Jan Fabre ; gisants ; hommage à E. C. Crosby et K. Z. Lorenz

À propos

Rencontre entre Jan Fabre et Marie Darrieussecq à l'occasion de la dernière exposition de sculptures de marbre de l'artiste et homme de théâtre belge.
Après l'exposition Piétàs présentée à la dernière Biennale de Venise, Jan Fabre clôt son cycle sur la sculpture en marbre par une grande installation à la galerie Daniel Templon, fin février 2013 : deux gisants en marbre de Carrare, qui rendent hommage aux scientifiques Konrad Lorenz et Elizabeth Crosby, seront accompagnés - dans leur chalbre funéraire - de sculptures de cerveaux habités d'insectes et de plantes.

Dans ces marbres ultimes, l'artiste revisite des thèmes qui lui sont chers : le dialogue entre art et science, les liens de l'homme avec la nature, la mise en scène de la mort, la puissance de la beauté...

La galerie Daniel Templon édite à cette occasion un livre d'art où les analyses critiques de Bernard Marcelis, Vincent Huguet et Jo Coucke font écho à une nouvelle originale de Marie Darrieussecq.

Fruit de la rencontre de deux imaginaires particulièrement libres, ce texte poursuit la réflexion de l'auteur sur le corps, le cerveau, sa fragilité, ses pouvoirs et ses sensations.


Rayons : Arts et spectacles > Généralités sur l'art > Essais / Réflexions / Ecrits sur l'art


  • Auteur(s)

    Marie Darrieussecq

  • Éditeur

    Communic'Art

  • Distributeur

    Interforum

  • Date de parution

    14/03/2013

  • EAN

    9782917515112

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    91 Pages

  • Longueur

    28 cm

  • Largeur

    19.4 cm

  • Épaisseur

    1.5 cm

  • Poids

    613 g

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Relié  

Marie Darrieussecq

Née en 1969 à Bayonne, Marie Darrieussecq est écrivaine et psychanalyste. Ancienne élève de l'École normale supérieure et agrégée de lettres modernes, elle enseigne brièvement à l'université de Lille III puis publie son premier livre, Truismes (POL, 1996) qui fait l'événement. Elle a obtenu, en 2013, le prix Médicis pour son roman Il faut beaucoup aimer les hommes. Depuis 2001, Marie Darrieussecq est la marraine du réseau DES France, association d'aide et d'information aux victimes du Distilbène.

empty