée par des Don Quichotte prétendant à l'héritage de la dialectique hégélienne. L'Histoire et le retour, tel est le titre que Gérard Lebrun avait d'abord retenu pour cette exploration de l'entreprise hégélienne, à la lumière de Nietzsche. Mais au lieu du massacre des prétendants qui clôt l'Odyssée dans un bain de sang, on assiste à un démontage minutieux. Les rouages de la dialectique et de la philosophie de l'Histoire sont impitoyablement démontés sous les yeux du lecteur. Le résultat est impressionnant : ni plus ni moins une visite guidée des coulisses du théâtre de la philosophie occidentale. Ce travail est consacré à l'examen de thèmes hégéliens, et a pour objet de déterminer avec exactitude en quoi la dialectique hégélienne est un relais de la métaphysique.

Avis des internautes

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

  • EAN 9782020577977
  • Disponibilité Disponible
  • Nombre de pages 376 Pages
  • Longueur 21 cm
  • Largeur 14 cm
  • Épaisseur 3 cm
  • Poids 385 g
  • Distributeur Interforum

Rayon(s) : Sciences humaines & sociales > Philosophie > Philosophie contemporaine

Gérard Lebrun

  • Naissance : 1-1-1930
  • Décès :1-1-1999 (Mort il y a 20 ans à l'âge de 69 ans)

Gérard Lebrun (1930-1999), a partagé sa vie de professeur de philosophie entre l'université d'Aix en Provence et celle de São Paulo (Brésil). Vénéré de ses étudiants pour ses cours qui étaient préparés comme des œuvres d'art, il est surtout connu pour ses travaux d'histoire de la philosophie allemande : Kant et la fin de la métaphysique (« Le livre de poche »), La Patience du concept : essai sur le discours hégélien (Gallimard), L'Envers de la dialectique : Hegel à la lumière de Nietzsche (Seuil) et Kant sans kantisme (Fayard).

empty