Fermeture exceptionnelle : les livres papiers ne peuvent être achetés en librairie

Le kéké de la République
 / 

Le kéké de la République

,

À propos

"Est-ce que je serai à la hauteur ?" Quand il quitte l'Elysée ce dimanche 14 octobre 2018, Christophe Castaner n'a que cette question en tête. Dans deux jours, il sera officiellement nommé ministre de l'Intérieur. Un "kéké" derrière le grand bureau de Cambacérès? Gouailleur et tapageur, cet ambitieux camouflé derrière une rondeur toute pateline saura-t-il rassurer comme premier flic de France ? Le voilà qui touche du doigt son rêve, après 30 ans d'une carrière politique longtemps anonyme. Et comme toujours, une foule de doutes l'assaille. De la fierté, aussi. Et de l'émotion, lorsqu'il communique à sa famille la date et l'heure de la passation de pouvoirs. Quelle revanche ! Sur une enfance morose, dans l'ombre pesante du père. Sur une éducation façon mauvaise herbe, aux tables de poker de Manosque, dans le sillage des voyous. Un chemin redevenu droit par la grâce d'une rencontre, celle de son épouse Hélène. Et par la force que résilience et persévérance confèrent aux auto-didactes. Revanche, enfin, sur une ascension laborieuse dans les arcanes de l'appareil socialiste, parsemée de petites et grandes humiliations. Sa meilleure intuition, il l'aura eu à 50 ans, en s'encordant à Emmanuel Macron avant l'élection présidentielle. Castaner sait encore repérer les mains gagnantes. Et puis, ce jeune ministre dont il est si différent, il en est un peu tombé amoureux. C'est lui qui le dit. Alors qu'importe s'il n'est pas du tout premier cercle des Macron boys, toujours un peu à la marge, solitaire: il a le pied dans la porte. Porte qu'il achève d'ouvrir à la force du poignet, s'imposant dans les déplacements de campagne et sur les plateaux télé d'abord, au coeur du pouvoir ensuite. Il est désormais au centre du jeu, en pleine lumière, carburant de tous les grands narcissiques. À Beauvau, donc. Premier flic sous escorte du spécialiste Laurent Nunez, Castaner s'emploie à se faire aimer des policiers, notamment durant la crise des Gilets jaunes : primes et main de fer face aux manifestants. De là à faire oublier sa gestion chaotique et contestée de ces samedis de tourmente, ses multiples bourdes ou encore sa tonitruante virée en boîte de nuit. Christophe Castaner est aussi clinquant dans ses coups d'éclats que dans ses faux pas.

Avis des internautes

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

Rayons : Sciences humaines & sociales > Sciences politiques & Politique > Vie politique française > Hommes / Femmes politiques

  • EAN

    9782259282796

  • Disponibilité

    Disponible

  • Longueur

    23 cm

  • Largeur

    14 cm

  • Épaisseur

    2 cm

  • Poids

    350 g

  • Distributeur

    Interforum

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Pauline Theveniaud

  • Pays : France
  • Langue : Francais

Pauline Théveniaud est reporter au service Politique du Parisien, chargée de la couverture de l'Élysée, après avoir suivi la campagne d'Emmanuel Macron depuis le lancement d'En Marche en avril 2016. Entrée au Parisien au printemps 2010, elle a été reporter dans les éditions départementales et pour le site web, avant de rejoindre le service Politique.

Jeremy Marot

Jérémy Marot est reporter au service politique de l'Agence France Presse (AFP), chargée du suivi de La République en marche, après avoir couvert la campagne présidentielle d'Emmanuel Macron depuis octobre 2016. Entré à l'AFP en 2008 par le service des sports, il a été en charge de la rubrique rugby et a couvert les jeux Olympiques de 2012 et 2016.

empty