Nantes, le passager du Jules Verne

À propos

Novembre 1989 : le train grand confort Jules Verne, parti de Nantes à 6 h 17, entre en gare Montparnasse à 9 h 12. Qu'elle n'est pas la stupeur du contrôleur lorsqu'il découvre un homme mort étranglé, dans les toilettes verrouillées de l'intérieur de la voiture 13. Selon sa carte d'identité, la victime habite à Nantes, 3 rue de l'Abreuvoir, une adresse disparue. Pire ! L'état civil déclare l'homme mort en 1943. L'autopsie écarte le suicide et retrouve des émeraudes dans son estomac ! De la chute du mur de Berlin aux bombardements de Nantes, du passage Pommeraye au pont de La-Motte-Rouge, Anconi poursuit l'assassin de ce passager inconnu. Pas facile !
Médecin hospitalier, Rémi Devallière a soigné les maux les plus graves ; désormais en retraite à Pornichet, il écrit, avec passion, se plaisant à choisir les mots les plus appropriés pour ses histoires. Nouer des intrigues n'est-il pas le pendant d'une démarche médicale bien conduite ? Si les instruments de l'exercice en sont différents, le plaisir de parvenir à un résultat satisfaisant est bien le même. Et obtenir les aveux du coupable ne relève-t-il pas du même défi que poser un bon diagnostic ?

Rayons : Policier & Thriller > Policier

  • Auteur(s)

    Rémi Devallière

  • Éditeur

    Bargain

  • Distributeur

    Soleils Diffusion

  • Date de parution

    18/05/2020

  • Collection

    Enquetes & Suspense

  • EAN

    9782355502927

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    360 Pages

  • Longueur

    18 cm

  • Largeur

    11 cm

  • Poids

    740 g

  • Support principal

    Poche

Infos supplémentaires : Broché  

Rémi Devallière

Après plusieurs décennies passées, comme médecin hospitalier, à soigner les maux les plus graves, Rémi Devalliere, désormais en retraite à Pornichet, se plaît à choisir les mots les plus appropriés pour ses histoires. L'hiver, ou lorsque la mer n'est pas navigable, il écrit, avec passion. Nouer des intrigues n'est-il pas le pendant d'une démarche médicale bien conduite ? Si les instruments de l'exercice en sont bien différents, le plaisir de parvenir à un résultat satisfaisant est bien le même. Et les aveux du coupable ne relèvent-ils pas du même défi qu'un diagnostic bien posé ?

empty