Amour, sexe et chasteté Amour, sexe et chasteté
Amour, sexe et chasteté Amour, sexe et chasteté
 / 

Amour, sexe et chasteté

À propos

Que l'amour et la chasteté soient des expériences tournées vers la spiritualité, chacun peut le percevoir. Que le sexe y soit associé est inhabituel. Il fallait la liberté de Krishnamurti pour éclairer ces trois expériences de la même lumière spirituelle.
Dans toute relation de couple, la question de l'amour se pose autant que celle du sexe. Pour Krishnamurti, il ne s'agit pas de nier toute pulsion sexuelle, mais d'éviter que l'assouvissement tourne à un rapport de domination.
De même, la chasteté ne devrait pas être une question de contrainte mais de contexte, libre de son idéalisation par la pensée. Car la pensée est à l'origine de nos clivages. Réaliser cela offre un accès à la perception de ce qui est. C'est dans le silence de cette « conscience sans choix » qui ne juge ni ne condamne que jaillit l'amour.

Rayons : Religion & Esotérisme > Esotérisme > Occultisme > Maîtres spirituels

  • EAN

    9782757841945

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    224 Pages

  • Longueur

    17.8 cm

  • Largeur

    10.9 cm

  • Épaisseur

    1.3 cm

  • Poids

    132 g

  • Distributeur

    Interforum

  • Support principal

    Poche

Jiddu Krishnamurti

Né en Inde en 1895, Jiddu Krishnamurti fut très jeune pris en charge par la Société théosophique, qui voyait en lui le futur « Instructeur du monde » dont elle avait proclamé la venue. Mais, progressivement, Krishnamurti fit preuve d'une indépendance d'esprit qui le conduisit en 1929 à se détacher de tout ordre religieux. Il apparut alors comme un penseur de grande envergure, intransigeant et inclassable. Jusqu'à sa mort, en 1986, il rejeta obstinément le statut de gourou que certains voulaient lui faire endosser. Ses entretiens et dialogues, son journal et ses lettres ont été rassemblés en plus de soixante volumes. Isabelle Clerc, auteur et journaliste, est l'auteure de Krishnamurti, figure de la liberté (Points Seuil, 2011).

empty