Monsieur Optimiste
 / 

Monsieur Optimiste

prix Victor Rossel 2013

À propos

À la mort de ses parents, le narrateur décide de ranger, non sans réticence, les archives familiales empilées depuis des lustres dans une armoire. Il redoute ce travail fastidieux, tant il est persuadé que son père, un petit pharmacien de quartier, a eu une vie «sans histoires». Et pourtant... Au fil des découvertes, se dessine le portrait d'un Don Quichotte original et aventureux.
Sous couvert de divers patronymes, Chaïm/Henri/Hubert, surnommé Monsieur Optimiste va surmonter bien des épreuves, de son voyage de noces sous les bombardements à Boulogne-sur-Mer, à une amitié imprudente avec un Allemand qui se révèle espion du IIIe Reich, de la perte de sa soeur cadette à la clandestinité. Il lui faudra aussi déployer beaucoup d'imagination pour échapper aux nazis ou, ensuite, à la Sûreté de l'État, à l'affût de ses amitiés communistes. Mauvais juif mais lecteur assidu de la Bible, nostalgique d'une Pologne idéalisée, attiré par le rêve de la Terre promise, mais fervent défenseur de son pays d'accueil, concocteur de remèdes magiques pour hommes, femmes et pigeons, voilà quelques-unes des facettes contradictoires de cet indéfectible optimiste.



Rayons : Littérature générale > Romans & Nouvelles

  • EAN

    9791094689547

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    248 Pages

  • Longueur

    19 cm

  • Largeur

    11 cm

  • Épaisseur

    1.8 cm

  • Poids

    220 g

  • Distributeur

    Belles Lettres

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Alain Berenboom

Alain Berenboom est né en 1947 à Bruxelles d'un père, pharmacien, venu de Pologne et d'une mère originaire de Vilno. Ce Bruxellois "pure souche" est réputé à la fois comme écrivain belge et comme une autorité internationale en matière de droit d'auteur.
Cinéphile impénitent autant que lecteur passionné et éclectique, Alain Berenboom doit sans doute à "Laurel et Hardy" son sens aigu du burlesque, à Tintin une curiosité précoce pour le monde, et à Raymond Chandler la capacité de s'indigner avec ironie et une apparente légèreté.
“Berenboom règle ses comptes à l'humanité. C'est un tir nourri comme à la foire, (il) casse la baraque. C'est Tom Sharpe en visite chez les humanistes. On en sort plié en deux et vaguement inquiet sur la nature humaine”, a écrit D. de Saint-Vincent dans Le Quotidien de Paris.

empty