Hombres / chair
 / 

Hombres / chair

À propos

Que disait Baudelaire ? " Tu m'as donné de la boue et j'en ai fait de l'or.
" Dans son introduction au Discours sur le peu de réalité, André Breton ajoutait : " je cherche l'or du temps. " Cet or philosophal, nous l'avons trouvé. Le voici, dans son écrin rouge et noir, sous la forme de blocs de métal précieux à l'état natif. Si l'écrivain fait oeuvre d'alchimiste, c'est dans le laboratoire secret de son écriture que se cachent les plus beaux spécimens de ses transmutations. L'Or du temps offre un accès direct à des manuscrits d'exception, enrichis de l'apparat critique nécessaire à un tel privilège : lire le texte in statu nascendi.
Voici deux recueils stupéfiants, Hombres et Chair, que Paul Verlaine nous a légués à l'état d'autographe, encore hérissés de ratures, tels qu'il venait de les achever, comme une sorte de testament. Ces textes flamboyants, restés inédits de son vivant, ne sont pas seulement des oeuvres majeures. Ce sont des coups de force d'une extrême dissidence qui révolutionnent l'image de l'oeuvre, aux antipodes de Sagesse.
De quoi s'agit-il ? D'un cri d'amour au masculin avec Hombres, d'une sanctification du sexe féminin avec Chair.

Rayons : Littérature générale > Poésie

  • EAN

    9782845973459

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    200 Pages

  • Longueur

    28 cm

  • Largeur

    21 cm

  • Épaisseur

    2.7 cm

  • Poids

    1 264 g

  • Distributeur

    Union Distribution

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Relié  

Paul Verlaine

1844-1896
La famille de Verlaine appartient à la petite bourgeoisie: son père, comme celui de Rimbaud, est capitaine dans l'armée. Il naît à Metz et fait ses études à Paris. Puis, il est employé à l'Hôtel de Ville. Il collabore au premier Parnasse (1866) et fréquente cafés et salons littéraires parisiens. En 1870, il épouse Mathilde Mauté avant de rencontrer Rimbaud. Il quitte alors son épouse pour suivre le jeune poète en Angleterre et en Belgique. En 1873, il le blesse d'un coup de revolver et est condamné à deux ans de prison qu'il purge à Bruxelles et à Mons. A sa sortie, il se rend à nouveau en Angleterre, puis à Rethel et exerce une charge de professeur.
En 1894, il est couronné "Prince des Poètes" et doté d'une pension. Usé prématurément, il partage son temps entre le café et l' hôpital. Il meurt dans la misère en 1896, à Paris.
Verlaine demande à la poésie d'être un chant discret et doux, traduisant des impressions indécises. En 1896, il s'est rallié au symbolisme que venait de lancer Moréas.

empty