Tempus perfectum t.5; aux sources de la musique de film ; le film d'art, l'assassinat du duc de guise et camille saint-saens Tempus perfectum t.5; aux sources de la musique de film ; le film d'art, l'assassinat du duc de guise et camille saint-saens
Tempus perfectum t.5; aux sources de la musique de film ; le film d'art, l'assassinat du duc de guise et camille saint-saens Tempus perfectum t.5; aux sources de la musique de film ; le film d'art, l'assassinat du duc de guise et camille saint-saens
 / 

Tempus perfectum t.5; aux sources de la musique de film ; le film d'art, l'assassinat du duc de guise et camille saint-saens

À propos

Philippe Gonin nous propose de revenir sur les circonstances de la naissance de la première musique de film, dont 2008 a marqué le centenaire. La musique de L'Assassinat du duc de Guise, film réalisé par André Calmettes et Charles Le Bargy, est écrite par un compositeur alors au faîte de sa gloire et des honneurs, Camille Saint-Saëns (1835-1921).
L'article de Philippe Gonin nous révèle en filigrane l'importance de la musique dans le processus de création d'un film, qu'il soit muet, comme L'Assassinat du duc de Guise en 1908, ou parlant, comme dans de nombreux films dont la musique fait désormais partie de notre mémoire collective - qu'il s'agisse de compositions originales comme dans Docteur Jivago, Psychose ou, plus récemment, la saga Star Wars, ou de reprises de musiques célèbres comme aimait à le faire le réalisateur Stanley Kubrick dans Orange mécanique, 2001, l'odyssée de l'espace ou encore Barry Lyndon, films pour lesquels on ne saurait dire si la musique sublime les images et le propos ou l'inverse. Il court d'ailleurs une anecdote à propos de Psychose d'Alfred Hitchkock, lequel était apparemment déçu par son film. Le compositeur Bernard Hermann lui aurait alors répondu : " Attendez, je n'ai pas encore composé la musique ! " On sait le succès qu'obtinrent le film d'Hitchkock et la musique d'Hermann, désormais indissociablement liés.
Il est a noter que la composition musicale pour l'image (cinéma ou publicité) tend à se développer comme discipline enseignée dans les conservatoires de musique, ce qui prouve qu'écrire pour le cinéma n'est plus un " second choix " pour un compositeur, mais un véritable métier de création.

Rayons : Arts et spectacles > Arts et spectacles

  • EAN

    9782364850040

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    28 Pages

  • Longueur

    29.7 cm

  • Largeur

    21 cm

  • Épaisseur

    0.2 cm

  • Poids

    100 g

  • Distributeur

    Symetrie

  • Support principal

    Revue

Philippe Gonin

  • Naissance : 10-6-1965
  • Age : 55 ans
  • Pays : France
  • Langue : Francais

Né en 1965, Philippe Gonin est agrégé d'éducation musicale, docteur en musicologie (thèse consacrée à Paul Le Flem), guitariste et arrangeur. Il débute ses études musicales au C.N.R. de Lyon puis, après l'obtention de son baccalauréat, intègre l'université Lumière-Lyon 2 en musicologie. Il reçoit les conseils de Jean-Rémy Julien et de Daniel Kawka qui dirigera ses travaux de recherches. C'est Bernard Fort qui, dans le cadre de son cours de composition dispensé à l'École nationale de musique de Villeurbanne, guidera ses premiers pas en composition acousmatique.
Chargé de cours à l'université Lumière-Lyon 2 pendant près de dix ans, il y enseigne l'histoire de la musique contemporaine et l'esthétique avant d'obtenir un poste au sein du département de musicologie de l'université de Bourgogne (Dijon), où il se voit confier les pratiques musicales collectives, l'analyse et le cours d'informatique appliquée. Son catalogue d'oeuvres musicales comporte pour l'essentiel des pièces électroacoustiques.

Le premier chapitre est disponible PDF
empty