LQI, notre langue quotidienne informatisée

À propos

« J'ai tenu ce journal au début des années 2020, quand on pouvait encore faire la différence entre la parole et la communication. Mais déjà, dans beaucoup de situations, on n'y voyait plus très clair. » Psychanalyste de métier, Yann Diener pioche dans le langage courant des mots et des expressions venus du jargon informatique, tels que « Pendant toute mon enfance j'ai fait l'interface entre mes parents » ; « Je suis déconnecté de ma famille » ; « Je dois me connecter mais je n'ai pas le code pour ouvrir ma session ». Autant de formules utilisées uniquement par des informaticiens il y a quelques années. Yann Diener tente de mesurer les conséquences individuelles et collectives de ce glissement de la parole vers le langage machine, lequel est fondé sur un codage binaire.
Digicodes, codes de messageries, mots de passe, cryptogrammes : nous passons beaucoup de temps à « saisir » des codes. Et quand nous utilisons nos ordinateurs et nos téléphones, nous ne remarquons plus que nous faisons « tourner » des lignes de code.
Cette enquête nous conduit au cas du mathématicien Alan Turing et à la machine utilisée par les nazis pour coder leurs communications militaires. L'auteur propose une hypothèse originale : nous vivons sous le régime d'un trauma nommé Enigma. Nous passons notre temps à répéter une opération de codage et de décodage que la lutte entre Turing et les cryptologistes allemands avait inaugurée - Turing en était sorti vainqueur en inventant l'ordinateur. Le fantôme d'Enigma vient ainsi hanter notre monde numérisé.
En philologue de notre modernité, l'auteur montre les racines communes entre le vocabulaire théologique et la LQI, la langue quotidienne informatisée : au XVe siècle, il était question de « Dieu ordinateur du monde », au sens de Dieu mettant de l'ordre dans le monde. Dans LTI - La langue du IIIe Reich, Victor Klemperer montrait comment la mécanisation de la langue allemande avait permis de mécaniser la pensée et de banaliser des actes déshumanisés ; Yann Diener dévoile dans ce livre comment l'informatisation du langage rend notre pensée toujours plus binaire, ce qui participe de l'actuelle surenchère identitaire.



Sommaire

1 - Une contagion d'oublis.
2 - Alan Turing comme vous et moi.
3 - Un trauma nommé Enigma.
4 - Un cauchemar, cette nuit.
5 - Katholikós ex machina.
6 - Parlez-vous binaire ?
7 - Tous F84.5.
8 - Langage machine partout.
9 - Où sont les corps ?
10 - La grève du codage.
11 - Jargonaphasie.
12 - Un vilain méchant robot (Les noms du père).

Rayons : Sciences humaines & sociales > Sciences du langage > Sciences de l'information et de la communication (SIC) > Ecoles / Courants / Thèmes

  • EAN

    9782251452784

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    120 Pages

  • Longueur

    19 cm

  • Largeur

    12.5 cm

  • Épaisseur

    1 cm

  • Poids

    124 g

  • Distributeur

    Belles Lettres

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Yann Diener

Yann Diener, psychanalyste à Paris, a
publié On agite un enfant (La fabrique,
2011), et Des histoires chiffonnées
(Gallimard, 2019). Il est chroniqueur à
Charlie Hebdo.

empty