Limoges et la Révolution ; regards croisés Limoges et la Révolution ; regards croisés
Limoges et la Révolution ; regards croisés Limoges et la Révolution ; regards croisés
 / 

À propos

Que reste-t-il du Limoges de la Révolution ? Très souvent des absences comme la célèbre abbaye Saint-Martial disparue dans la tourmente révolutionnaire. Le paysage urbain a été profondément remanié contribuant à rendre quasiment invisible le cadre de vie de la fin du XVIIIe siècle. Quelques sites-repères suffisent cependant à l'historien Philippe Grandcoing pour restituer au lecteur ce Limoges presque oublié, des beaux hôtels particuliers de l'aristocratie jusqu'aux quartiers populaires de la boutique et de l'artisanat. Mais le Limoges de l'époque dispose aussi d'un monument littéraire : le grand roman de Robert Margerit, La Révolution, prix de l'Académie française en 1963. Comme l'analyse François Gilardi, spécialiste de cette oeuvre, Margerit, au sommet de l'art du romancier, distille son puissant pouvoir d'évocation et fait du lecteur l'intime de personnages historiques ou imaginés et lui transmet la fièvre révolutionnaire. En croisant les approches de l'Histoire et du roman, ce livre met le savoir et l'imagination au service d'un patrimoine devenu en grande partie immatériel.

Rayons : Sciences humaines & sociales > Histoire > Temps modernes (de 1492 à 1799) > Révolution française

  • EAN

    9782917032732

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    112 Pages

  • Longueur

    16.5 cm

  • Largeur

    24 cm

  • Épaisseur

    1 cm

  • Poids

    375 g

  • Distributeur

    Myosiris

  • Support principal

    Poche

Infos supplémentaires : Broché  

Robert Margerit

Né le 25 janvier 1910 à Brive-la-Gaillarde, Robert
Margerit a été journaliste à Limoges de 1931 à 1941.
Il assumera de 1948 à 1952 les fonctions de rédacteur
en chef du Populaire du Centre, auquel il restera par la
suite attaché en tant que chroniqueur. L'Île des Perro-
quets, paru en 1942 lui permet d'envisager une carrière
d'écrivain qu'il poursuivra en publiant Mont-Dragon en
1944, Le Vin des vendangeurs en 1946 et Le Dieu nu qui
obtint le prix Renaudot en 1951. Cette production très
riche sera complétée en 1958 par La Terre aux Loups
puis, en 1963, par une fresque historique ambitieuse,
La Révolution (quatre volumes) qui reçoit le Grand
Prix du roman de l'Académie française. Il s'éteint à
Limoges le 27 juin 1988.

Philippe Grandcoing

Philippe Grandcoing est professeur agrégé d'histoire en classes préparatoires aux grandes écoles (hypokhâgne et khâgne) au lycée Gay-Lussac à Limoges. Spécialiste de l'histoire de la société limousine des XIXe et XXe siècles, il consacre son talent d'historien à sa région.

empty