L'appel de Cthulhu
 / 

L'appel de Cthulhu

Traduction MAXIME LE DAIN  - Langue d'origine : ANGLAIS (ETATS-UNIS)

À propos

Boston, 1926. Suite au décès, dans des circonstances étranges, de son grand-oncle, Francis Thurston découvre dans les documents dont il hérite l'existence d'une secte vouant un culte à une créature innommable, endormie depuis des millions d'années.

Sacrifices indicibles pratiqués dans les bayous de Louisiane, meurtres mystérieux perpétrés dans divers endroits du globe, artistes sombrant dans la démence après des visions nocturnes terrifiantes, renaissance de cultes ancestraux et surtout, une cité cyclopéenne surgissant de l'océan lors d'une tempête... Thurston va comprendre peu à peu que les recherches de son grand-oncle concernant le culte de Cthulhu étaient bien trop proches de la vérité et que, dans l'ombre, des adeptes oeuvrent au réveil de leur dieu païen, prêts à faire déferler la folie et la destruction sur le monde.

Les astres sont alignés. La fin est-elle proche ?

Avec cette nouvelle, Lovecraft écrit dans les années vingt l'une des plus fameuses histoires de la littérature fantastique américaine. Cthulhu, le grand ancien qui rêve et attend au fond des noirs abysses océaniques, deviendra à lui seul le symbole de tout l'univers créé par l'auteur de Providence.



Rayons : Fantasy & Science-fiction > Fantastique / Terreur

  • EAN

    9791028110468

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    120 Pages

  • Longueur

    18 cm

  • Largeur

    12 cm

  • Épaisseur

    0.7 cm

  • Poids

    85 g

  • Distributeur

    Hachette

  • Support principal

    Poche

Howard Phillips Lovecraft

Qui ne connaît Lovecraft ? Cet auteur hors du commun, père de la littérature fantastique moderne, aura fasciné des générations entières de lecteurs tant par ses écrits que par sa personnalité contradictoire. Inspirateur d'une cosmogonie gigantesque peuplée d'entités extra-terrestres terrifiantes reprise et amplifiée par ses amis de plume (R. Bloch, Clark Ashton Smith), esthète et correspondant épistolaire intarissable, il préfére donner vie à ses cauchemars et encourager le talent littéraire naissant de ses amis et connaisances, plutôt que de céder aux exigences des éditeurs qui l'exhortaient sans succès à retoucher ses textes. En 1937, le Maître de Providence s'éteint des suites d'un cancer dans la plus parfaite misère.

empty