Ni vues ni connues ; Panthéon, Histoire, mémoire : où sont les femmes ?

Donnez votre avis

Sur 2 avis clients

 / 

Ni vues ni connues ; Panthéon, Histoire, mémoire : où sont les femmes ?

Liste

Les femmes ne sont pas au Panthéon (4 seulement), ni dans les livres d'histoire. À en croire nos manuels scolaires, l'histoire a été faite à 90 % par des hommes, les grandes découvertes, l'art, la philosophie, les maths seraient des domaines réservés aux garçons et les femmes seraient avant tout les « femmes de ». Dans Ni vues ni connues, Gerogette Sand cherchent à redonner aux femmes leur place dans l'histoire, à travers le parcours de 80 d'entre elles, dans des domaines aussi variés que les sciences, les arts ou encore la politique. Toutes ne sont pas incconnues du grand public, mais sont elle ne le sont que partiellement ou pour de « mauvaises raisons ». Mais il s'agit ici aussi de décrire les mécanismes qui font qu'on ne voit pas les femmes : la famille, la loi, le contexte religion mais aussi les amours, le sentiment d'imposture ou une trop grande modestie sont autant de carcans qui font l'invisibilisation. Ces femmes ne sont pas toutes des pionnières, certaines ont des parcours assez ordinaires, qui auraient pu être extraordinaires si elles n'avaient pas été entravées. Un livre écrit avec humour et pédagogie pour analyser les raisons qui font que dans sa propre vie, on accepte une forme, ou deux, ou trois, d'invisibilisation. Et ainsi aider les jeunes et les moins jeunes à ne pas tomber dans le piège : c'est un livre d'empowermeufisme ! À l'intérieur : 80 biographies illustrées Classées en 7 catégories : artistes / autrices, intellectuelles / femmes de pouvoir / militantes, scientifiques/exploratrices / méchantes / religieuses.

Grand format - 17.00 €

En stock dans 10 librairies Choisir ma librairie

Autres informations

  • EAN 9782755635393
  • Disponibilité Disponible
  • Nombre de pages 254 Pages
  • Longueur 21 cm
  • Largeur 15 cm

Biographie

Collectif Georgette Sand - Le collectif se crée en 2013 autour de la question : Faut-il vraiment s'appeler George pour être prise au sérieux ? Travaillant sur la représentation des femmes dans l'espace public, les droits économiques et la santé des femmes, il promeut le mentorat féminin, l'#empowermeuf et propose une alternative aux codes de genre (concours d'insultes non sexistes, lancement du parfum « l'homme féministe »...). Georgette Sand a lancé en 2014 la médiatique campagne sur la taxe rose.ÿÿ11 500 suivent les Georgette sur Facebook et 3000 sur Twitter.

empty