Le projet fanon Le projet fanon
Le projet fanon Le projet fanon
 / 

Le projet fanon

Traduction BERNARD TURLE  - Langue d'origine : ANGLAIS (ETATS-UNIS)

À propos

Frantz Fanon, médecin psychiatre d'origine martiniquaise, se rangea d'abord aux côtés de la France libre puis combattit avec le FLN pour la libération de l'Algérie. Il consacra sa courte vie à la lutte pour la libération des peuples opprimés.
Cette oeuvre inclassable de John Edgar Wideman se situe à mi-chemin entre le roman et l'essai.
Il mêle une rêverie biographique sur Fanon à un embryon de fiction sur un romancier recevant par coursier une tête coupée dans le New York de l'après 11 Septembre. Il y ajoute également des fragments de sa propre vie où il évoque sa mère, son frère incarcéré à perpétuité, sa compagne française. Tous ces fils s'entremêlent pour produire une réflexion sur l'histoire moderne et contemporaine, l'héritage de l'esclavage, de la colonisation, des rapports entre riches et pauvres, tout en essayant de dépasser une fois pour toutes le clivage racial.C'est aussi un récit qui présente une véritable méditation sur l'écriture en train de se faire, la démarche et les difficultés du travail d'auteur.
L'ensemble est servi par une écriture essentiellement musicale, par un réseau d'images qui ont une incroyable force de frappe. Lire ce récit, c'est mesurer à quel point tant d'essais réalisés sur ce thème sont convenus, ternes, en quelque sorte. Tout fait sens et se répond. On entend une voix dont la rage est moins violence que douleur.
Une fois de plus, John Edgar Wideman démontre tout son talent de poète et nous fait redécouvrir un penseur crucial à l'heure où le passé colonial constitue une question brûlante.Ce livre urgent et fiévreux vient nourrir et éclairer le débat.

Sommaire

Cette oeuvre inclassable de John Edgar Wideman se situe à mi-chemin entre le roman et l'essai.
Il mêle une rêverie biographique sur Fanon à un embryon de fiction sur un romancier recevant par coursier une tête coupée dans le New York de l'après 11 Septembre. Il y ajoute également des fragments de sa propre vie où il évoque sa mère, son frère incarcéré à perpétuité, sa compagne française. Tous ces fils s'entremêlent pour produire une réflexion sur l'histoire moderne et contemporaine, l'héritage de l'esclavage, de la colonisation, des rapports entre riches et pauvres, tout en essayant de dépasser une fois pour toutes le clivage racial.C'est aussi un récit qui présente une véritable méditation sur l'écriture en train de se faire, la démarche et les difficultés du travail d'auteur.
L'ensemble est servi par une écriture essentiellement musicale, par un réseau d'images qui ont une incroyable force de frappe. Lire ce récit, c'est mesurer à quel point tant d'essais réalisés sur ce thème sont convenus, ternes, en quelque sorte. Tout fait sens et se répond. On entend une voix dont la rage est moins violence que douleur.
Une fois de plus, John Edgar Wideman démontre tout son talent de poète et nous fait redécouvrir un penseur crucial à l'heure où le passé colonial constitue une question brûlante.Ce livre urgent et fiévreux vient nourrir et éclairer le débat.
Traduit de l'anglais par Bernard Turle

Rayons : Littérature générale > Romans & Nouvelles

  • EAN

    9782070786350

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    352 Pages

  • Longueur

    20.5 cm

  • Largeur

    14 cm

  • Épaisseur

    2.4 cm

  • Poids

    345 g

  • Distributeur

    Sodis

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

empty