Autodafés : L'art de détruire les livres

À propos

Omerta, chasse aux sorcières et calomnie...Qui donc organise la censure par le silence, promeut de mauvais livres par la connivence idéologique, organise la désinformation par le discrédit ?Ce dernier demi-siècle a connu de grandes polémiques où la pensée dominante a défendu les idéologies qui lui servent de fondations : le maoïsme que Simon Leys démontait dans Les Habits neufs du président Mao (1971) ; le marxisme que renversait L'Archipel du Goulag (1973) de Soljenitsyne ; l'antiracisme que Paul Yonnet dénonçait dans Voyage au centre du malaise français (1993) ; l'impérialisme islamiste dont Samuel Huntington prophétisait la menace dans Le Choc des civilisations (1996) ; la psychanalyse que ridiculisait Le Livre noir de la psychanalyse (2005) ; le mythe d'un islam civilisateur de l'Occident que décomposait Aristote au mont Saint-Michel (2008) de Sylvain Gouguenheim.Michel Onfray raconte l'histoire de ce qu'Orwell, dans 1984, nommait les «crimes par la pensée».


Rayons : Littérature > Littérature argumentative > Essai littéraire


  • Auteur(s)

    Michel Onfray

  • Éditeur

    J'Ai Lu

  • Distributeur

    Union Distribution

  • Date de parution

    14/06/2023

  • Collection

    Document

  • EAN

    9782290373774

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    160 Pages

  • Longueur

    17.7 cm

  • Largeur

    11 cm

  • Épaisseur

    0.9 cm

  • Poids

    90 g

  • Support principal

    Poche

Michel Onfray

Michel Onfray est docteur en philosophie ; il a créé l'Université populaire de Caen.
Il a publié une trentaine d'ouvrages dans lesquels il propose une théorie de l'hédonisme : que peut le corps ? En quoi est-il un objet philosophique de prédilection ? Comment penser en artiste ? De quelle manière installer une éthique sur le terrain de l'esthétique ? Quelle place laisser à Dionysos dans une civilisation tout entière soumise à Apollon ? Quelles relations entretiennent l'hédonisme éthique et l'anarchisme politique ?
Edité onze fois dans les éditions du Livre de Poche, il est traduit en quelque treize langues, dont le japonais, le chinois, le serbe et le coréen. L'un de ses derniers titres, Le traité d'athéologie (Grasset - 2005) s'est vendu à plus de cent mille exemplaires. Il a également publié en 2002 « Splendeur de la catastrophe » consacré à Vladimir Velickovic, aux éditions Galilée

empty