Restos humanos Restos humanos
Restos humanos Restos humanos
 / 

Restos humanos

Traduction JEAN-MARIE SAINT-LU  - Langue d'origine : ESPAGNOL (MEXIQUE)

À propos

Chaque matin, Empédocles se rend au marché. Là, bravant les insultes et les jets de tomates pourries, ce « saint laïc » autoproclamé se lance dans un de ses fameux prêches.

C'est que l'énergumène croit dur comme fer à sa seule et unique cause : rendre ses semblables meilleurs.
Entre un sermon sur la vertu aux prostituées du bordel voisin, une parabole sur la piété filiale au fils junkie des poissonniers et l'absolution des fautes de Childeberto, géant libidineux à l'oeil fou, rien ne saurait le détourner de sa mission sur terre.
Rien, si ce n'est son diable de frère. Un manipulateur cynique, prêt à toutes les horreurs pour prendre le contrôle de la ville et qui le contraint bientôt à un étrange trafic.

?Et le pauvre Empédocles de comprendre à ses dépens que dans un monde où tout semble déjà perdu, même le plus charitable des hommes ne saurait s'obstiner à vouloir changer la nature humaine.

Rayons : Littérature générale > Romans & Nouvelles

  • EAN

    9782714457240

  • Disponibilité

    Indisponible

  • Nombre de pages

    198 Pages

  • Longueur

    22.5 cm

  • Largeur

    14.1 cm

  • Épaisseur

    1.7 cm

  • Poids

    277 g

  • Distributeur

    Interforum

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Jordi Soler

Jordi Soler est né en 1963 près de Veracruz, au Mexique, dans une communauté d'exilés catalans fondée par son grand-père à l'issue de la guerre civile espagnole. Il a vécu à Mexico puis en Irlande avant de s'installer à Barcelone en 2005 avec sa femme, franco-mexicaine, et leurs deux enfants. Il est reconnu par la critique espagnole comme l'une des figures littéraires les plus importantes de sa génération. Quatre de ses livres ont été traduits en français : Les Exilés de la mémoire, La Dernière Heure du dernier jour, La Fête de l'ours et dernièrement Dis-leur qu'ils ne sont que cadavres (Belfond, 2013).

empty