Poésies documentaires complètes Poésies documentaires complètes
Poésies documentaires complètes
Poésies documentaires complètes
 / 

Poésies documentaires complètes (préface Francis Lacassin)

À propos

«La somme réunie en 1954 sous le titre Poésies documentaires complètes a été composée pour l'essentiel de 1919 à 1925 ; de la fin de la guerre à la célèbre exposition des Arts Décoratifs. Elle s'articule autour des cinq grands poèmes ou recueils : L'Inflation sentimentale (1923), devenu Inflation sentimentale ; Simone de Montmartre (1924) ; Abécédaire des filles et de l'enfant chéri (1924), devenu Abécédaire ; Boutiques (1925) ; Boutiques de la foire (1925), devenu Fêtes foraines. [...] Période de transition, de mutation, de rupture entre l'ancien monde détruit par la guerre et le nouveau qui cherche à émerger de ses ruines. Elle se caractérise par une fièvre de modernisme d'abord sensible avec la promotion de médias nouveaux ou récents : cinéma, photographie, T.S.F., phonographe que Mac Orlan est l'un des premiers à introduire dans l'espace poétique. [...] La poésie de Mac Orlan ne fait qu'enregistrer la mutation des moeurs et le brassage social et cosmopolite entraîné par la première guerre. "Ici la reine Dactylo se mêle comme l'eau tiède au vin généreux des hommes" (Inflation sentimentale). La gigolette de Bruant a fait place à la garçonne aux cheveux courts et coiffés d'une cloche de feutre noir, comme un casque guerrier. Derrière elle le champ de la poésie s'ouvre à des personnages jusque-là confinés dans le roman ou la rubrique des faits divers.» Francis Lacassin.



Rayons : Littérature générale > Poésie

  • EAN

    9782070322282

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    224 Pages

  • Longueur

    17.8 cm

  • Largeur

    10.8 cm

  • Épaisseur

    1.5 cm

  • Poids

    180 g

  • Distributeur

    Sodis

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Pierre Mac Orlan

Né en 1882, après une enfance passée entre Orléans et Rouen, Mac Orlan entre à l'école Normale d'instituteurs de Rouen qu'il abandonne un an plus tard et part s'installer à Montmartre. Il y vit quelques années de bohême, rédigeant des poèmes et chansons et s'essayant à la peinture. En 1912, il publie son premier roman, La Maison du retour écoeurant. Ses premiers succès datent des années 1920 : Marguerite de la Nuit (1924), Quai des Brumes (1927). En 1950, il est élu membre de l'Académie Goncourt. Il meurt à Saint-Cyr-sur-Morin en 1970.

empty