L'attrait des cafés L'attrait des cafés
L'attrait des cafés L'attrait des cafés
 / 

À propos

Transparence de sa baie vitrée, reflets du flipper et chromage des machines à bière et à boissons chaudes, le café multiplie les éclatements et les faux raccords dans notre environnement. Seuil entre un espace public, celui de la rue et de la ville, et un espace privé et intime, celui de nos habitudes et de nos trajets quotidiens, le café devient un espace-tampon qui déréalise le monde et nous déporte sans cesse. Ce café-mobile qui reflète les heures de la journée et les saisons de l'année, qui échappe aux grandes institutions et qui reste confiné à la précarité du quotidien, a permis au cinéma d'ouvrir les écrans aux « petits riens » de l'existence qui font l'air du temps. Et ce n'est pas un hasard si le café-bistrot devient le décor non théâtral privilégié du cinéma de la Nouvelle Vague. Le café, lieu de déperdition de la jeunesse, de la paresse et de l'oisiveté, du temps qui passe et du temps perdu, devient le catalyseur parfait d'un cinéma qui se détourne de l'action et s'ouvre à une sentimentalité de comptoir. Le cinéma y devient un cinéma d'ambiance - de cette couleur changeante, de cette sorte de longueur d'onde ou de vibration spéciale du quotidien, d'une tonalité affective toute en surface.

Sommaire

Introduction / Le café introuvable [Le café, le restaurant et le bar / Question d'ambiance] /// Le café face à la représentation [La représentation théâtrale /Le café : une pauvre représentation / le café de Baudelaire] /// Les représentations cinématographiques du café / Trois versions [Le café de Saint-Germain (Les Tricheurs de Marcel Carné) / Le café de Vincennes (Bande à part de Jean-Luc Godard) / Le café-cinéma (Baisers volés de François Truffaut)] /// La représentation fracassée / Le café-restaurant dans Les Oiseaux d'Alfred Hitchcock [L'organisation de l'espace / Le choeur / L'oeil fasciné / Le repaire du diable] /// Café-Philo [Vacillement des apparences et réflexivité des miroirs / Philosophie de comptoir et vérité des clichés / Le café comme réserve de sentimentalité / De la tasse de café aux galaxies. Ici et ailleurs] /// Lieux de rencontre [Abstractions / Paris de Raymond Depardon / Le vacillement des rencontres / Le temps sans cible, le temps sensible (Le café à 14 heures dans L'Amour l'après-midi d'Éric Rohmer) / L'impondérable et l'entre-deux / Rêveries sensuelles dans le café / Le cinéma au café] Épilogue. Le café spectral [Le Mahieu dans La Maman et la Putain de Jean Eustache / L'image et le son : une matière qui rend l'âme / La brèche]

Rayons : Arts et spectacles > Arts de l'image > Cinéma

  • EAN

    9782873404079

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    112 Pages

  • Longueur

    17 cm

  • Largeur

    12 cm

  • Épaisseur

    1 cm

  • Poids

    140 g

  • Distributeur

    Belles Lettres

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

empty