Oeuvres inedites

À propos

Personnage hors du commun, mondain, fêtard, ouvertement bisexuel, mais aussi travailleur acharné, pro-européen, solitaire, Crevel, qui se suicide à l'âge de 35 ans restera un mystère pour ses contemporains.
Ses écrits, généralement rédigés à la première personne, sont d'une grande force évocatrice. Le roman inédit mystérieusement caché dans une collection privée et proposé dans ce livre, révèle toute la révolte de cet homme engagé notamment dans la lutte contre les fascismes et l'immobilisme politique.
Des correspondances inédites présentées dans leur ordre chronologique par Alexandre Mare, jeune chercheur spécialiste de l'époque dadaïste et surréaliste, sont accompagnées d'une introduction et d'un appareil critique solides. Ces échanges avec ses amis, ses éditeurs mais surtout avec Tota Cuevas, maitresse de ses dernières années avec qui celui-ci partage ses peurs, ses angoisses ses amours, ses combats, permettent de cerner mieux encore cet écrivain à la sensibilité à fleur de peau. Cette correspondance qui demeurait introuvable jusqu'à aujourd'hui est un événement.
Ces lettres présentées par dans leur ordre chronologique par Alexandre Mare, jeune chercheur spécialiste de l'époque dadaïste et surréaliste et commissaire d'expositions à la Villa Noailles, sont accompagnées d'une introduction et d'un appareil critique solide. L'ouvrage se lit à la manière d'un journal intime, permettant ainsi de rentrer dans l'intimité d'un écrivain qui marqua des générations de lecteurs et fût un modèle non seulement d'intégrité intellectuelle mais aussi de renouveau littéraire.



Rayons : Littérature générale > Littérature argumentative > Essai littéraire

  • EAN

    9782021034356

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    400 Pages

  • Longueur

    22 cm

  • Largeur

    14.5 cm

  • Épaisseur

    2.5 cm

  • Poids

    470 g

  • Distributeur

    Mds

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

René Crevel

René Crevel (1900-1935). Dadaïste, surréaliste, communiste, révolutionnaire, homosexuel, toxicomane, tuberculeux, de tous les créateurs de l'entre-deux guerres, René Crevel a sûrement eu la trajectoire la plus rayonnante, la plus exigeante, la plus brûlante qui soit. Après l'aventure dadaïste, il rejoint André Breton et le groupe surréaliste et, bien que très critique à l'égard du mouvement, il en devient l'un de ses acteurs exemplaires. Par la suite, il adhère au Parti communiste et travaille à un rapprochement entre communisme et surréalisme, notamment à l'occasion du Congrès international pour la défense de la culture, mais son échec, s'ajoutant à l'aggravation de sa maladie (une tuberculose rénale) le conduit au suicide. L'ensemble de son ½uvre : Détours (1924), Mon corps et moi (1925), La Mort difficile (1927), Babylone (1927), Êtes-vous fous ? (1929), Les Pieds dans !e plat (1933) définit le récit surréaliste comme un genre refusant les conventions
romanesques, mêlant l'obsession autobiographique au désespoir et à la révolte, accordant la création artistique et l'action révolutionnaire par la subversion de l'écriture. Ses attaques radicales contre la société bourgeoise, incarnée par sa mère, se retrouve exaltées dans ses essais polémiques (L'Esprit contre la raison, 1927 ; Le Clavecin de Diderot, 1932) où il revendique la libération du désir, s'efforçant d'articuler le marxisme à la psychanalyse.

empty